IBK hué aux Etats-Unis : Le début d’une histoire entre IBK et le Peuple malien

26

Une vidéo filmée lors de la manifestation devant l’hôtel où séjourne IBK nous laisse perplexes. Depuis le dimanche dernier, le Président IBK séjourne à New York, aux États-Unis d’Amérique où il doit assister à l’Assemblée Générale des Nations Unies. Les manifestations pour contester sa réélection ne font que s’amplifier de partout où vivent les Maliens. Aussi, hier, dès 6 heures du matin, heure aux États unis, la diaspora malienne s’est donné rendez-vous devant l’hôtel du Président contesté. Ils étaient plusieurs dizaines, des jeunes pour la plupart, qui ont manifesté bruyamment à New York, toujours pour dénoncer la fraude électorale et le comportement condamnable d’IBK.

Pour l’instant, nous ne saurons dire quand cette histoire prendra fin. Mais, une chose est certaine, c’est qu’aucun Président n’a été aussi humilié par ses compatriotes qu’IBK et, de surcroit, dans un pays où il voudrait bien se faire valoir.

Depuis l’annonce de son arrivée, les jeunes maliens résidants aux États-Unis se sont affairés pour bien mener leur action d’attaque contre un Président qu’ils ont toujours rejeté. Selon eux, la pilule est outrageusement amère pour être avalée; car, leurs votes ont été volés et le fruit de leur combat pour un Mali émergeant a été détourné.

«Nous ne voulons pas d’un Président qui loge dans un hôtel où la Suite présidentielle coûte 16.000 dollars la nuit, soit près d’un million au moment où son Peuple meurt de faim. Il est avec plus d’une cinquantaine de personnes et une chambre simple vaut plus de 500.000 par nuit. Tout cet argent pouvait servir à construire des hôpitaux ou des écoles», a déclaré Bass, un membre actif du CDR.

De ce fait, un élément de la Délégation présidentielle s’est présenté aux manifestants comme Colonel et leur supplie d’arrêter cette manifestation qui, selon lui, est humiliante pour le Mali. Ensuite, il leur demanda de noter toutes leurs requêtes qui seraient soumises au Président de la République. Mais c’est un refus catégorique, ce fut « Niet », pour les manifestants qui ne veulent qu’une seule chose, qu’IBK « dégage » et rend à Soumaïla Cissé sa victoire.

Une Américaine de passage a voulu savoir ce qui se passe. Et quand un manifestant lui explique que « notre Président loge dans un hôtel de grand standing avec l’argent du contribuable malien au moment où le Peuple meurt de faim », la dame n’a pas pu retenir ses larmes.

Malgré les trois heures d’attente, les manifestants sont restés sur place en se positionnant devant les deux sorties de l’hôtel. Se déclarant outrés par le désintéressement d’IBK vis-à-vis du peuple, ils scandaient « IBK, voleur », « Karim assassin », « Soumeylou Boubèye Maïga voleur », et « honte sur IBK » en anglais durant tout ce temps.

Finalement, IBK sort par l’arrière porte de l’hôtel ; car, il n’avait plus le choix étant donné qu’il était déjà en retard à l’Assemblée Générale des Nations Unis où il prend part comme tous les autres Présidents qui étaient déjà en place.

Dès sa sortie, il a été hué par les Maliens des États-Unis qui l’attendaient à pied ferme. N’eût été la sécurité renforcée, il aurait été agressé sans aucun doute. Deux hommes de la sécurité tenaient deux gros parapluies entre IBK et ses compatriotes pour dissimiler sa sortie et le moment où il monta dans la voiture.

En tout cas, cette journée sera la plus mauvaise dans la vie d’IBK. Si les discours étaient virulents, les pancartes et affiches brandies par les manifestants l’étaient tout autant. «IBK IS THE PRESIDENT OF THE TERRORIST GROUP CMA » traduction : « IBK est le Président du groupe terroriste CMA » ou encore « WE WANT FREEDAN OF SPEECH IN MALI », traduction : « NOUS VOULONS UNE LIBERTÉ DE LA PAROLE AU MALI », etc.

N.N.C : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here