Elections législatives : Ces jeunes qui rêvent d’être élus députés

5

Ils sont jeunes, militants de partis politiques ou d’organisations de la société civile et souhaitent se faire compter dans l’hémicycle. Objectif : contribuer au développement local par leur participation au débat démocratique à l’Assemblée nationale.

Seydou Diawara dit Martin du parti Lumière pour l’Afrique, Aboubacar Sidiki Fomba de la Coalition pour le renouveau politique, Niaga Diop du Parti pour l’action civique et patriotique de Yeah Samaké, Ibrahima Kébé du Mouvement Faso Kanu et Oumar Bassy Sanogo du Parti pour la restauration des valeurs du Mali sont tous candidats aux législatives de novembre et décembre 2018.

Le président du parti Lumière pour l’Afrique, Seydou Diawara dit Martin, qui a passé cinq ans dans l’opposition avant de rejoindre la majorité présidentielle suite à l’élection du président Ibrahim Boubacar Kéita, tentera sa chance en Commune I du district de Bamako. Dans cette circonscription électorale, il aura comme adversaire l’ancien ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Frankaly Kéita, investi par le RPM, l’ex-député Ouali Diawara de l’Adéma/PASJ et l’honorable Boulkassoum Touré du parti de l’honorable Hadi Niangadou (Mouvement pour le Mali). Même si Seydou Diawara dit Martin n’a pas une assise politique forte dans la Commune, ce nouvel allié d’IBK estime que les législatives sont avant tout une question de proximité.

Oumar Bassy Sanogo, le fils du maire de Sikasso, est candidat sous les couleurs du Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM/Fasoko). Déçu de l’Adéma/PASJ, il n’a pas obtenu la confiance des délégués de la section IV de l’Abeille face à la fille de l’ex-président Pr. Dioncounda Traoré. C’est ainsi qu’il a été coopté par le PRVM/Fasoko. Sous cette bannière, il compte battre Adéma/PASJ, le RPM et Moussa Mara de Yéléma.

Niaga Diop fait partie des prétendants à l’un des trois sièges de la Commune V. Membre de la cellule de communication du Parti pour l’action civique et patriotique de Yeah Samaké et responsable de la jeunesse, il a la lourde tâche de défendre le PACP. Il aura comme challenger, le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Moussa Timbiné du RPM, l’honorable Amadou Thiam de l’ADP/Maliba et Adiaratou Sène de l’Adéma/PASJ. Jeune et ne trainant pas de dossier sale, Niaga Diop pense que c’est un atout pour lui.

En Commune VI, le porte-parole de la Coalition pour le renouveau politique, Aboubacar Sidiki Fomba, se lance dans la course. “En tant que président du Front social de l’opposition, je suis à mesure de parler de la souffrance du peuple et des problèmes liés aux dysfonctionnements de la gouvernance”, argumente Aboubacar Sidiki Fomba lorsqu’on l’interroge sur les raisons de son engagement politique en Commune VI. Une mission qui lui a permis de faire une analyse critique sur le rôle, les insuffisances du fonctionnement de notre Assemblée nationale, ajoute-t-il.

Pour lui, il ne s’agit pas d’être candidat seulement, mais de compter parmi les sérieux prétendants. “La CRP est une coalition qui dispose d’une assise politique dans notre commune. Notre candidature sera l’une des meilleures surtout que la principale motivation est de défendre les aspirations du peuple qui m’accordera sa confiance”, explique-t-il.

Le premier responsable de l’Association Faso Kanu, Ibrahima Kébé préfère le cercle de Kati.

A l’approche des législatives, il est sollicité par les populations de la circonscription de Kati. Figurant dans le cercle très restreint des jeunes leaders les plus populaires du Mali, ce fils spirituel du regretté Amadou Djicoroni reçoit des encouragements des regroupements de la société civile pour participer parmi les acteurs politiques.

Jeudi dernier, une délégation conduite par Cheikna Hamalla Samassa, s’est rendue, au siège de Faso Kanu à Bolibana.

Dans son intervention, M. Samassa a affirmé que l’objectif de cette visite était d’informer l’association Faso Kanu de la démarche en cours dans le cercle de Kati pour solliciter la candidature d’Ibrahima Kébé aux élections législatives prochaines.

Le mouvement est représenté à Moribabougou, Ngabakoro-Droit, Sangarébougou, Baguinéda, Kati ville, Doubabougou, Safo, Kolé, Dalakana, N’tjiba, Bossofala, Diago, Dio, Kambila, Dombila, Sobra, Kassela.

Bréhima Sogoba

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here