ME Mohamed Aly Bathily: Un revanchard en quête de virginité politique

4

Si la politique est l’art de gérer les problèmes de la cité, force est de reconnaitre que certains s’abritent derrière celle-là (la Politique) pour régler les comptes avec les Adversaires. Le versatile Mohamed Aly Bathily, ex Ministre de la Justice et des Domaines de l’Etat puis des Affaires Foncières en est la parfaite illustration de ce genre d’Hommes rancuniers, sans aucun sens élevé de l’Etat et de la Démocratie. D’où les Maliens en ont assez de ses propos incohérents et revanchards.

Etant Membre de son Gouvernement, l’Homme affichait sa fidélité sans faille à IBK. A cette époque, il disait à qui voudrait l’entendre qu’IBK est l’Homme qu’il faut au Mali. Aux détracteurs du Régime à l’époque, il disait ceci: «Le Mali n’a pas eu un Président à la hauteur d’IBK. Car, il a hérité d’un pays complètement délabré qu’il a mis sur les rails. Aucun de ses prédécesseurs n’est parvenu à faire ce qu’il a pu pour son pays. Le chien aboie, la caravane passe ».

En ces temps, Me Bathily était Ministre et se passait pour un inconditionnel soutien à IBK. Mais dès qu’il a été débarqué du Gouvernement pour être appelé à d’autres fonctions au service de la nation il a commencé à changer de langage.

Il semble oublier ses louanges frisant les chantages politiques à l’adresse de son Bienfaiteur Président IBK pour s’ériger en opposant invétéré au Régime. Pour se faire entendre, il est allé du côté de l’Homme qu’il avait vilipendé tant à l’époque où il était Ministre. Il s’agit de Soumaïla Cissé. Lors d’un de ses déplacements à Paris, il avait affirmé aux Maliens de France que Soumaïla Cissé avait détourné des milliards de Francs CFA de l’Etat malien au moment où il était Ministre des Finances sous le Président Alpha Oumar Konaré. Du berger à la bergère, suite ces allégations mensongères et sans fondement aucun, Soumaïla Cissé a répondu que s’il avait détourné ces sommes faramineuses, c’est qu’il l’avait fait en complicité avec le PM de l’époque, un certain IBK, aujourd’hui Président de la République.

Dans sa hargne contre son ennemi, Me Bathily a incriminé son mentor. Aujourd’hui, sans regret, il s’aligne derrière ce même Soumaïla Cissé pour vilipender le Régime d’IBK. Quelle honte !

L’Homme semble oublier les victimes de Souleymanebougou qui pleurent la démolition de leurs maisons par cet individu très rancunier tapi sous le manteau de Ministre des Domaines de l’Eta et des Affaires Foncières. Il oublie que l’Etat est en train toujours de gérer les conséquences de ses actes posés à tort et à travers contre des innocents citoyens avec qui il avait des comptes à régler. Me Bathily a oublié les coups fourrés qu’il a infligés aussi au Maire du District de Bamako, Adama Sangaré dont le seul tort est d’avoir refusé de valider, en tant que Maire du District de Bamako, des documents injustes des fossoyeurs domaniaux protégés par main invisible de ce revanchard Ministre Me Bathily de l’Urbanisme et des Domaines de l’Etat.

L’ingrat et rancunier Me Bathily semble également oublier ses coups de massues infligés à ses collègues juges au moment où il était Ministre de la Justice et Garde des Sceaux. C’est le cas parmi tant d’autres de l’honnête Juge Samaké dans l’affaire de Fana. Pour régler le compte de ce pauvre Magistrat dont le seul crime est d’avoir opté pour des procédures légales, le Ministre Bathily de l’époque est allé jusqu’à lui mettre à la vindicte populaire puis l’humilier publiquement devant tout Fana.

En outre, Me Bathily a oublié l’affaire des TF qu’il a retirés aux promoteurs d’agences immobilières et se la couler douce en permettant à ses protégés d’en obtenir et vendre allègrement les terres. En fait, cet Homme qui se passe pour un populiste qui crie sur tous les toits du Mali pour salir l’image du Président IBK ne manque pas de casseroles qu’il traine derrière.

Aujourd’hui, il revient sur la scène politique comme opposant et sermonne la justice en l’accusant de tous les noms d’oiseaux. Comme on le dit, le sorcier oublie, mais les parents de la victime n’oublient jamais. Ses nombreuses victimes sont d’abord toutes vivantes et n’ont pas oublié des actes d’injustice qu’il a commise à leur endroit au nom du Régime en place, de la Politique qui n’est pourtant que l’art de gérer les affaires de la cité, des nations.

Bref, comment expliquer ces sorties hasardeuses de l’ex Ministre de la Justice et des Domaines de l’Etat qui veut se faire une nouvelle virginité politique ? Donc, ses propagandes ne doivent ni impressionner plus d’un ni faire fléchir la position du Régime en place. Les Maliens ne se laisseront pas berner par cet illusionniste qui parle à tout vent. Ils ont, au contraire, compris ses jeux qui consistent à sauvegarder ses intérêts sordides. Pour lui, afin d’arriver à ses fins, tous les moyens sont bons ; d’où son allégeance à l’opposant Soumaïla Cissé, devenu aujourd’hui la vache laitière des déçus du Régime d’IBK. Ils sont nombreux, ces déçus à l’image de Bathily, à se retrouver dans le camp de Soumaïla Cissé. Leur venue aux côtés de ce dernier n’est pas de bien faire, mais de profiter de ses biens comme ils ‘avaient fait avec IBK. C’est le cas de Bathily fils qui, lui aussi, au nom de son mouvement politique Collectif pour la Défense de la République (CDR), a fait une offre politique à Soumaïla Cissé en le soutenant lors de la présidentielle de 2018. Il le quitte après l’avoir conduit au fond du précipice en arguant que son contrat politique avec lui a pris fin. Bathily père continue à soutenir l’opposant de Soumaïla en sermonnant la justice malienne comme pour dire qu’il est le seul juge intègre dans ce pays à connaitre le domaine. De la pure farce pour bénéficier des grâces des adversaires d’IBK. Il revient à Soumi Champion à se ressaisir en écartant ces opportunistes politiques. Car, leur intention étant de le sucer jusqu’à lie et l’abandonner le moment venu. C’est à ce jeu que se livrent Bathily père et consorts.

Il revient à Soumaïla Cissé de se débarrasser de ces Politiciens alimentaires s’il ne veut pas signer sa mort politique. Car, ils cherchent à sauvegarder leurs intérêts sordides sur son dos pour lui quitter le moment venu. Tel est le jeu des Me Mohamed Ali Bathily père et acolytes, ces politiciens véreux qui vendent leur âme au diable pour leur seule survie politique.

Ambaba de Dissongo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here