Le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) tire la sonnette d’alarme sur le calvaire de nos compatriotes établis en Angola

3

Dans un communiqué signé de son président, le CSDM tire la sonnette d’alarme sur les conditions de vie de nos compatriotes établis en Angola. Pour le CSDM, depuis plusieurs jours nos compatriotes établis en Angola lancent un cri de détresse, en interpellant avec force les plus hautes autorités du pays. Cela afin d’assurer leur protection dans une situation désespérée compromettant leur intégrité physique ainsi que la protection de leurs biens matériels en Angola.

Le CSDM leur apporte son soutien tout en s’impliquant, à travers sa structure de base en Angola, afin de parvenir à une analyse objective de la situation. D’ores et déjà, au regard de la profondeur du drame décrit, le CSDM lance un appel appuyé, à l’opinion nationale et internationale, afin qu’elles agissent, en appui aux gouvernants des pays concernés, dans le cadre des droits humains et des accords d’établissements, pour assurer leur protection physique et matérielle dans ce pays frère qu’est l’Angola.

Les premières informations recueillies renvoient à penser que les maliens, sénégalais et guinéens sont les plus nombreux à connaitre cette situation de détresse. Cela nous donne encore l’occasion de réitérer notre demande de faire de la migration irrégulière un véritable enjeu économique et politique et surtout, faire en sorte que sa gestion soit collectivement prise en charge par les Etats dans le cadre des organisations régionales constituées.

« Dans ce cas spécifique de l’Angola, les gouvernements du Mali, du Sénégal et de la Côte-d’Ivoire, ne peuvent-ils pas agir ensemble, avec l’appui conséquent de l’OIM, pour la mise en œuvre d’une solution urgente et appropriée ? » S’interroge-ton au CSDM.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here