Pour l’application de la loi sur le genre: le projet le PAF-Mali lancé

4

L’hôtel Maëva de Bamako a abrité l’atelier de lancement du projet «Leadership Politique Accru des Femmes (LePAF-Mali), un programme d’amélioration de la représentativité des femmes dans les instances électives et semi-électives. La cérémonie d’ouverture était présidée par Mme HAIDARA Bernadette KEITA, chargée du genre au compte du Ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, en présence de Mme BOIRE Fanta DIENTA, coordinatrice du projet, des représentant de l’Union Européenne et de Enda-Mali, principaux partenaires techniques et financiers du projet.

L’objectif de l’atelier est d’informer du démarrage officiel du projet et de communiquer sur les orientations, les objectifs et les résultats attendus et d’autres activités du projet, notamment partager les résultats de l’étude de référence sur la situation politique des femmes au Mali. Tous les acteurs concernés par la promotion des femmes dans les instances nominatives et électives ont participé à cet atelier de lancement.
La coordinatrice a présenté ce projet comme un outil de la mise en œuvre de la loi 2015-052 du 18 décembre 2015, instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives. «Au Mali, la question de la représentation de la femme dans les instances électives aux postes de décision reste un défi à relever. Et ce, malgré le fait que le pays ait ratifié plusieurs conventions et textes internationaux et une loi nationale en 2015, relative à la promotion du genre dans les instances nominatives et électives. Aujourd’hui, seulement 9,52% des élus parlementaires sont des femmes, soit un nombre de 14 sur 147 députés. Sur 121 partis politiques, seuls 3 sont dirigés par les femmes », a-t-elle déploré. Selon elle, il urgeait de mettre en place des dispositifs de dialogue et de concertation, pour favoriser une participation une participation politique accrue et inclusive des femmes au Mali. Elle a à cet effet rappelé l’objectif global du projet en question. « Il s’agit de contribuer à l’amélioration de la représentativité des femmes au niveau du parlement et dans les directoires des partis politiques, lors des élections législatives de 2018 au Mali », a-t-elle souligné.
Mme BOIRE a par ailleurs remercié les partenaires Enda-Mali et l’Union Européenne pour l’appui financier et technique pour la mise en œuvre de LePAF -Mali.
La représente de la Ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille s’est réjouie de l’opportunité de ce projet en ces échéances électorales. Selon elle, le respect des droits et de la place des femmes constitue un pilier essentiel des efforts de développement, de consolidation de la paix et de la démocratie au Mali. « Nous nous réjouissons de ce projet qui s’annonce avec Enda et ses partenaires. Nos attentes sont à la hauteur des qualités et de l’expérience de ces organisations. Ainsi, il sera important d’assurer une gestion du projet axée sur les résultats, impliquant une utilisation constante du cadre logique et de ses indicateurs pour mesurer les résultats de l’action, pour rédiger les rapport de mise en œuvre », a-t-elle suggéré, avant d’assurer de la disponibilité de son département pour une mise en œuvre effective du projet LePAF -Mali
Signalons que le projet LePAF -Mali couvrira le de district de Bamako, les régions de Sikasso et de Kayes pour une période de 9 mois. Les activités concerneront des plaidoyers auprès des décideurs pour une application effective de la loi 2015-052 du 18 décembre 2015, instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives, des débats publics et d’autres activités de promotion de la loi, pour que les maliens comprennent de quoi il s’agit réellement.
Ledit projet a pour cible, entre autres les 200 candidates aux élections législatives de 2018, des zones d’interventions, les partis politiques, les autorités administratives, les organisations de la société civile, les leaders d’opinion et les médias.
Rappelons que grâce à la loi N°2015-052 du 18 décembre 2015, il y a eu 26.800 candidatures féminines aux élections locales de 2016, avec un taux de 26,56% de femmes élues. Cependant, le projet se fixe comme objectif de renforcer davantage l’équité genre à travers l’amélioration de la participation politique des femmes.

PAR CHRISTELLE KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here