Environnement: l’engagement du Genre

0

Le Mali, à l’instar de la communauté internationale, a célébré, ce 15 octobre, la Journée internationale de la femme rurale. Mali Folkcenter (MFC), qui œuvre dans le domaine de la promotion de la femme, à travers des activités génératrices de revenus des femmes dans plusieurs localités du Mali, a apprécié les propos de la ministre de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, Keita Aida Mbo, qui estime que les « ’femmes rurales, nos Yeleni, colonne vertébrale de la société malienne, sont toujours victimes de discrimination.

À propos du rôle méconnu des femmes rurales, la ministre a soutenu ceci : “Pour que le Mali réalise un développement inclusif et durable, cela doit changer. Mon département, le ministère de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable, en collaboration avec Mali-Folkecenter Nyetaa, travaille avec les associations et coopératives de femmes, les autorités locales et d’autres acteurs de la société civile en tant que l’un de nos domaines prioritaires”.
À MFC, le message de Mme la ministre a été reçu avec joie. Car MFC est conscient du rôle joué par les femmes rurales, non seulement au Mali, mais aussi dans toute l’Afrique. C’est pourquoi cette ONG est entièrement d’accord avec la ministre pour dire que le dur labeur des femmes rurales n’est malheureusement toujours pas pleinement reconnu.
Keita Aida Mbo a souligné que cette affirmation est soutenue par les conclusions de diverses organisations internationales, dont ONU Femmes, qui a affirmé à plusieurs reprises que “le travail des femmes rurales du monde ‘reste invisible et non rémunéré’.
De son côté, MFC s’est dit douloureusement conscient de ces faits et consacre une grande partie de ses activités au changement des conditions de vie des femmes rurales au Mali. Comme preuve, une de ses interventions concerne une communauté autour de Garalo, dans le cercle de Bougouni. Dans cette localité, MFC a créé un jardin de légumes commerciaux qui augmentera les revenus de plus de 200 femmes.
À côté du jardin, un autre projet générateur de revenus a été lancé. Il s’agit d’une unité de transformation de noix de karité qui produit également du beurre de karité destiné à la vente. La coopérative est désormais financièrement indépendante.
Un autre projet intéressant pour les femmes rurales est la coopérative Sinsibéré, créée par MFC et basée à Bougoula, à quelque 60 kilomètres au sud de Bamako. Cette coopérative est autonome depuis 3 ans et fonctionne sans argent de projet.
La durabilité de Sinsibéré est due à l’attention persistante des femmes pour des activités génératrices de revenus pour remplacer la coupe et la vente de bois, tels que la culture et la vente de produits agricoles, ainsi qu’à leur souci constant de la protection de l’environnement.
Selon Aminata Barry, Responsable genre et développement économique à MFC, ‘’le projet a lancé un processus d’autonomisation et d’émancipation qui a affecté le pouvoir de décision des femmes’’.
Ce projet commence à avoir des effets sur les populations bénéficiaires. Certaines femmes de la coopérative sont maintenant élues membres du gouvernement local tandis que d’autres sont des conseillères communales.
C’est pourquoi Mme Barry qualifie ce projet comme l’un des ‘grands succès’ de Mali Folkecenter. Cependant, elle avertit en soulignant ceci : ‘nous devons toujours prêter une attention particulière à la vulnérabilité des femmes rurales et à la fragilité de l’environnement’.
Cette semaine, trois journées ont été célébrées à savoir la Journée Internationale de la Femme Rurale, le 15 octobre, axée sur le changement climatique et son impact particulièrement négatif sur les femmes rurales. Le 16 octobre, Journée Mondiale de l’Alimentation, consacrée à l’éradication de la faim, à l’amélioration de la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté et aujourd’hui, 17 octobre, Journée internationale pour l’éradication de la pauvreté, qui mettra en avant l’autonomisation des femmes rurales, leur accès à la terre, à l’eau et à l’énergie. Pendant ces trois journées internationales, le rôle crucial des femmes rurales dans le développement durable est mis en lumière. MFC déclare son soutien à ces efforts de commémoration en soutenant que les femmes des zones rurales devraient faire l’objet de toutes les attentions toute l’année.
Par Christelle KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here