Naissance d’un deuxième front de l’opposition politique au Mali

8

Un nouveau front vient de voir le jour. Il s'agit de la « Convergence des Forces Patriotiques pour sauver la Patrie ». Ses responsables étaient face à la presse ce dimanche 21 octobre. Selon eux, l’objectif est de regrouper tous les patriotes autour d'un même idéal pour défendre la démocratie et la constitution malienne. La création de ce mouvement de l'opposition intervient moins d'un mois après celle d'un autre dénommé «Front pour la Sauvegarde de la Démocratie».

De plus en plus, on assiste à la création de Fronts au sein de la classe politique malienne. Deux semaines après le lancement du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie, du chef de file de l’Opposition, un autre front dénommé «Convergence des Forces Patriotiques CFP» a été créé ce dimanche par des leaders des partis politiques et associations de l'opposition et certains, précédemment de la majorité.

Cette nouvelle plate-forme compte dans un premier temps se dresser contre les fraudes des élections présidentielles, la mauvaise gouvernance et le report des législatives, considéré par ses membres comme «un tripatouillage juridique». Et dans un second temps créée les conditions d'un consensus politique plus large pour défendre la Constitution et restaurer la démocratie.

Selon l'ancien Premier ministre Moussa Mara président du Yelema et membre du front «Il est inadmissible que des députés votent pour la prolongation de leur propre mandat. Le partenariat avec la Cour constitutionnelle n’est rien d’autre qu’un coup d’État déguisé contre la démocratie malienne». Certains responsables du pole estiment en revanche que «c'est la fragilité politique du pays qui joue sur l’application des différents projets de sécurité et de paix».

La Convergence des Forces Patriotiques appelle les uns et les autres à œuvrer pour le respect de la Constitution malienne afin d’éviter une crise politique et institutionnelle.

« La création de ces différents fronts politique est bénéfique pour la démocratie, dans la mesure où elle fait bouger les choses ». C’est du moins ce que pensent certains observateurs. Ils estiment que les alliances redessinent la carte politique, créées des tensions mais provoque également l'ouverture au « Dialogue ».
Aly Tounkara analyste :

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here