Mise en œuvre de l’Accord de paix : Des grandes chantiers en vue

9

Les travaux de la 27è session du Comité de suivi de l’Accord (CSA) se sont tenus mardi dernier à l’ex-CRES de Badalabougou. Sous la conduite du président du CSA, le diplomate algérien Ahmed Boutache, cette session s’est déroulée en présence du ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré et de sa collègue en charge des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mme Kamissa Camara.
Etaient aussi présents les représentants des parties signataires de l’Accord, (CMA et Plateforme) et ceux membres de la médiation internationale. Cette 27è session a fait le point de la mise en oeuvre de l’Accord. Les participants ont aussi évoqué les questions prioritaires de la feuille de route du 22 mars 2018 et l’exécution du second volet du même document. A l’issue de la réunion, tenue à huis clos, le président du CSA a confié que les participants ont évoqué les grands chantiers qui attendent la mise en oeuvre de l’Accord à partir de ce mois-ci. Ces points, selon Ahmed Boutache, sont inscrits dans le deuxième volet de la feuille de route du 22 mars 2018. Ils concernent des questions telles la révision constitutionnelle, la Charte pour la paix et la réconciliation etc.
Par ailleurs, les différents acteurs de l’Accord ont pris connaissance du contenu des rapports sur les questions de défense et de sécurité, de développement socio-économique et humanitaire. Lors de la rencontre, la MINUSMA a aussi présenté le projet de pacte pour la paix.
A ce propos, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif a indiqué que le pacte pour la paix a pour objectif final d’accélérer la mise en oeuvre de l’Accord en renouvelant cet engagement par les parties maliennes, et un engagement des partenaires pour accompagner les Maliens à une mise en oeuvre plus rapide et plus efficace de l’Accord.
Qu’est ce que nous allons faire concrètement pour accélérer ?, s’est demandé le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale. Et Lassine Bouaré de répondre en ces termes: «d’abord une question de méthode, nous allons hiérarchiser les actions, prioriser et nous attaquer aux actions dont la réalisation permet de nous inscrire dans ce qu’on pourrait appeler une dynamique de cercle vertueux du succès et atteindre une sorte de point de non retour».
Parmi ces actions, le ministre Bouaré a cité les réformes institutionnelles, les questions de défense et de sécurité. «Parce que sans le règlement de ces questions, tous les autres efforts qu’on va faire pour la réalisation de l’Accord pour la paix et la réconciliation ne seraient pas aussi perceptibles qu’on le souhaite», a-t-il déclaré.
Enfin, cette session du CSA a salué la bonne tenue de l’élection présidentielle et la réélection du président, Ibrahim Boubacar Keïta pour un second mandat.

Maïmouna SOW

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here