Modernisation de l’agriculture et de l’élevage : Le Malien Mohamed Kagnassy au cœur du développement rural en Guinée

0

« Vous avez applaudi Fokam ( le Camerounais Paul Fokam), mais il faut applaudir Kagnassy parce que c’est lui l’homme de l’agriculture ». Réclamait ainsi, en avril dernier, le Président Alpha Condé au cours d’une cérémonie de signature d’un accord de financement en faveur des couches défavorisées. Le Président de la Guinée voulait de la reconnaissance pour son humble conseiller en développement rural. Peu connu du grand public guinéen, ce Malien, l’aîné d’une famille Kagnassy qui a déjà fait ses preuves dans l’agrobusiness à travers la sous-région, est pourtant l’un des hommes clés de la modernisation amorcée de l’agriculture et de l’élevage en Guinée.

A Conakry, pour beaucoup d’entre ceux qui maîtrisent l’entourage d’Alpha Condé, Mohamed Kagnassy est le conseiller en agrobusiness. Mais, plus qu’un conseiller en agro-business, le Malien est un conseiller en développement rural. Notamment l’agriculture, l’élevage, la pisciculture. Entres autres. Il fait bénéficier sa grande expertise dans le secteur primaire au Président Alpha Condé depuis des années. Au-delà de ses conseils, Mohamed Kagnassy est un partenaire technique du gouvernement guinéen pour la mise en pratique des programmes nationaux d’élevage et d’agriculture. Et s’il est peu connu à Conakry, c’est peut-être parce qu’il passe un bonne partie de son temps sur le terrain. « Etant du monde rural, je trouve tout à fait normal que je sois sur le terrain. Comme le disait l’autre : « le monde agricole ne peut être géré par des théories, il est régi par la réalité », précise-t-il pour justifier sa présence constante dans les champs et pâturages.

Si Mohamed Kagnassy accepte avec fierté d’être « l’homme de l’agriculture » en Guinée, c’est parce qu’il sait que ce secteur revêt une importance capitale pour plusieurs grands objectifs de développement en Afrique. Pour lui, l’agriculture et l’élevage sont d’abord des moteurs de la création d’emplois et de richesse. « Ma passion, c’est créer de la richesse. C’est donc avec plaisir que j’interviens dans ces domaines qui non seulement nourrissent, mais font des riches », nous confiait récemment notre compatriote, à Conakry.

Grâce à la plateforme digitale Kobiri, le paysan guinéen innove

Mohamed sait aussi que « seule une agriculture moderne peut accroître les revenus des paysans et contribuer à une croissance soutenue ». Alors, ses sociétés dont West Wind Agriculture et West Wind Elevage, interviennent tant pour la modernisation de l’agriculture que pour celle de l’élevage. Dans le domaine agricole, Mohamed Kagnassy a fait introduire en Guinée des semences améliorées, mais aussi des intrants pour optimiser la production. Motivé par la confiance du Président Condé, le conseiller innove aussi en faveur des paysans guinéens. Avec la plateforme digitale Kobiri, destinée au monde rural, cultivateurs et éleveurs guinéens peuvent aujourd’hui facilement accéder aux moissonneuses-batteuses, tracteurs, engrais, bétails, produits vétérinaires, inséminations…

En innovant en faveur de l’agriculture, Kagnassy voudrait que l’augmentation de la production provienne de l’utilisation intensive d’intrants et de technologies de production. Et non de l’expansion des superficies cultivées.

Dans le domaine précis de l’élevage, Kagnassy croit que la modernisation passe par une biotechnologie de la reproduction animale. Ainsi, avec l’appui de la coopération marocaine, le programme national d’insémination artificielle bovine a été lancé et exécuté dans 20 préfectures. Plus de 300 000 éleveurs du pays ont bénéficié de ce programme. La modernisation promue par Kagnassy passe aussi par un renforcement de capacités des acteurs de l’élevage, une intensification des productions animales, un abattoir sanitaire des animaux d’élevage, un suivi et gestion de l’élevage… Vingt inséminateurs et six superviseurs ont donc été formés en Guinée et au Maroc, plusieurs semences de races bovines exotiques introduites en Guinée, des couvoirs ont été installés, etc. « La Guinée est déjà un pays à forte tradition pastorale, avec d’immenses potentialités naturelles grâce à la diversité de ses conditions agro-écologiques. Voilà des atouts naturels que nous devons exploiter en vue d’arriver à plus de production quantitative et qualitative pour l’éleveur et plus de viande et de lait disponibles pour les consommateurs », explique Kagnassy.

Fort de l’expertise de son conseiller, le président Alpha Condé affirmait avec fierté, en juin dernier, lors des premières journées de l’élevage, que la Guinée est à mesure de développer son élevage à l’image du Brésil et de l’Argentine. En effet, derrière cette belle ambition présidentielle, se tiennent des hommes de taille dont Kagnassy.

Abdoulaye DIARRA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here