SNIPIL: Abdrahamane Hinfa Touré reconduit pour 5 ans

5

Les assises du 13e congrès du Syndicat national de l’information, de la presse, de l’imprimerie et du livre (SNIPIL), ont eu lieu ce 31 octobre 2018 à la Maison de la Presse. Placés sous le thème « Paix et construction nationale », les travaux de ce 13e congrès ont été marqués par le renouvellement du bureau. Il a été également question de la présentation du bilan du bureau sortant. Aux termes desdits travaux, le secrétaire général sortant, Abdrahamane Hinfa TOURE, a été reconduit pour un nouveau mandat de 5 ans.

À l’ouverture des travaux, le secrétaire général du SNPIL, Abdrahamane Hinfa TOURE, a indiqué que ledit congrès s’ouvrait dans un contexte particulier marqué par des crises diverses et multiformes. Ces crises constituent, dit-il, une menace pour l’existence de notre nation. Elles nous interpellent tous à plus d’engagement et de sacrifice. C’est pourquoi ce congrès, a-t-il fait savoir, est une occasion pour les participants de procéder à une analyse sans complaisance de la vie de la nation.
Faisant l’état des lieux, il a dénoncé les multiples atteintes aux libertés individuelles, collectives et surtout syndicales. Il a également rappelé que le front social était en ébullition, avec de multiples grèves, dont il attribue les causes à la mauvaise répartition des ressources, le déficit de gouvernance ou même l’absence de dialogue social fécond gage de stabilité. Pour le syndicaliste, cette situation nous interpelle. Pour changer la donne, il a appelé à la mobilisation pour l’émergence d’une société plus juste et plus équitable.
Concernant son bilan, il a rappelé que durant le mandat qui s’achève, son bureau a accompagné les comités syndicaux SNIPIL de l’ORTM et de l’AMAP lors des négociations autour de leur cahier de doléances respectif.
Parmi les résultats obtenus, il a cité : l’alignement de la grille salariale et des primes des contractuels ; la signature du décret présidentiel autorisant le reversement de la redevance radio, télé à l’ORTM ; sans compter l’affectation des bâtiments de l’ancien cabinet du ministère de la Communication à l’AMAP.
Cependant, a-t-il reconnu, « l’arbre ne doit pas cacher la forêt », malgré ces acquis. Selon lui, le bureau sortant était confronté à un faible niveau de mobilisation des ressources financières internes. D’ailleurs, il a profité de l’occasion pour interpeler tous les responsables présents à cette rencontre face à leur engagement militant.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here