Projet de loi portant création des circonscriptions administratives au Mali : ‘’Gao Lama Borey’’ dénonce la partition du pays !

5

Pour rejeter et montrer son indignation face au projet de loi N°2018…/AN-RM portant création des circonscriptions administratives en République du Mali, autrement appelé le projet de loi du découpage territorial, les Associations Sœurs du Nord et Sud du Mali étaient face aux hommes de média, à la faveur d’une conférence de presse dans l’après du mardi 16 octobre à la Maison de la presse. Ont pris part à cette conférence, le président de l’association ‘’Gao Lama Borey’’, Abdel Kader Maïga, le représentant de la communauté Bèlah, d’Isbeyty Ag Akado et le juriste Ibrahim KassaMaïga.

Dans son intervention, Abdel Kader Maïga dira que ce nouveau projet prévoit la création de 20 régions, un district et 92 cercles, dont 34 cercles pour le nord. Sur ces 34 cercles, dit-il, les régions de Tombouctou et Gao auront seulement 13 cercles.

Selon M. Maïga, la mise en œuvre de ce projet, justifie la dérive inhérente à la signature et la mise en application de l’accord d’une part et d’autre part de parer à l’embrasement total du Mali, voire la partition même de notre pays.

« Quoi qu’on puisse dire aujourd’hui, force est de constater que le caractère unitaire de la République du Mali est menacé par une mise en œuvre non inclusive de l’Accord d’Alger qui fragilise l’Etat à travers ses institutions » a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « ce qui conduira inévitablement à la partition du Mali ».

Selon lui, la raison de rejet de ce nouveau projet par leur organisation est simple. Il s’agit dit-il, de l’injonction d’une mise en œuvre accélérée de l’Accord issu du processus d’Alger. « Nos autorités préfabriquent de nouvelles circonscriptions, en l’occurrence des cercles qui seront tous à dominante Touareg ou Arabe au détriment des aires géographiques des autres communautés, alors que l’Accord n’en parle nullement » a-t-il déclaré.

Pour toucher du doigt géographiquement le problème, il dira que les régions de Gao et de Tombouctou sont diminuées pour créer respectivement le cercle d’Alata ainsi que les cercles de Léré et deGossi. Cela, dit-il, est valable également pour les cercles de Bourem et d’Assongo qui ont été diminués.

«Cette gymnastique de création de cercles est calculée et basée justement sur l’institution d’une hégémonie arabo-touarègue dans les régions du Nord du Mali » a-t-il déclaré, tout en indiquant que le caractère injuste, inéquitable et unilatéral, sans concertation des populations à la base autour du découpage ainsi projeté est attentatoire à la cohésion sociale, à la paix et à la prospérité du Nord du Mali.

Par ce projet, dit-il, les autorités confèrent démocratiquement à une minorité démographique la majorité démocratique. « Comment une majorité de la population du nord du Mali à 90% pourrait se retrouver avec 8 députés alors que la minorité (10%) se tape 32 députés ? » , s’’est-il légitimement interrogé.

De son côté, le représentant de la communauté Belah , dira que le pouvoir laisse à leur triste sort, les populations du nord à travers ce projet de loi ‘’criminel’’. Soutenantque les Maliens ne sont pas des butins, il dira que leur organisation réclame la démission du ministre Ag Erlaf.

A noter que Choguel Kokalla Maïga, président du Parti MPR et Mohamed Youssouf Bathity alias ‘’Ras Bath’’, porte-parole du CDR étaient présents à cette rencontre.

Par Mariam SISSOKO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here