Coalition des forces patriotiques : «Nous nous battrons contre ce régime illégitime…»

5

La coalition des forces patriotiques a tenu sa première assemblée générale d’information (Cofp), dont l’objectif était de peaufiner ensemble la stratégie de combat. C’était le samedi 27 octobre en présence de milliers de participants.

Ils étaient tous présents au présidium. Ils, ce sont les membres de la coalition : Housseiny Amion Guindo de la Codem, Moussa Mara du parti Yelema, Moussa Sinko Coulibably de la Plateforme pour le changement, Dr. Oumar Mariko du parti Sadi et d’autres membres de la coalition.

Le président de séance, M. Badra Ali Sy, ouvre le bal des interventions en ces termes : «Nous ne sommes pas à une conférence de presse, mais plutôt à une assemblée générale d’information afin d’édifier les uns et les autres sur les objectifs de notre plateforme».

Le président du parti Yelema, Moussa Mara, fixe le cap : la coalition a pour but de s’ériger contre toutes les dérives du régime et la violation de la constitution. En clair, il s’agit, pour lui, de bloquer d’emblée les intentions attentatoires du gouvernement.

En sus, précisera Moussa Sinko Coulibaly de la Plateforme pour le changement, ils défendront la constitution malienne au prix de leur vie. Avant de poursuivre que notre pays est dans une hémorragie depuis longtemps et c’est pourquoi, ils veulent sauver l’essentiel.

Pour sa part, Dr. Oumar Mariko a fustigé le report des législatives qui, dit-il, est une violation flagrante de la loi. Aussi, selon lui, l’existence de notre pays est menacée au centre et au Nord du pays. Il a par ailleurs promis la détermination de la coalition pour changer la donne dans les jours à venir.

Quant au représentant de «Badenyaton», Fousseyni Amion Guindo, lui et ses camarades disent ne pas reconnaître le régime actuel comme légitime. Il a par ailleurs annoncé qu’ils s’associeraient à toute organisation qui a comme objectif de combattre le régime d’IBK. Et de rappeler que «la prorogation du mandat des députés est une violation flagrante de la loi et d’ailleurs, c’est ce qui me fait mal.»

Après les interventions des membres de la coalition, les participants à l’assemblée générale ont pu poser quelques questions d’éclaircissements. Lesquelles étaient relatives aux problèmes qui assaillent le Mali actuel.

Ousmane DIAKITE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here