Cabale contre Babaly Bah: Le PDG de la BMS victime de ses succès et de ses prouesses

6

Pour ternir l’image de Babaly Bah qui fera valoir ses droits à la retraite le 31 décembre prochain, les détracteurs non contents de ses succès et prouesses enregistrés à la tête de la banque malienne de solidarité sont entrain d’utiliser toutes sortes de méthodes nuisibles. Ainsi depuis quelques temps on assiste à des accusations mensongères et fallacieuses contre le PDG de la BMS-SA Mais hélas le plan de ces maitres qui se plaisent dans le dénigrement systématique des cadres sérieux et honnêtes, est voué à l’échec.

En nommant Babaly Bah président directeur général de la banque malienne de solidarité en 2004, on peut dire aujourd’hui que les plus hautes autorités du pays de l’époque ne se sont pas du tout trompées sur le choix de ce valeureux banquier.

Ainsi de cette date, la BMS-SA s’est révélée comme l’une des banques des plus performantes de la place en témoigne son ascension fulgurante au Mali et à l’extérieur du pays. Si on se réfère aux attaques récentes contre le président directeur général de la banque malienne de solidarité, ce n’est ni moins ni plus qu’une pure méchanceté gratuite de ses détracteurs tapis dans l’ombre tout simplement il a bénéficié d’une rallonge de deux ans supplémentaires conformément à la loi.

Si pour les uns, ils se croyaient être désignés par Babaly Bah pour lui succéder à la tête de la banque après son départ à la retraite le 31 décembre prochain, d’autres à cause des succès et des prouesses enregistrés par le natif de Dianakabou et certains parce qu’ils sont pressés d’occuper ce poste. Cet homme qui est reconnu aujourd’hui comme une providence pour la banque du fait des réalisations et des résultats salués par tous les membres de 2004 à maintenant, trouble le sommeil aux éternels tourneurs de vestes plus soucieux de leurs intérêts personnels que du développement du pays à travers cette banque de solidarité.

Si Babaly Bah a été prié de rester deux ans supplémentaires à la tête de cette banque alors qu’il devrait faire valoir ses droits à la retraite en 2016, c’est parce qu’il est un homme travailleur, dévoué, respectueux et loyal qui n’a qu’un seul souci, le développement et l’épanouissement de cette banque. Ce qui n’est pas le cas des prédateurs sont nichés les détracteurs actuels du natif de Diankabou. On comprend donc que cela les énerve même s’ils savent que la loi autorise cette rallonge de deux ans mais ne veulent rien savoir qu’après s’être enrichis aux différents postes occupés qu’on ne puisse plus leur faire confiance.

Or, s’il était permis de sacrifier à un quelconque inventaire des casseroles que trainent les détracteurs de M. Bah, on serait bien en peine d’en trouver derrière l’actuel PDG de la banque malienne de solidarité. Ces maitres en dissimulation, coups bas et lâcheté qui se font entendre depuis quelques temps n’ont autre temps que de ternir l’image de celui qui fera valoir définitivement ses droits à la retraite le 31 décembre prochain. Mais les réalisations et les résultats comme par exemple l’absorption de la BHM par la BMS-SA et l’acquisition de son propre siège sis à l’ACI 2000 sous la haute bienveillance de Babaly n’ont fait que les envahir de haine, d’angoisse et de désespoir.

Du coup il est aisé de comprendre ces mufles, ces tartufes et ces marchands de calomnies et de dénigrements qui jurent de trouver la petite bête, voire le gros bâton à mettre dans les roues de ce valeureux banquier. Espérons que le PDG de la BMS-SA ne répondra pas à ses détracteurs qui, toute leur vie se tapissent dans l’ombre pour nuire à sa bonne réputation.

Ceux-là même qu’il a vus depuis longtemps, passer et s’enrichir dans les différents services et administration ; don t il sait la raison de leurs renvois des postes qu’ils avaient servis ; dont il connait leurs incompétences et leurs limites avant de parachuter à la banque malienne de solidarité car comme, disait Conficius : « l’homme supérieur ne se tourmente ». En tout état de cause Babaly Bah mènera sa lourde tâche jusqu’au bout dans la voie où le sort a voulu l’appeler. Et ce n’est pas ces mensonges grotesques et fallacieux qui pourront distraire le PDG.

Sadou Bocoum

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here