Crise post-electorale : Un nouveau front face à IBK

8

Le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a été porté sur les fonts baptismaux le samedi 6 octobre 2018. L’évènement a enregistré la présence d’une foule nombreuse. Des leaders politiques, des responsables d’associations et de mouvements de la société civile ainsi que des leaders religieux ont pris part à la cérémonie de lancement. Le combat contre la tromperie et l’imposture est relancée de plus belle.

La création de ce nouveau mouvement (le Front pour la sauvegarde de la démocratie) répond à une forte demande d’acteurs politiques et de la société civile qui ont décidé de conjuguer leurs efforts pour « Sauvegarder la démocratie contre les dérives du régime en place». Devant plus d’un millier de personnes, Paul Ismaël Boro, nouvelle figure de l’opposition, a officialisé la naissance du nouveau mouvement. « Déterminés à défendre la liberté constitutionnelle et la démocratie malienne conquise au prix du sang, nous décidons de constituer une large coalition dénommée Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) », a-t-il déclaré.

Pour Tiébilé Dramé, l’un des porte-paroles du front, par ailleurs président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), surtout directeur de campagne de Soumaïla Cissé, avec la naissance du Front une nouvelle étape commence désormais dans la lutte contre les dérives du pouvoir. « Croyez-nous, notre détermination est totale pour mettre en échec le régime de facto », déclare Tiébilé Dramé. Il précise que le nouveau mouvement constitue une «coalition de lutte, une direction solide de combat composée d’hommes et de femmes de combat». Pour le leader du Parena, ceux qui ont tripatouillé la présidentielle veulent continuer avec le même système aux législatives. Le FSD, indique-t-il, doit «mettre leur plan en échec».

Pour Oumar Ladji Touré de l’Association Kaoural Renouveau, le sens de la création du Front répond à un impératif : la survie du Mali. «Ce n’est pas une question d’associations, de partis politiques». Pour lui, IBK doit partir pour le bien des Maliens. Car, depuis cinq ans, tout est divisé au Mali: l’école, la magistrature, les politiques… Le renouveau du Mali, assure-t-il, passe par le FSD.

Mohamed Ali Bathily, candidat à la présidentielle, prévient IBK : « Face à l’imposture, nous ne resterons pas inerte, ni silencieux. Nous nous battrons pour que force revienne à la loi et nous userons de tous les instruments que nous offre la constitution pour le respect de la démocratie comme la désobéissance civile ».

C’est un ouvrage de combat ! De combat collectif ! ” Le ton est donné dès l’entame par le président de l’URD, Soumaïla Cissé, dans son discours. Le FSD est donc un instrument de combat qui montre que le combat de l’opposition, n’est pas seulement une contestation électorale. Il est un ouvrage pour empêcher que le Mali ne soit le gâteau d’une famille et d’un clan. Et Soumaïla Cissé d’avertir : ” Notre Mali ne sera plus le Mali si, nous nous couchons devant la perversion orchestrée de notre démocratie, devant le totalitarisme économique d’une minorité qui n’a d’obsession que son profit”. Pour lui, les maliens ont un devoir sacré et ont à prendre une grande responsabilité devant l’histoire. « Notre combat, nous le menons pour honorer nos aînés qui ont bâti notre pays et nous l’ont transmis pour le fortifier et le grandir », indique-t-il. Soumaïla Cissé fait remarquer que ce régime n’a aucune crédibilité. « Cela fait deux mois que notre démocratie est piratée et manipulée par un régime dont la légitimité est plus que jamais contestée tant au pays qu’à l’extérieur », déclare M. Cissé. Et le chef de file de l’opposition précise que leur combat est « un combat de résistance contre l’ignominie, l’insécurité, la précarité ».

Précision : Le FSD est constitué de partis politiques, d’associations, de syndicats, et organisations populaires et celle de la diaspora, des personnalités et leaders d’opinion ainsi que des activistes etc… Il sera représenté au niveau national, régional; au niveau des cercles et des communes. Son combat est patriotique et uniquement pour préserver la démocratie malienne difficilement acquise.

La création du FSD intervient à un moment où le pays est en proie à une double crise sécuritaire et politique. A cela, s’ajoute une tension sociale marquée par des grèves de plusieurs syndicats dont celui de la magistrature qui est en grève illimitée. Et sur le plan international, le pouvoir actuel fait face à une forte pression de la France ainsi que celle des mouvements armés pour l’application de l’accord de partition du Mali.

Mémé Sanogo

LA CHARTE DU FRONT POUR LA SAUVEGARDE DE LA DÉMOCRATIE

Nous,

Partis, mouvements politiques, syndicats, associations, leaders d’opinion, personnalités de toutes obédiences, citoyens attachés au respect des libertés démocratiques fondamentales, et réunis autour des idéaux et signataires du présent acte,

alarmés par le déroulement de l’élection présidentielle 2018, notamment la négation et le non respect du vote des Maliens, les fraudes et nombreuses irrégularités, les bourrages d’urnes et la falsification délibérée des résultats;
préoccupés par les menaces sur les libertés publiques et les atteintes aux droits humains fondamentaux, en particulier les enlèvements, arrestations, détentions extrajudiciaires, tortures et traitements cruels, inhumains ou dégradants survenus tout au long du processus électoral;
déterminés à défendre les libertés constitutionnelles et la démocratie malienne conquise au prix du sang;
décidons de constituer une large coalition dénommée Front pour la Sauvegarde de la démocratie.

