ÈRE IBK : Les indicateurs socioéconomiques et humains sont au rouge

1

Une question est dans tous les esprits actuellement au Mali : comment en est-on arrivé là ? Comment le Mali, jadis présenté comme un « grand pays » par le président lui-même, fraichement élu en 2013, devant une assemblée composée de Maliens à Bruxelles lors de sa première visite, en arrive là ?

Aujourd’hui, la situation est critique. Tous les péchés d’Israël sont à notre porte. Une misère imposée, l’injustice, l’inégalité scandaleuse, le chômage, l’analphabétisme, la corruption, les violences de tout genre, tous ces fléaux, nous sommes tombés sur la tête.

Il semble que la situation actuelle que nous vivons est une sorte de fatalité, l’avenir du pays étant hypothéqué. Rien ne va, rien ne s’améliore.

Pourtant, les Maliens ont misé sur ce président en lui accordant toute leur confiance pour qu’il les protège. Mais malheureusement, il est devenu au fil du temps, leur pire cauchemar. Comment notre « Kankélin tigui » a fléchi dans l’abîme de la sorte, lui qui prétendait aimer son pays ? « Parfois en pensant à ce qui est arrivé au Mali, mes larmes coulent… », se lamente un Malien de la Diaspora.

Bien que nos institutions soient faibles quand IBK venait au pouvoir, résultant de l’occupation des Djihadistes au Nord et du coup d’État militaire au Sud, le Mali n’a jamais été aussi bas de toute son existence.

L’inquiétude et le désespoir se lisent sur le visage des Maliens conscients du danger qui se profile à l’horizon. Sans aucune sortie de secours, ils se préparent impuissamment à affronter un tsunami ou un puissant ouragan. Un haut cadre de l’administration nous confie : « je me lève parfois à 2 heures du matin pour réfléchir sur l’avenir de mon pays et je ne vois pratiquement pas d’issue. L’effondrement est presque inévitable. Sauf un miracle ».

En effet, des gens meurent chaque jour de faim et de maladie pendant que le roi et sa cour, la minorité possédante se complait dans l’extravagance.

En réalité, la famine se propage à la vitesse du choléra. Cette histoire nous a été racontée par une Dame affectée un jour par un acte inimaginable dont elle était témoin : « C’était vers 14 heures ce jour. Nous avons fini de manger lorsqu’une femme d’un certain âge rentre dans la concession, nous salue et demande les restes de nourritures (riz). Nous lui avons dit que malheureusement il n’en reste plus. Elle était accompagnée d’une jeune fille, probablement sa petite fille. Dans la foulée, elle demanda si elle pouvait récupérer ce qui se trouve dans la poubelle. Sans même attendre la réponse, elle se précipita pour amasser tout ce qu’elle pense pouvoir recycler comme nourriture. Or ce sont des restes de quelques jours qui étaient en phase de pourrissement. Cet acte navrant m’a empêché de dormir des nuits entières ». Et d’y ajouter: « j’ai plus de 70 ans et je n’ai jamais vu quelque chose de pareil au Mali et surtout à Bamako, la capitale. »

Or, tout récemment, une vidéo exposait le fiston national Karin Keita achetant de l’alcool dans une boutique de luxe où la bouteille d’alcool se vend jusqu’à plus de 500.000 CFA. Vous avez bien compris, ce n’est pas un canular ; un demi-million de nos francs pour une seule bouteille.

Combien de pauvres pouvait-il faire vivre avec une seule bouteille d’Alcool Hennessy ?

Quant à la santé des Maliens, la route du cimetière est déjà tracée pour quiconque se rend à l’hôpital. C’est le malade lui-même dans sa souffrance qui aurait l’envie de mourir pour en finir une fois pour toutes.

Aussi, toutes les couches sociales sont divisées, les jeunes ne s’entendent plus, les tensions s’intensifient au Nord du fait que certains se voient abandonnés au détriment d’une minorité. Au Centre, rares sont les jours paisibles dont les citoyens peuvent en profiter. Des villages entiers sont vides et les occupants ont fuient pour se réfugier dans d’autres localités plus sécurisantes. Au Sud, la grogne sociale ne fait qu’à s’allonger. La militance politique prime sur la compétence, ce qui fait que les rares jeunes qui arrivent à se faire embaucher dans la fonction publique passent généralement par les « portes arrière ». Aujourd’hui, le pays s’est constamment vu amputé d’une partie de sa jeunesse qui fut soit décimée au Nord, soit contrainte à l’exil où ils ne sont pas les bienvenus.

À l’heure actuelle, personne ne connaît les règles de jeux que détiennent IBK et son gouvernement. Une chose est évidente, les seuls gagnants sont ces politiciens qui ont tout raflé pour se faire la belle dans des pays étrangers, et créer des crises à leur profit. Ils ont tous des résidences dans d’autres pays et des comptes de banque garnis.

Depuis son ascension à ce jour, IBK nous a privés des capacités les plus essentielles à savoir, le droit de vivre décemment, le droit d’avoir une bonne santé, d’avoir des soins sanitaires, de se récréer et d’avoir accès aux études de qualités pour nos enfants. Même l’expression libre en toute liberté est menacée.

Et le constant en est que, ces maux dont nous souffrons amèrement sont loin d’être améliorable. Cependant, ils risquent de devenir pires si nous ne brisons pas la spirale de la médiocrité, de l’instabilité politique et économique et de la mauvaise gouvernance.

En somme, les grands problèmes de l’heure s’appellent crise politique, crise de l’économie, crise de l’environnement, crise de l’éducation, crise de la santé, crise de la population. Tous les composants sont réunis pour fabriquer une bombe prête à exploser. Un effet dévastateur sur la gestion même de nos ressources humaines et financières. Mais comment l’éviter ? Là, est toute la question qui importe !

NNC

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here