Libération de l’Imam Kontao : Qui sont les véritables ravisseurs ?

6

Libéré des griffes de ses ravisseurs, il y a près d’une semaine, l’Imam Ibrahim Kontao, Coordinateur de l’ONG El Farouk, avait été enlevé dans son quartier de résidence par des personnes dont l’identité demeure jusqu’ici non clarifiée. À sa libération dont l’annonce a été faite par le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Peuple reste sur sa faim concernant les détails de ce scénario d’enlèvement et de séquestration en plein cœur de la capitale.

L’affaire d’enlèvement d’Ibrahim Kontao qui avait été près de 15 jours retenu otage par des individus mal intentionnés a connu un dénouement heureux. À la date d’aujourd’hui, le Sage a regagné sa famille après une consultation médicale sur l’état de sa santé. Dès sa libération, l’annonce a été faite par le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Général de Brigade Salif Traoré, en remerciant à la fois les forces de défense et de sécurité et les populations de Bamako pour leur coopération.

Cependant, le Peuple est resté à sa faim après cette annonce du Ministre. Ce, dans la mesure où même un seul élément des détails serait très utile pour la compréhension.

Par voie de conséquences, peu de temps après, ce fut l’intervention du Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction Citoyenne, Porte-parole du Gouvernement, Amadou Koïta, qui est revenu sur les détails de la teneur de la déclaration de son collègue de la Sécurité sur l’affaire en disant que cette libération est le fruit du partenariat entre les populations et les forces de l’ordre ainsi que les services de renseignements en la matière.

À la question de savoir si l’État entend apporter une récompense à la Dame gérante d’un kiosque Orange Money qui a servi de piste stratégique aboutissant à la libération de l’Imam, le Ministre a tout simplement dévié ce point du débat pour ensuite brouillé la piste. Pourtant, en vérité, les populations veulent savoir non seulement l’identité des ravisseurs dont l’un est aux arrêts, mais aussi, et surtout le lieu où était gardé l’otage à Bamako. S’il est vrai que le Gouvernement n’a rien à cacher dans cette stratégie de libération, le Peuple a besoin aussi de la saine information et en temps réel concernant cette affaire confuse. Confuse, en ce sens que des sources concordantes témoignent incessamment que les Ravisseurs de l’Imam sont des Gendarmes à bord d’un véhicule pick-up estampillée ‘‘Gendarmerie Nationale du Mali’’. Nous y reviendrons !

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here