Nouveau découpage administratif : Déjà, source de tensions !

0

Koutiala et Goundam sont contre le nouveau Projet de loi portant création de nouvelles collectivités territoriales en République du Mali. Ces localités s’insurgent contre le bradage de leur territoire.

Le nouveau projet de découpage administratif risque d’être une source de tension dans notre pays. Déclaration, manifestation, meeting et autres actions de protestations, des localités dénoncent ce projet du gouvernement.

L’une des contestations a eu lieu dimanche 21 octobre 2018, dans la salle de réunion du Conseil de cercle de Koutiala. Lors du rassemblement, les acteurs ont engagé la réflexion sur le nouveau découpage administratif. « Koutiala érigé en région s’en sort seulement avec trois cercles. Il s’agit du cercle de Koutiala, de Yorosso et de M’Pèssoba », rappelle un conférencier.

Après les échanges, les participants ont proposé la création de dix cercles comme inscrits dans un document de l’avant-projet. Il s’agit: Koutiala, Diaramana, Boura, Konséguela, M’Pèssoba, Kouniana, Zangasso, Molobala, Yorosso et Kouri.

Pour la population de Koutiala, ce choix ne tient pas compte de certaines situations embarrassantes, comme le statut administratif ancien entre les localités ou encore le problème du couplage des localités.

Les autorités administratives de Koutiala, les notables et les maires des communes rurales sont très remontés contre le gouvernement et qualifient ce projet de bradage de leur localité.

Koutiala n’est pas seul dans la contestation

Les ressortissants du cercle de Goundam sont aussi rentrés dans la danse. En bloc, ils rejettent le projet de loi portant création des Collectivités territoriales en République du Mali. « Nous, ressortissants du cercle de Goundam à Bamako, avons été informés, à travers les médias et les réseaux sociaux, d’un projet de loi portant création des collectivités territoriales en République du Mali.

Nous vous rappelons que courant 2016, les ressortissants du cercle de Goundam, en commun accord avec l’ensemble des populations des seize communes, ont sollicité l’érection du cercle de Goundam en région administrative. Nous avons été surpris que cette demande, faite sur la base d’un document technique soutenu par des arguments pertinents, qui militent à la faveur de l’érection de Goundam en région, n’ait pas été retenue dans votre Projet de loi portant création des collectivités territoriales », indique un communiqué des ressortissants.

Pis, poursuit le communiqué, dans ce projet de découpage, nomades (Aljounoub. Tilemsi, Razelma, Tin Aicha, Gargando et Adarmalane) pour les affecter au nouveau cercle de Leré. « Il a été décidé de spolier le cercle de Goundam de toutes ses communes. Cette nouvelle réorganisation territoriale, faite sans consultation préalables des populations concernées, peut, si on n’en prend garde, constituer de potentiels foyers de tension, qui vont contribuer à fragiliser davantage la cohésion sociale et le vivre ensemble déjà très précaires. Monsieur le Ministre,

Au regard de tout ce qui précède, nous, ressortissants du cercle de Goundam, rejetons catégoriquement ce projet de loi portant création des collectivités territoriales en République du Mali. A cet effet, nous réitérons notre demande d’érection du cercle de Goundam en région, parce que nous estimons que Goundam, un des premiers cercles du Mali, doté de toutes les potentialités agro-sylvo-pastorales, zone des lacs par excellence, remplit toutes les conditions pour être érigé en région administrative au Mali», argumentent les ressortissants de Goundam toute sensibilités confondues.

En tout état de cause, si le gouvernement ne prend pas en compte les préoccupations des populations, le projet de loi portant création des collectivités territoriales en République du Mali, on peu s’attendre à une autre crise.

Bréhima Sogoba

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here