Mise en application de l’accord d’Alger : Le cas du Soudan ne doit-il pas inspirer le Mali ?

25

Après avoir voté à 98% pour la partition du Soudan, les électeurs du Sud pensaient qu’un point final allait être mis à la guerre civile qui décimait les rangs les fils de ce pays. Mais c’était sans compter avec le lourd contentieux territorial et pétrolier opposant les deux États.

Au centre du contentieux territorial, se trouve la lutte entre les populations Arabes et Dinka soutenues respectivement par Khartoum et Jouba pour le contrôle de la région frontalière d’Abyei. Le statut de la région contestée d’Abyei (un territoire grand comme le Liban), à la frontière entre les deux États, a été une des principales pierres d’achoppement et de conflits.

Laissées en suspens par l’accord de paix de 2005, qui a mis fin à des décennies de guerre civile entre les rebelles du Sud et le gouvernement de Khartoum et débouché sur l’indépendance du Sud Soudan, les tensions entre les deux pays autour de cette question ont dégénéré en conflits frontaliers. Le 21 mai 2011, les forces de Khartoum prirent le contrôle de tout le saillant d’Abyei et poussèrent jusqu’au Badr el-Arab, mettant les deux pays en situation de pré-guerre.

Moins d’un an plus tard, le 10 avril 2012, l’armée sudiste envahit Heglig, zone produisant 50% de tout le pétrole extrait dans le Nord-Soudan et qui touche le saillant d’Abyei.

Le 20 avril, de violentes représailles armées permirent ensuite aux forces armées du Nord de reprendre le territoire perdu. Le but stratégique du Sud-Soudan à travers cette offensive surprise à Heglig, était surtout de détruire les infrastructures pétrolières afin d’affaiblir davantage le Nord-Soudan et le contraindre à accepter, à la fois ses revendications territoriales et celles portant sur le coût du transit de son pétrole, en attendant la construction de nouveaux pipelines sudistes au Kenya et en Éthiopie, avec lesquels le Sud a signé deux accords pour favoriser le désenclavement de ses produits pétroliers.

La persistance des conflits armés, même plusieurs années après le référendum d’autodétermination consensuel et la constitution de nouvelles entités étatiques, conformément aux exigences des mouvements séparatistes, montre que ce processus ne garantit pas forcément la stabilité et un climat de coexistence pacifique entre les deux parties de l’ancien Etat divisé. Ce cas du Soudan ne doit-il pas inspirer le Mali ?

Sambou Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here