Le préfet de Kati, Sadio Keita : Un administrateur civil de classe exceptionnelle debout sur les remparts !

7

Nommé Préfet de Kati depuis 2015 à nos jours, l’administrateur civil de classe exceptionnelle a démontré à suffisance son patriotisme là où il aura servi la Patrie. Sadio Kéita, puisque c’est de lui dont il s’agit, est un homme connu pour son sens élevé du devoir et de son sérieux dans le travail. Il est vraiment debout sur les remparts et se bat inlassablement pour le développement du cercle de Kati d’une part, et pour la nation entière d’autre part.

ISIM SCHOOL

Qui ne connait pas Sadio Kéita ? Ce cadre valable qui a laissé ses empreintes indélébiles par le travail là où il aura servi à l’intérieur du pays. « Pour rendre de loyaux services à ma chère Patrie, le Mali, je suis engagé et prêt à 100% sans réserve », nous a confié Sadio Keita. Cet administrateur civil de classe exceptionnelle a les germes patriotiques dans sa veine. Il a un parcours exceptionnel. Il occupa successivement le poste du chef d’arrondissement de Banikane à Niafunké de 1988 à 1993 ; le chef d’Arrondissement de Kanigogouna (cercle de Bandiagara) de 1993 à 1997 ; le chef d’arrondissement de Kalaban-coro de 1997 à 1998 ; chef d’Arrondissement central de Niono de 1998 à 2004. M. Kéita fut adjoint au préfet de Ménaka de 2005 à 2009 et celui du préfet de Mopti de 2009 à 2011. C’est de Mopti qu’il fut nommé préfet du cercle de Kayes de 2011 à 2015. De 2015 à nos jours, Sadio Kéita est le préfet du cercle de Kati.

Membre de la première promotion (1985) du Service national des jeunes du centre d’instruction de Ségou, Sadio Kéita est Chevalier de l’Ordre national depuis 2016.

Homme de dossier, il est craint pour sa propension à dire tout haut ce que les autres pensent tout bas. Compétent, il est réputé très discret. Là où il a servi, ses collaborateurs retiennent de lui sa rigueur, son franc-parler et son attachement à ses convictions.

En tous les cas, M. Kéita jouit d’une réputation irréprochable sur le plan professionnel.

Tientigui

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here