PRODEC II: l’examen du document définitif

36

Hier a débuté à l’hôtel Radisson de Bamako un atelier de 3 jours sur le secteur de l’éducation. Il s’agit du premier atelier de validation technique du Document et son Plan d’action pluriannuel budgétisé du nouveau Programme décennal de développement de l’éducation et de la formation pressionnelle (PRODEC II).

La cérémonie d’ouverture était présidée par Mme MIGNAN Assetou Founé SAMAKE, ministre de l’Innovation et de la recherche scientifique, en présence de son homologue Amadou GOITA, ministre de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne, et des Partenaires techniques et financiers du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle.
La première phase de Programme décennal de Développement de l’Éducation (PRODEC), faut-il le rappeler, est arrivée à terme en 2013. Suite à cela, une équipe technique a été mise en place pour réfléchir sur de nouvelles priorités et stratégies à mettre en place au sein de l’éducation du Mali dans les dix prochaines années. Ainsi, après une série d’ateliers et d’études, les experts ont produit un document définitif pour la mise en œuvre de la deuxième phase de ce programme décennal.
Le présent atelier a pour objectif principal d’examiner et de valider techniquement ce document de programme et son plan d’action budgétisé 2019/2022.
Mme MIGNAN Assétou Founé a, dans son discours d’ouverture, salué l’ensemble des partenaires techniques et leur a témoigné la reconnaissance du Gouvernement pour leur participation effective et constante à toutes les rencontres sur le processus d’élaboration de ce PRODEC II. « Cette constance est l’expression appuyée de leur volonté d’accompagner le gouvernement du Mali dans le développement de notre pays, en général, et dans la promotion du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle, en particulier », a-t-elle dit.
Elle a par ailleurs souligné qu’à travers cette rencontre les acteurs du PORDEC viennent de renouveler leur attachement à la démarche participative toujours privilégiée par les plus hautes autorités du Mali pour la mise en œuvre effective du PRODEC II. « Je veux dire, l’implication effective de tous les acteurs et partenaires de notre secteur à l’élaboration du nouveau programme. Ce qui est une condition indispensable au succès », a-t-elle spécifié.
Mme la ministre a rappelé que cet atelier a été précédé par un certain nombre d’ateliers, notamment des ateliers de concertations techniques régionales, nationales sur les résultats des études et évaluations, des ateliers de validation technique des priorités et stratégies du PRODEC II, l’atelier de validation politique de modèle de simulation et, enfin les ateliers de validation des projets et de programme, de sous-programmes, ainsi que de cadre logique du nouveau plan sectoriel. « Ces ateliers ont permis de passer en revue les principales conclusions issues de l’évaluation du PRODEC I et des études réalisées, de définir les priorités et stratégies de secteurs, de faire des choix d’options politiques et de définir les programmes et sous-programmes assortis des cadres logiques pour le nouveau plan sectoriel. L’équipe technique a élaboré un document de programme et son plan d’action pluriannuel budgétisé 2019/2022 pour les secteurs de l’éducation et de la formation pressionnelle », a-t-elle fait savoir.
Pendant 3 jours, les représentants des services centraux, les élus, les acteurs de la société civile et les partenaires techniques et financiers auront à examiner les projets de programmes et sous-programmes enrichis par les observations de précédents ateliers, examiner le projet de plan d’action pluriannuel budgétisé 2019/2022. « Vous allez ainsi vérifier la cohérence entre le cadre logique, le document de programme et le plan d’action pluriannuel budgétisé 2019/2022 : vérifier la cohérence entre le cadre des résultats et le cadre logique ; faire des propositions d’amélioration et d’enrichissement ; valider et s’approprier l’ensemble des documents. Dans ce sens, vos observations, suggestion et recommandions pertinentes contribueront à améliorer les documents qui vous sont soumis. », a-t-elle balisé.

PAR CHRISTELLE KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here