capitaine Mohamed Haïdara, chasseur de brigands

0

UN TUEUR EN SÉRIE, DES ESCROCS, DES BRAQUEURS…, LE CAPITAINE DE POLICE MOHAMED HAÏDARA A DÉJÀ ARRÊTÉ PLUSIEURS DÉLINQUANTS DE GRAND CHEMIN AU COURS DE SA JEUNE, MAIS BRILLANTE, CARRIÈRE. PORTRAIT.
« Si le destin ne m’avait pas joué un tour j’allais devenir journaliste.» En 2003, après avoir décroché son Bac, à 20 ans Mohamed Haïdara avait l’ambition de faire des études de journalisme en France. Avec l’aide de ses parents il s’était inscrit dans une université de l’hexagone. Mais son ambition de devenir journaliste est vite abrégée par un problème de visa. Le destin le guide vers le métier de flic. Mais pas n’importe lequel. Le capitaine Haïdara pourchasse les brigands.

Alors, Mohamed Haïdara, aîné d’une fratrie de quatre enfants, né d’un père douanier et d’une assistante de direction, fréquente la Faculté des droits (ex-ENA). Puis, licence en poche, il intègre l’École nationale de police en 2006. Après quinze mois de formation, le jeune inspecteur multiplie les stages de perfectionnement tour à tour, à la Brigade des stupéfiants, aux commissariats du 7ème et du 15ème arrondissement et à la direction nationale de la sécurité publique.

En 2009, il revient à l’école nationale de police. Mais cette fois-ci, pour encadrer des élèves policiers. Un an après, le capitaine de 35 ans prend fonction au commissariat du 1er arrondissement avant d’être muté, en mars 2012, à la Brigade d’Investigation Judiciaire (BIJ). Au bout de six ans de service au sein de cette structure de renom, Haïdara s’est bâti une solide réputation. Avec à la clé un surnom: Inspecteur Derrick.

«En 2016, nous avons traité l’affaire de l’année. C’est l’arrestation de Oumar Doumbia, un tueur en série. Au début, nous croyions que c’était un banal fait divers, mais plus notre investigation avançait, plus il y avait des surprises. Nous avons exhumé cinq corps, tous des jeunes tués par Oumar», se remémore, le capitaine. Cette année-là, il était chef de la section recherche de la BIJ.

Pour rappel, le faux démarcheur de visa prenait de l’argent à ses victimes avant de les abattre froidement hors de la ville de Bamako. À l’époque l’affaire a défrayé la chronique. Le capitaine Mohamed Haïdara a, lui, été contacté par une télévision française pour contribuer à l’émission «Faites entrer l’accusé».

La même année, Derrick a, de nouveau, sous les bras un gros dossier. Il met les grappins sur Mamadou Sylla, un grand escroc ivoirien venu déplumer des Maliens.

La dernière opération de grande envergure du capitaine Derrick remonte à juin dernier au compte du commissariat du 14ème arrondissement où il est chef de la Brigade de recherche depuis début 2018.

Sous les commandements du commissaire principal de police, Alhassane Maïga, il a arrêté une suspecte, nommée Mamou Haïdara, à qui des plaignants réclament environ 200 millions francs CFA.

Si ses prouesses n’ont pas été saluées ni récompensées par la hiérarchie, la détermination du jeune policier à servir la patrie reste intacte. Et l’homme garde la tête haute.

Lassina NIANGALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here