Suspension de la grève des magistrats : Quelle leçon ?

0

Les magistrats viennent de suspendre leur mot d’ordre de grève illimitée jeudi passé, avec ses conséquences incalculables. Des universitaires reviennent sur les leçons à tirer de ce mouvement pour votre quotidien, l’Indicateur du Renouveau.

Les magistrats seront dans les juridictions à partir d’aujourd’hui après 100 jours de grève et un bras de fer avec le pouvoir. Mais quel enseignement tirer de ce mouvement de grève qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive ?

Pour Dianguina Tounkara, chargé de droit du travail et instituions juridictionnelles à l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB), aujourd’hui, la question même de la grève est en jeu. L’universitaire estime qu’il est temps de prioriser le dialogue social. Pour lui, la grève doit être le dernier recours des syndicats. “La grève n’est plus l’arme fatale des syndicats, la place de la grève dans la stratégie syndicale a évolué, estime le professeur de droit. Les magistrats pouvaient obtenir ce qu’ils ont obtenu par le dialogue social”.

Mamadou Bakaye Dembélé, enseignant-chercheur à USJPB, rappelle le non-respect du service minimum et ses conséquences dans un Etat de droit. “La seule leçon à retenir sur ce point, c’est que la thèse qui soutient la dépendance du judiciaire à l’exécutif est fausse. Le pouvoir judiciaire vient de prouver qu’il est le maître incontesté. Il viole la loi quand il veut, il la respecte quand il veut”, dénonce-t-il dans un article publié sur le site Mali24. Parce que pour l’universitaire, les magistrats ont observé le mouvement en violant le service minimum, une obligation de leur charge en cas de grève.

Tout ça pour ça

Au départ, les magistrats ont demandé l’amélioration de leurs conditions de vie à travers la revalorisation de la grille salariale et la sécurisation des juridictions. La question sécuritaire a été réglée dès le déclanchement de la grève selon le ministère de la Justice.

La grille salariale était le seul point sur lequel les parties n’ont pas eu un compromis. Malgré l’intervention de plusieurs personnalités, les magistrats n’ont pas voulu lever le mot d’ordre de la grève.

Le président de la République avait demandé aux syndicats de suspendre le mot d’ordre de grève. Une main tendue finalement saisie par les deux syndicats des magistrats lors de l’assemblée générale du jeudi 1er novembre 2018. Donc au finish ils n’ont obtenu qu’un engagement de la part du président de la République.

Pour apaiser le front social, le gouvernement décide d’organiser une conférence sociale au cours de laquelle les différentes revendications seront étudiées. Le Premier ministre a annoncé cette mesure au cours de sa rencontre avec des acteurs syndicaux. La tenue de ces assises constitue l’un des enseignements de la grève des magistrats.

Yehia Mahmoud

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here