Circulation routière : “Siraba Lakana” au coeur de la sensibilisation

2

A l’occasion de la rentrée scolaire et dans le but de convaincre la population à utiliser les passerelles mises dans les voies à grande densité et de réduire considérablement le taux d’accident à travers la ville de Bamako, l’association “Siraba Lakana” a lancé une semaine d’activité de sensibilisation appelé “Opération passerelle”. Cette activité va aller jusqu’à une semaine et cela pour tout Bamako.

Pour son président monsieur Moctar Moussa Touré, l’objectif principal est de contribuer à  réduire le taux d’accident : “Nous travaillons en collaboration avec l’Anaser. Nous menons beaucoup d’autres activités sur la sécurité routière mais cette fois-ci nous avons décidé de centrer ça sur l’utilisation des passerelles. Pendant une semaine, nous allons passer dans tous les quartiers de Bamako où y a des passerelles pour inciter les gens à les utiliser”, dit-il. Lors du lancement le lundi 15 octobre, l’association a passé la journée au niveau de la passerelle de Badalabougou (Quartier-Mali).MOCTAR TOURE, PRESIDENT DE L’ASSOCIATION “SIRA LAKANA” : “Grâce à notre sensibilisation, les gens commencent à utiliser la passerelle”

 A l’occasion du lancement  d’une semaine  de sensibilisation de “Siraba Lakana” sur  la circulation routière, appelée “Opération passerelle”, nous avons interrogé le président de l’association, Moctar Moussa Touré, sur la nécessité de cette opération. Il nous parle de l’importance de cette activité. Interview.

Parlez-nous un peu de cette opération…

Ce matin, nous sommes là pour le lancement de ce qu’on appelle  “Opération passerelle” qui veut dire une campagne de prévention de sécurité routière qui nous permet de poster des agents au niveau des passerelles de Bamako pour orienter les usagers, les élèves afin d’éviter les accidents sur la voie publique.

L’objectif est de convaincre les gens (usagers) qu’au lieu de traverser le goudron avec le tout le risque qu’il y a, on leur demande de monter sur la passerelle. Voilà pourquoi nous avons lancé cette opération et ça va prendre une semaine.

Qu’est-ce qui vous (Siraba Lakana) motive davantage?

Ce qui motive davantage, c’est que nous avons constaté beaucoup d’accidents de la circulation et souvent des accidents mortels tout près de la passerelle. Je vais vous dire que cette année, moi-même j’ai été le témoin oculaire de trois morts sous la passerelle de Badalabougou (Quartier-Mali) alors qu’ils auraient pu monter sur la passerelle et éviter le drame. C’est pour vous dire que nous sommes là pour sensibiliser les gens à utiliser les passerelles afin de minimiser les accidents de circulation. Donc, chaque matin, nous partons au niveau des différentes passerelles  pour orienter les gens.

Qu’est-ce qui empêche les gens de monter sur les passerelles ?

Bon pour moi, sur les passerelles, souvent y a les fous, y a les vagabonds qui vont fumer et aussi des déchets humains qui les endommagent et les gens ont même peur de se faire agresser et c’est tout ça qui les décourage à les emprunter.

 Quel doit être le rôle de l’Etat ?

C’est un appel fort que je lance à l’endroit de l’Etat à nous accompagner dans cette initiative. Car ce que nous nous voulons c’est nettoyer ces passerelles, assurer leur sécurité et permettre aux usagers de traverser en toute tranquillité. Déjà grâce à notre sensibilisation les gens commencent à utiliser la passerelle.

Aussi pour le cas des individus mal intentionnés qui se trouvent souvent au-dessus des passerelles, une fois que nous les auront identifiés, nous allons  demander aux autorités compétentes d’être très rigoureuses envers eux. Nous demandons  à l’Etat de nous accompagner afin que nous puissions mettre des agents au niveau de chaque passerelle.

Un message à l’endroit de la population principalement concernée par l’initiative ?

Nous demandons à la population de nous faire confiance. Chaque fois que les usagers verront des gens avec un gilet “Siraba Lakana”, ce ne sont pas des bandits, mais des agents de sensibilisation sur la circulation. Aussi nous demandons à la population d’avoir le courage d’utiliser les passerelles puisque l’Etat  a mis de l’argent dans ces infrastructures pour réduire le taux d’accidents et on devrait tout faire pour que cela serve à quelque chose.

Amadou Kodio

 

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here