Visite du PDG de la CMDT à l’usine de Kadiolo : Baba Berthé met des responsables dans leurs petits souliers

3

Dans sa traditionnelle visite des unités de production du parc d’usine de la Compagnie malienne pour le développement des textiles, CMDT/Holding, à la veille de chaque campagne d’égrenage, le Professeur Baba Berthé a visité, du vendredi au samedi, les unités de production de la filiale Sud/CMDT. De Bougouni, Koumantou, jusqu’à Kadiolo, en passant par celles de la ville de Sikasso. A Kadiolo, il a craché ses quatre vérités aux cadres et au personnel et les a invités à prendre toutes leurs responsabilités pour un démarrage, dans le délai, de la campagne de production.

Malgré l’inauguration officielle de l’usine, à la veille de l’élection présidentielle, des travaux restaient à exécuter, avant l’ouverture de la campagne d’égrenage. Il s’agissait, entre autres, de l’électrification entière du site, pour la sécurité des travailleurs ; le recrutement du personnel (ouvriers) par le chef de production, pour la continuité des travaux et la finition et l’évacuation des balles de coton déjà produites.

Signalons que les travaux d’installation de l’usine sont en cours depuis 2015, pour un délai d’exécution de douze mois de travaux, selon les clauses du contrat, à partir de la fin d’année 2105. A ce jour, l’unité de production du Folona connait toujours d’énormes difficultés, quant au démarrage effectif des travaux. Un constat fait par le Pdg Baba Berthé.

Attendus à sept (7) heures, c’est aux environs de sept (7) heures et trente minutes que le Pdg et sa délégation ont observé leur escale à Pourou, village situé à 6 kilomètres de Kadiolo, où se trouve le site de l’usine.

A la rencontre du personnel de l’unité de Kadiolo, la dernière du parc qui pousse très lentement, le Professeur Berthé n’a pas manqué de cracher ses quatre vérités aux responsables de l’usine. Certes, des efforts sont consentis, tous les jours, mais il a appelé les uns et les autres à redoubler d’efforts pour être à jour vis-à-vis de la date prévue pour le démarrage de la campagne d’égrenage de l’unité du Folona.

Le démarrage du démarrage très attendu de cette usine par les autorités publiques, dont la Direction générale de la CMDT et les producteurs de coton, n’a laissé indifférent le PDG et sa délégation. C’est pourquoi, certains responsables ont essuyé la colère du patron de la CMDT.

Aujourd’hui, ce retard considérable est une évidence, une fois franchis les seuils de la cour de l’usine. La rigueur étant le credo du PDG, il n’a pas manqué, au regard de toutes les irrégularités dont notamment le non-respect des clauses du contrat par l’entreprise chargée de l’installation de l’unité, Baba Berthé en a fait tout un fromage.

Pour lui, point de place pour les explications à tort et à travers. Il a invité les intéressés à serrer la ceinture, plus précisément l’entreprise en charge des installations, pour se mettre à l’abri de tout risque de refus de réception des travaux. Pour le chef de production, il s’agit de finaliser le stock de balles produit et gardé dans les magasins, sans protection. Les responsables ciblés par le PDG sont le chef de la production cotonnière et le représentant de l’entreprise en charge des travaux de construction et d’installation de l’usine.

Faut-il le rappeler, lors de sa visite dans la troisième région en août 2015, le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita a procédé à la pose de la première pierre de cette nouvelle unité industrielle d’égrenage à Kadiolo. C’était en présence du Dr Bocary Tréta, alors ministre du Développement rural, et du président-directeur général de la Cmdt, Kalfa Sanogo. IBK avait instruit, ce jour-là, que l’accent soit mis sur le délai d’exécution des travaux, pour qu’à la fin des douze mois du contrat tout soit prêt pour accueillir le coton dans l’unité de production du Folona.

A noter que ce projet est entièrement financé par la Compagnie malienne de développement des textiles (Cmdt) à hauteur de 12 milliards de FCFA. Il comprend trois égreneuses et 170 scies, pour une capacité d’égrenage estimée à 45 balles par heure, avec une superficie de 25 hectares. Elle permettra la création de plus de 231 000 emplois directs. A cet effet, le maire de Kadiolo avait fait savoir que ce projet est un rêve qui devient une réalité pour les populations de sa commune, qui ont produit 24 900 tonnes de coton durant la campagne 2014-2015 et en prévoit 39 900 tonnes pour 2016-2017.

Bocari Tréta, ministre du Développement rural d’alors, a faisait savoir que la réalisation de cette unité industrielle s’inscrit dans la perspective du Programme de développement stratégique de la filière coton, qui prévoit une production de 800 000 tonnes de coton graine et de 3 millions de tonnes de céréales sèches à l’horizon 2018. Pour atteindre cet objectif, disait-il, la Cmdt s’est lancée dans la réalisation d’un vaste programme d’investissement triennal, en vue d’augmenter son potentiel d’égrenage par la construction de trois nouvelles usines, d’une capacité de 50 000 tonnes de coton graine chacune. Le ministre Tréta a aussi fait savoir que le parc industriel de la Cmdt comptait actuellement 17 usines, d’une capacité de 575 000 tonnes. « Celle-ci, rapportée à la production de coton de la campagne agricole 2014 – 2015, de l’ordre de 548 000 tonnes, de surcroit une année moyenne, prouve, s’il en était besoin, que la capacité d’égrenage de la Cmdt est presque atteinte ».

A le croire, pour le choix de Kadiolo pour abriter la nouvelle usine, le Ministre indiquait que le niveau de production du coton graine de cette zone d’intervention était passé de 21 217 tonnes en 2011-2012 à 24 900 tonnes en 2014-2015, soit 17% d’augmentation. Selon lui, le choix du Folona pour implanter la nouvelle usine d’égrenage se justifie également par la proximité du site avec le réseau de l’Energie du Mali (EDM-sa), les facilités de collecte et d’évacuation du coton graine et la diminution des frais de mise en Free On Bord (FOB) de la fibre.

Correspondance particulière

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here