‘‘Facebookan’’: découpage, au nom de la logique et de la cohérence

0

Le projet de recoupage administratif constitue, ces derniers temps, le principal sujet de toutes les causeries au Mali. Les débats sur internet ne font pas exception. Lancé en 2012 par le président ATT, certains internautes pensent que les partisans de l’ancien président, au nom de la logique et de la cohérence, se devraient d’accueillir ce projet à bras ouvert. Passe d’armes entre les pros et anti conférences régionale. Votre ‘’Facebookan ‘’ du jour !

Aboubacar SIDIK FOMBA :

« Les pro ATT doivent soutenir ce découpage administratif »

Par cohérence politique, tous ceux qui ont soutenu ATT doivent contribuer positivement à la réussite de ce découpage administratif.

Adama Ouattara : « Je ne suis pas contre mais… ».

Je ne suis pas contre mais, que ça ne se fasse pas dans l’improvisation de notre ministre de l’administration territoriale, du premier ministre et du président de la république.

Oumar Tientigui Dembélé :

« Nous exigeons une concertation inclusive »

Ça fait rire d’entendre des arguments pareils, de la part d’un homme à la sauce. Personne ne sera contre une réorganisation du territoire, comme la révision constitutionnelle. Mais nous exigeons une concertation inclusive pour les grands sujets concernant le pays.

Aboubacar SIDIK FOMBA : «C’est une continuité »

Je reconnais tout simplement que c’est une continuité et, nous qui avons soutenu ATT, devrons faire en sorte que le projet continue, conformément à l’objectif de ce dernier. J’ai personnellement soutenu au temps d’ATT et quand l’opérationnalisation de Taoudéni et Ménaka a commencé, j’ai crié à l’injustice surtout pour les régions de Dioïla et Bougouni. Pour dire que moi, je suis dans une logique qui n’est en rapport avec aucune position politique actuelle.

Oumar Ouattara : «ATT n’a jamais dit qu’il faut créer 8 cercles à Kidal »

ATT n’a jamais dit qu’il faut créer 8 cercles à Kidal, donc 8 députés pour 75 000 habitants. Kidal est moins peuplé que Banconi.

Aboubacar Sidick Fomba: «Acceptons les concertations »

Donc acceptons les concertations pour proposer et le projet arrivera aussi à l’AN où nous avons nos élus.

Patrice Emérite Lumumba : «acceptons les concertations »

À mon avis les concertations devraient avoir lieu, en amont de l’avant-projet de réorganisation territoriale, pour éviter les frustrations et les blocages. Je voudrais tout simplement vous dire qu’en démocratie, le droit à l’information publique par les citoyens est un droit fondamental de prévention et de préservation des conflits. Ce gouvernement est nul en matière de communication politique et institutionnelle, c’est pourquoi, il y a toujours des contestations dans la rue par rapport à leurs projets. La démocratie n’est pas la loi de la majorité, elle est aussi la loi des minorités. Ce projet de réorganisation territoriale créerait plus de plus problèmes, tant que les communautés ne le légitiment pas. Ce projet risque de rehausser le niveau des paranoïas identitaires dans les régions du nord, notamment la zone de Gao. Je suis pour le projet de la réorganisation territoriale, mais la démarche adoptée par le gouvernement n’est pas inclusive, ni constructive. Dans un État de droit, on n’impose jamais un projet taillé sur mesure au peuple. Je suis de ceux qui pensent qu’il faut une réorganisation territoriale pour une meilleure redistribution des ressources publiques aux différentes échelles d’économie. Cela pourrait permettre de réduire considérablement les inégalités sociales et les conflits intercommunautaires. Cependant, je ne suis pas d’accord que le gouvernement s’approprie seul du projet. Il faut un large dialogue politique et social autour de ce projet pour éviter les frustrations dans un pays en crise multidimensionnelles.

Mes amitiés !!!

Ibrahim Toure : « Quand c’est pour le Mali vous accusez ATT de mal gérer le pays »

Abritez-vous derrière ATT quand vous voulez faire plaisir à la voix des armes, mais quand c’est pour le Mali vous l’accusez de mal gérer le pays. Pourquoi vous ne l’attribuez pas la paternité du G5 Sahel, de l’échangeur de Ségou ? La route Ségou-Bamako et beaucoup de grands projets ? Je soutien les initiatives d’ATT, mais ce découpage qui est la volonté des armes n’est pas de lui. Ne tara.

Gata Keita : « Le décret a été voté le 02/03/2012 »

Quand même, c’est un projet d’ATT, voté le 02/03/2012, la nuit à l’insu de tous les maliens. En présence de Dioncounda TRAORÉ comme Président et Younoussi TOURÉ comme 1er vice-président.

Boubacar Karamoko Coulibaly :

« Le projet actuel a mis le pays sous tension »

Même si cela dénature son projet initial, qui découlait lui-même du programme de la mission de décentralisation adopté par le régime Alpha Oumar konaré, décentraliser c’est donner davantage aux populations la maîtrise de leurs destins mais pas à la hussarde. Le projet actuel a mis le pays sous tension au lieu de l’apaiser. C’est bien là la preuve que quelque chose n’y pas. Tout le monde ne peut se tromper à ce point.

Ibrahima Sory Diabakaté :

« Oui à la réorganisation administrative, pas la hussarde » !

Qu’est-il donc arrivé à mon ami Aboubacar Sidick Fomba, au point de défendre un projet rejeté et vomi par une franche importante de la population ? Je reste pantois, face à la détermination de notre cher ami qui, il y a si peu, avait une capacité de discernement et d’analyse enviable. Non, je refuse de croire à ce que j’assiste en ce moment, avec notre ami commun. Oui à la réorganisation administrative, mais pas à la hussarde. Jusqu’où, nous conduira la ribambelle de politiques au sommet de l’État ? Prêt à tout brader, avec des compromissions sans lendemain. Dieu veille !

Ibrahima Sory Diabakaté :

« Battons-nous vraiment pour ce pays »?

Parce que le nouveau projet a trouvé le pays sous tension, qu’il faut lui porter le coup de grâce Aimons-nous et battons-nous vraiment pour ce pays. Je reste dubitatif !

Ibrahim Nienta : «Sous ATT, c’était toujours au stade de projet »

Président, encore une fois il y a un problème dans tes propos. Je ne trouve pas un lien inéluctable entre les deux. Comme je te l’ai toujours signalé, le contexte, dans le processus de découpage d’un pays (qui appelle souvent à des réformes politiques et électorales), est très important. N’oublie pas aussi que sous ATT, c’était toujours au stade de projet. Je ne suis pas contre un découpage territorial, mais il faut se donner largement le temps d’analyser les enjeux avec toutes les composantes nationales. En substance, un pays vaste comme le Mali a besoin de réformes territoriales, mais pas sur fonds de conflits intercommunautaire et ou identitaire. Les analyses à ce stade doivent se focaliser sur la facilité et non sur la mise en œuvre,

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here