Propos mémorables : Alpha Oumar Konaré Président de la République (24 mai 1999)

6

’Le qualificatif de « quatrième pouvoir » donné au poids des médias dans la sphère d’influence des Etats et des sociétés a crû, de façon significative, au fil des évènements de l’histoire mondiale. Il s’agit là d’une influence qui s’est imposée envers et contre toutes les tentatives d’intimidation et de rétorsion, tout simplement parce que la presse, à la différence de la plupart des disciplines et des pratiques, peut être perçue comme véhiculant la totalité des valeurs de la culture.

Elle est philosophie quand elle procède à l’examen des destins des peuples et des hommes politiques.

Elle est idéologie quand elle prend l’option d’un lecteur particulier et partisan de la théorie et de l’action politique.

Elle est littérature quand elle attache à la forme du message la même considération qu’au fond. Elle véhicule une forme d’art achevée à travers ses illustrations, ses bandes dessinées, ses croquis.

La presse enfin est une éthique au sens fort, lorsqu’elle considère que son exercice doit s’accompagner de l’observance stricte d’un corps de valeurs qui lui seraient spécifiques.

Aussi, est-ce aujourd’hui une certitude qu’en cette fin de siècle, et demain de plus en plus, la suprématie des Etats se construit autour de la maîtrise et de la diffusion de l’information, au double titre de la quantité et de la qualité. L’Afrique, d’une façon générale, et singulièrement le Mali, mon pays, sont donc forcément sensibles à cet état de fait, en même temps qu’ils sont attentifs à l’émergence des nouvelles technologies de l’information, pour la raison bien simple que parmi les défis majeurs que le continent doit affronter pour le siècle prochain, l’accès à ces technologies conditionne pour beaucoup les possibilités de développement.

Pour autant, on ne peut, concernant l’Afrique, disserter de façon univoque sur les différents types de médias, dont chacun répond à un contexte particulier, lié à l’histoire de son émergence et aux conditions politiques, sociales et matérielles qui le spécifient.

La presse écrite, le presse audiovisuelle et Internet, loin d’avoir des positions semblables, sont en quelque sorte le reflet même du continent, dans ce qu’il véhicule de succès et de difficultés, que ceux-ci soient politiques, sociaux ou économiques.

D’une façon générale, la presse africaine a connu son printemps au début des années 1990, dans le sillage des revendications pour la liberté et la démocratie.

NB : Alpha Oumar Konaré est fondateur et premier Directeur du publication du journal les Echos lancé le vendredi 17 mars 1989 en à feu Abdoul Karim Camara dit Cabral assassiné le 17 mars 1980.

Rassemblés par

Boubacar Sankaré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here