Épisode guerre Cherif de Nioro contre IBK : Bouyé impose un embargo à Nioro

24

Pour abattre le régime du président Ibrahim Boubacar Kéita qu’il voue aux gémonies après une longue lune de miel, le Chérif de Nioro a clairement indiqué que la pénurie dans sa ville est artificiellement créée pour obtenir la révolte des populations.

Nioro souffre aujourd’hui de grosses pénuries de denrées en tout genre. En effet, Bouyé Ould Cheikhna a fermé toutes ses boutiques. Or des avantages et des facilités à lui accordés sans rupture depuis le temps du général Moussa Traoré, ont fait que le “Chérif” détient un monopole de fait dans toute la zone.

Le Chérif a précisé que ces fermetures n’étaient pas définitives. “Je veux juste que la population souffre un peu”. C’est donc clair, le “descendant du prophète” et pôle maraboutique veut pousser les populations à être de son côté. Pour quoi faire ? Pour abattre le régime.

Bouyé est personnellement engagé dans un duel sans merci contre IBK qui ne peut prendre fin qu’avec la “mort” de l’un des deux protagonistes. Il ne peut plus reculer. Pareil pour IBK : ils sont allés trop loin dans la haine ! Et dans cette guerre, il n’y a pas de limite. Sauf la “mort” par la défaite totale d’un camp.

Bouyé a été atteint dans ses enfants et, accessoirement, dans ses business. En effet, une fois élu en 2013, IBK a souhaité que le marabout paie taxes et dédouanement. Et permettre du coup à d’autres commerçants de s’installer et de casser le monopole de fait. Donc, l’exigence de paiement des droits et la fermeture des boutiques font partie des passes d’armes que les deux ennemis mortels se livrent.

La guerre a commencé assez tôt après l’élection d’IBK qui avait riposté en relevant les éléments du Chérif de leurs postes dans l’administration publique. Un des cas emblématiques en ce sens fut la défenestration sans ménagement du grand banquier Abdoulaye Daffé, inamovible PDG de la BDM-SA, un disciple du Chérif. L’ADP (le parti politique créé pour épauler et contrôler IBK) était alors sorti de la majorité pour occuper les devants de la scène dans l’opposition.

Ce parti va échouer au pied du podium (3e place au 1er tour de la présidentielle qui fait encore le cauchemar du pays). Bouyé décide alors de jeter tous ses moyens dans le second tour au profit de Soumaïla Cissé alias Soumi pour mettre IBK hors d’état de nuire : peine perdue. Le marabout ne reconnaît pas IBK comme président et il continue le combat pour le dégager. Comme on le dit au casino : les jeux sont faits, rien ne va plus (pour dire que désormais, on attend un vainqueur).

En attendant, c’est le Mali qui va très mal.

Amadou Tall

Source : aBamako

aBamako

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here