Grève illimitée des magistrats : Jeudi décisif pour le SAM et le SYLIMA

9

Le syndicat des magistrats du SAM-SYLIMA a tenu une Conference de presse sur leur réquisition par le gouvernement Bamako, le 10 octobre 2018
Après leur rencontre avec le ministre de la Justice le jeudi 18 octobre 2018, les deux syndicats des magistrats « acceptent la main tendue du chef de l’État » à mettre un terme à la grève illimitée. Pour entériner la levée du mot d’ordre, les magistrats se donnent rendez-vous ce jeudi 25 octobre 2018.

Après de multiples médiations dont la dernière en date fut celle du Garde des Sceaux ministre de la Justice, Tiéna Coulibaly, le Syndicat autonome de la magistrature (SAM) et le Syndicat libre de la magistrature (SYLIMA) convoquent une Assemblée générale, le jeudi prochain pour statuer sur la levée du mot de grève illimitée. Cette lueur d’espoir pour de nombreux détenus et autres usagers de la justice, est conditionnée à la satisfaction d’un certain nombre de revendications posées par les deux syndicats. En effet, ils exigent du Premier ministre de rapporter son décret de réquisition qui selon eux porte, « atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire ». Les magistrats demandent également au gouvernement d’adopter « le tableau synoptique à lui proposé par les syndicats suivant les modalités dégagées par le même document relativement à la question sécuritaire l’adoption de la nouvelle grille salariale avec comme plancher 700 et comme plafond 2500 avant fin février 2019 ». Cette proposition des magistrats cadrent avec la vision du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, qui ambitionne de réviser, courant 2019, les conditions salariales de l’ensemble des travailleurs de la Fonction publique.

Prés de trois mois de grève illimitée, les magistrats se doivent d’observer une trêve pour soulager les milliers de justiciables en détention illégale dans les différentes prisons du pays. Dans un communiqué datant du 22 octobre 2018, les magistrats reconnaissent eux-mêmes la gravité de la situation et s’excusent auprès des justiciables pour les désagréments liés à la crise en cours.

Pour une résolution à l’amiable de la présente crise au sein du pouvoir judiciaire, ce jeudi sera décisif.

M.D.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here