Situation politique au Mali : Aliou Diallo met le Mali au-dessus de tout !

5

Le troisième à l’élection présidentielle malienne sort du silence à l’occasion de la fête de l’indépendance du Mali. Dans son message, il accepte la main tendue du président IBK pour, dit-il,«préserver l’essentiel». Il appelle au dialogue et au sens de la responsabilité du président réélu et de Soumaïla Cissé. Dans ce message diffusé sur les réseaux sociaux et les médias en ligne, Aliou Diallo appelle au «réalisme» politique. Ce message intervient alors que le candidat déclaré second par la Cour constitutionnelle malienne continue à contester les résultats de l’élection présidentielle. Le président IBK tend la main à ses adversaires politiques !

ISIM SCHOOL

Lors de son adresse à la nation, le soir du 21 septembre, le président Ibrahim Boubacar Keita a tendu sa main à ses adversaires politiques en ces termes : «Le Mali qui fête aujourd’hui le 58ème anniversaire de son accession à l’indépendance, est une nation qui s’est remise debout avec une conscience plus aiguë des efforts à accomplir, des compromis à accepter et de la vigilance à observer pour consolider davantage sa stabilité, préserver ses valeurs fondamentales et pour fédérer l’énergie de tous ses enfants, afin de tirer le meilleur profit de notre formidable capacité de résilience.Ces valeurs fondamentales sont portées par des hommes et des femmes héritiers d’un passé qui fonde leur fierté. C’est pourquoi, comme je l’ai encore rappelé aussi bien dans mon discours lors de ma prestation de serment que dans ma lettre de mission au Premier ministre, nous devons continuer à former des filles et des fils dignes de leurs ancêtres et de leurs pères.Ce sont ces valeurs fondamentales qui fondent toute mon action, surtout quand j’ai fait du retour à la paix, de la réhabilitation de la cohésion sociale, de la reconstruction, de la confiance et de l’espérance, ainsi que la refondation de l’Etat, les axes prioritaires du mandat qui a débuté le 4 septembre 2018.

Dans la fonction de Président de la République que j’ai l’honneur d’assumer grâce à votre confiance, je n’ai jamais perdu de vue que ma responsabilité est de fédérer autour d’une vision commune de notre destin, convaincu que c’est l’addition de nos différences- parfois de nos antagonismes – et de nos talents qui renforcera la démocratie et créera les meilleures conditions d’épanouissement pour tous. Je veux être le Président de toutes les Maliennes et de tous les Maliens !A TON APPEL MALI…NOUS SERONS TOUS UNIS. L’unité est la plus grande urgence de ce moment, à la fois incertain et plein de promesses, de notre Histoire. Nous n’avons pas d’autre choix. Nous n’avons pas d’autre alternative. Nous devons être unis. Unis pour faire gagner le Mali. Unis pour assumer notre destin commun.

Unis pour notre cohésion nationale. Unis derrière nos forces de défense et de sécurité. Unis, chers compatriotes, pour notre dignité si durement éprouvée mais debout, parce que nous ne savons pas abandonner, nous ne savons ni renoncer ni nous dérober !

Notre pays, ancré dans ses valeurs et traditions, profondément démocratique, continuera de reconnaître toutes les sensibilités. Notre diversité et notre pluralisme resteront le ciment de l’unité nationale, que nous devons continuer de consolider. C’est l’une de mes priorités, car pour bâtir un avenir de tous les possibles, le Mali doit pouvoir compter sur toutes ses filles et tous ses fils. Chacun a sa place. La République n’exclut personne. J’en suis le garant.»

Le président Keita s’est aussi engagé à servir le Mali selon les principes républicains : «En votre nom à tous, je servirai le Mali selon les principes républicains. Passionnément. Avec dévouement et intégrité. Pour assurer à notre pays la paix, le développement économique et social, et un rayonnement mondial conforme à son destin. Je sais que vous aspirez par-dessus tout à la sécurité et à la paix. C’est pourquoi j’ai décidé de ne jamais permettre l’éclosion de périls nouveaux au moment même où nous avons tant de défis à relever. Encore une fois, cette ambition ne saurait être qu’avec des hommes et des femmes bien éduqués, ouverts aux souffles poreux et fécondants du monde contemporain mais en même, ancrés avec bonheur dans nos valeurs de civilisation qui font notre brillante singularité.»

Aliou Diallo répond à l’appel du président IBK !

Aliou Diallo dit avoir suivi avec grand intérêt l’adresse à la Nation du président de la République Ibrahim Boubacar Keita. Selon M. Diallo, le président IBK a affiché sa volonté de faire en sorte que l’ensemble des fils et des filles du Mali se retrouvent pour préserver l’essentiel. Pour lui, les scrutins des 29 juillet et 12 août derniers ont donné la preuve cinglante d’un désamour des Maliens pour la chose politique et surtout, pour ceux censés l’incarner. Le taux historiquement faible de la participation électorale doit interpeller l’ensemble des candidats qui ont concouru à ce scrutin. Près de 5 millions de nos compatriotes ont choisi de ne pas voter. Cette majorité silencieuse de Maliens constitue une potentielle bombe sociale qui, à la moindre déchirure du tissu social, pourrait entraîner le pays dans les douloureux souvenirs des moments les plus tristes de notre histoire collective. L’homme d’affaire malien estime qu’il est temps, malgré toute l’amertume que peuvent avoir certains de nos compatriotes, de mettre cette élection derrière nous et d’envisager avec réalisme, détermination et sérieux notre avenir commun. «Le Mali reste extrêmement fragile. Les chantiers sont nombreux: mise en œuvre de l’accord de paix, réformes politiques et institutionnelles, réforme du système électoral, développement économique et socio-sanitaire.

Sur chacune de ces questions, personne ne saurait détenir la solution ultime. En ces temps de grandes incertitudes, la réponse à ces enjeux existentiels est forcément collective. C’est pourquoi, j’en appelle au sens du dialogue et de la responsabilité de mes frères Ibrahim Boubacar Keita et Soumaïla Cissé. Toute l’élite politique sur laquelle les yeux des Maliens sont rivés doit montrer l’exemple et mettre de côté les différences pour s’entendre sur l’essentiel: refonder le Mali. Renforcer la digue est donc plus que jamais nécessaire», a-t-il noté.

Pour sa part, Aliou Diallo se dit prêt à continuer à œuvrer aussi bien sur le plan politique qu’institutionnel à la prise en compte des idées fortes de son projet pour la nouvelle indépendance. Il promet de suivre également de très près la promesse présidentielle de faire ce que l’ADP-Maliba aréalisé dès ses premiers pas, en rendant à la jeunesse sa place dans la vie de la Nation. Ilespère que cela se traduira rapidement en actes concrets.

Pour Aliou Diallo, le combat qu’il mène n’est pas contre un homme ou un clan mais plutôt contre un système qui, depuis plus de 30 ans, valorise la «médiocrité au lieu de l’excellence. Un système qui encourage la culture de la facilité au lieu de celle de l’effort». C’est contre ce système qu’il s’engage à combattre farouchement en cherchant à construire plutôt qu’à détruire. «Nous resterons donc mobilisés et nous ne tomberons ni dans la compromission ni dans la violence», promet-il.

André TRAORE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here