Objectifs stratégiques

Le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie poursuit les objectifs stratégiques ci-après :

Rétablir la vérité des urnes en permettant l’expression adéquate des votes des Maliens,
Contribuer à la mise en place d’un système électoral transparent et accepté par tous les acteurs politiques,
Permettre l’expression sans contraintes des libertés fondamentales reconnues par la constitution et les lois de la République du Mali.
Restaurer le respect de la constitution, des lois et règlements aussi bien par les citoyens que par les institutions de la République,
veiller à l’instauration d’un système de gouvernance transparent et inclusif
contribuer à instaurer des mécanismes de dialogue politique inclusif pour éviter plus de fracture au sein de notre société et restaurer le tissu social d’antan.
contribuer à renforcer la protection des droits et libertés individuels et collectifs et lutter contre les enlèvements extra judiciaires et les traitements inhumains et dégradants.
Protéger la liberté de la presse et se dresser contre tous les excès de l’autorité publique contre les organes de presse.
Objectifs spécifiques

Les objectifs spécifiques du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie et des Libertés Publiques sont :

Le rétablissement de la vérité des urnes telle qu’exprimée le 12 Aout 2018.
La relecture et l’adaptation de la Loi électorale.
La mise en place d’un organe unique chargé de l’organisation des élections.
La cessation des arrestations arbitraires par les forces de sécurité et la soumission de toutes arrestations à la présentation d’un acte en bonne et due forme.
L’opérationnalisation effective des nouvelles régions, des nouveaux cercles et des nouvelles Communes telles que stipulée par la loi y afférente.
veiller à réduire la fracture sociale et les dissensions entre les communautés
veiller à instaurer des mesures visant à assurer plus d’inclusion et de transparence dans la gouvernance;
contribuer à définir la direction stratégique à donner au pays;
renforcer les mécanismes de protection des droits et libertés individuels et collectifs et lutter contre les enlèvements extra judiciaires et les traitements inhumains et dégradants;

promouvoir la protection des organes de presse indépendants contre les excès de l’autorité publique.
Composition:

Le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie et des Libertés Publiques est composé de membres et de sympathisants.

La qualité de membre découle de la signature de la Charte du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie et des Libertés Publiques.

Il existe deux types de membres :

Les membres institutionnels comprenant les partis politiques signataires de la charte du Front, les Associations et Mouvements signataires, les Associations de Maliens de l’extérieur, les syndicats signataires
Les membres intuitu personae comprenant les personnalités indépendantes, les activistes, les artistes et des leaders d’opinion signataires.
A ces membres s’ajoutent les sympathisants qui sont de simples Citoyens sans coloration politique et associative se retrouvent dans les objectifs du Front.

Organisation et Fonctionnement

Le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie et des LibertésPubliques fonctionne sur la base des structures ci-après :

Une Coordination nationale composée de tous les membres signataires de la charte du Front. La coordination Nationale institue une Délégation Générale chargée d’animer au quotidien le Front. La Délégation Générale est composée d’un nombre restreint de membres signataires.
Une Coordination régionale composée des représentants des membres signataires au Chef-lieu de région. La coordination régionale institue une Délégation Permanente chargée d’animer au quotidien le Front au niveau du Chef-lieu de région. La Délégation permanente est composée d’un nombre restreint de représentants des membres signataires.
Une Coordination de Cercle composée des représentants des membres signataires au Chef-lieu de Cercle. La coordination de Cercle institue une Délégation locale chargée d’animer au quotidien le Front au niveau du Chef-lieu de Cercle. La Délégation Locale est composée d’un nombre restreint de représentants des membres signataires.
Une Coordination Communale composée des représentants des membres signataires au Chef-lieu de la Commune. La Coordination Communale institue une Délégation Communale chargée d’animer au quotidien le Front au niveau du Chef-lieu de la Commune. La Délégation Locale est composée d’un nombre restreint de représentants des membres signataires.
Les Coordinations des Associations de Maliens de l’Extérieur composée des représentants des membres signataires dans le pays concerné. La Coordination des Associations de Maliens de l’Extérieur institue une Délégation permanente suivi du nom du pays chargée d’animer au quotidien le Front dans le pays concerné. La Délégation permanente est composée d’un nombre restreint de représentants des membres signataires.

Modalités de financement

Le Front pour la Sauvegarde de la Démocratie et des Libertés Publiques est financé par :

Les cotisations obligatoires payées par les membres.
Les Contributions volontaires payées par les sympathisants.
Les Cotisations spéciales payées par les membres.
Les contributions spéciales payées par les sympathisants.
Les cotisations obligatoires et les contributions volontaires servent à financer le fonctionnement normal du Front.

Les cotisations et les contributions spéciales servent à financer des activités spécifiques du Front. /.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here