Comité de normalisation de la Femafoot : Partira, partira pas ?

8

Le mandat du Comité de normalisation de la Fédération malienne de football qui doit prendre fin le 31 octobre prochain risque d’être prolongé une fois de plus par la Fifa. Tous les scénarios sont en train d’être mis en place par la Présidente du Conor, Mme Daou Fatoumata Guindo dite ” Mimi “, pour qu’elle puisse se maintenir. Et pour cela, elle est soutenue par le président de la CAF, le Malgache Ahmad.

C’est en principe le 31 octobre prochain que le mandat du Comité de normalisation de la Fédération malienne de football prendra fin. Malheureusement, au rythme où vont les choses, la présidente du Conor, Mme Daou Fatoumata Guindo dite “Mimi”, ne veut pas partir. Cette dame qui a pris goût à l’argent “facile” du football est en train de mettre en branle toute stratégie possible pour pouvoir se maintenir à la tête de ce Comité. Elle empoche banalement 4,5 à 6 millions de Fcfa par mois, selon de sources généralement informées. Sans compter les autres avantages, notamment les voyages à l’extérieur dans le cadre des Assemblées générales ou autres missions puisqu’elle est membre de la Commission de football féminin au niveau de la Confédération Africaine de Football (CAF). C’est dire que “Mimi” est devenue en peu de temps “incontournable” dans la sphère du football africain. En d’autres termes, elle est aujourd’hui l’une des “protégées” du président de la CAF, le Malgache Ahmad. C’est pourquoi, ce ” Monsieur“devenu président de l’instance dirigeante du football africain par “accident” ne jure que par “Mimi” pour diriger le football malien. C’est son souhait le plus ardent.

Donc, il ne faut pas que les acteurs du football malien soient surpris de voir le mandat du Comité de normalisation prolongé une fois de plus.

Aujourd’hui, il ne reste plus que la convocation de l’Assemblée générale élective afin d’élire un nouveau Comité exécutif de la Fédération malienne de football. Là aussi, Mme Daou Fatoumata Guindo traine les pieds. Elle veut, tout simplement, perdre du temps pour éviter que cette élection ne puisse se dérouler d’ici le 31 octobre. Pour ce faire, elle veut créer des problèmes là où il n’y en a pas, notamment avec les nouveaux textes.

Depuis quelques jours, la Présidente du Conor et son équipe sont en train de comploter contre le football malien. D’ores et déjà, ils veulent programmer le championnat national Ligue 1 avec 20 clubs pour la nouvelle saison. Cela sans l’avis des ligues et des clubs. Et sur la question, Orange-Mali a été très claire : pas un franc pour l’organisation du championnat par le Comité de normalisation.

Autre stratégie de “Mimi” pour se maintenir, c’est le “fameux procès” contre la Fédération malienne de football devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), le 27 septembre dernier. C’est à la suite d’une ancienne plainte de Yély Sissoko et consorts contre l’ancien bureau fédéral sous Boubacar Baba Diarra. Là aussi, le dossier est vide. Malheureusement, Mimi, en complicité avec les frondeurs veut réchauffer cette affaire pour que la Fifa puisse prolonger le mandat du Conor. El Hadj A.B.H

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here