ODD: le Mali salué pour ses efforts

0

La communauté internationale a célébré ce 24 octobre la journée des Nations Unies. En prélude à la cérémonie officielle qui a eu lieu, hier mercredi 24 octobre 2018, au Palais de la Culture, la MINUSMA a initié une séance de débriefing à l’intention des hommes de médias sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des ODD à l’horizon 2030 au Mali.

À travers cette rencontre, il s’agissait de s’assurer que les objectifs des ODD sont compris et que la mise en œuvre des cibles a commencé et doit continuer.
Placée sous la présidence de la Chef adjointe des Nations unies, Mme M’Baranga GASARABWE, Coordinatrice humanitaire des Nations Unies au Mali (OCHA), la rencontre était animée par Bakaye DIARRA du PNUD, en présence des responsables des agences du système des Nations unies.
Dans son mot introductif, Mme M’Baranga GASSABWE, a rappelé qu’à la fin des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), en 2015, une évaluation a permis de trouver des objectifs, au nombre de 17, autour desquels tous les pays du monde se retrouvent. Ainsi, 17 Objectifs du Développement durable (ODD) ont été formulés, dont le lancement a eu lieu en 2015. Selon elle, notre planète, avec 7 milliards des personnes, fait face à beaucoup de challenges et de défis liés notamment aux changements climatiques. Pour les Nations unies d’accompagner les États dans la mise en œuvre de ces objectifs. Pour le cas du Mali, qui a connu une crise sécuritaire et institutionnelle, il s’agit, selon elle de mettre, l’accent sur le retour à la stabilité, la consolidation de la paix, ainsi que la relance de l’économie nationale.
M. Bakaye DIARRA a fait l’état de mise en œuvre des ODD 2030 adopté en 2017 avec 17 objectifs, 169 cibles et 250 indicateurs, dont l’atteinte contribuera de façon significative et durable, à l’amélioration des conditions de vie de tous et dans tous les pays.
Selon lui, les 17 ODD s’appuient sur les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui les ont précédés et qui visaient à parvenir à la fin de 2015, à : éliminer la grande pauvreté et la faim ; réaliser l’accès de tous à un niveau d’éducation primaire ; promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ; réduire la mortalité infantile ; améliorer la santé maternelle ; lutter contre les grandes pandémies comme le sida, le paludisme et d’autres maladies ; assurer la durabilité de l’environnement ; et développer un partenariat mondial pour le développement.
Selon le conférencier, le Mali fait partie des premiers pays qui ont lancé l’Agenda en février 2016. Ensuite, il y a eu beaucoup d’activités de sensibilisation, d’appropriation du document ainsi que des ateliers de priorisation des 169 cibles qui ont été intégrés dans les stratégies nationales.
De sa présentation, il ressort que le Mali est classé 147e sur 193 pays qui adhèrent à ce programme. D’ailleurs, la situation est assez préoccupante de manière générale pour tous les pays africains. Pour changer la donne, il a invité les autorités à initier un dialogue inclusif sur les priorités des ODD. Il s’agit, dit-il, de travailler davantage sur les cibles les plus prioritaires, car tout est prioritaire dans nos pays.
Au mois de juillet 2018, malgré la crise, le Mali a présenté son rapport volontaire de mise en œuvre des ODD aux Nations unies. Pour le conférencier, cela montre qu’il y a un léger mieux au niveau de certains indicateurs. Selon elle, l’ONU et ses agences soutiennent le gouvernement du Mali pour l’atteinte des ODD.
Il y a une volonté ferme du gouvernement de prendre en compte les ODD. Avec le changement de paradigme qui a vu le passage des OMD aux ODD, les sources de financement ne sont plus basées sur l’aide internationale, mais sur les ressources nationales. Et le Mali fait beaucoup d’effort en matière budgétaire.
Par Abdoulaye OUATTARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here