Oumar Bilal Maiga sur le refus de payer de l’impôt par les promoteurs d’écoles privé : « Ce qui est sûr, nous ne pouvons pas rester dans cette situation »

0

Le directeur des impôts du district, Oumar Bilal Maïga
Lors de la cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation et d’information des populations sur le civisme fiscal, le directeur des Impôts du district, Oumar Bilal Maïga, s’est prononcé sur le refus de paiement des impôts par les promoteurs d’écoles privées. « Ce qui est sûr, nous ne pouvons pas rester dans cette situation », a-t-il précisé.

« La situation des écoles privées aujourd’hui pose énormément de problèmes à notre niveau. Il y a certaines écoles qui ont de problème par rapport à la subvention de l’Etat qui est en retard, mais il y’a certaines écoles qui n’ont rien à voir avec la subvention. Nous pouvons comprendre que ces écoles qui sont dans cette situation puissent évoquer des difficultés par rapport au paiement de l’impôt. Mais aujourd’hui, toutes les écoles se sont mises dans cette logique de ne pas payer leurs impôts », a regretté M. Maïga

Cette situation ne peut pas rester ainsi, selon le directeur des impôts du district. « Nous sommes en train de voir avec les écoles pour faire la part des choses. Ce qui est sûr, nous ne pouvons pas rester dans cette situation, parce qu’aujourd’hui, il y’a une confusion terrible. Tout le monde se met derrière ce problème de subvention pour ne pas payer l’impôt. Il y’a certaines écoles que l’Etat n’envoie aucun élève, ce sont les parents d’élèves qui payent les frais scolaires. Est ce qu’on doit traiter ces écoles avec les mêmes rigueurs que celles qui ont de problèmes avec l’Etat », s’est-il interrogé.

A l’en croire, ce problème est inhérent à l’incivisme fiscal. « Les subventions que l’Etat paye à ces écoles-là, elles sortent d’où ? C’est le recouvrement des impôts et taxes. Le jour où on aura l’adhésion du maximum des citoyens pour payer leurs impôts, ce genre de problèmes se ne se posera pas », a souligné le directeur des impôts du district.

Yousouf Coulibaly

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here