Processus de paix au Mali : La gestion inclusive de la sécurité fortement recommandée

5

Dans le cadre du projet « Sécurité autour des voies urbaines de la commune 6», l'Association Malienne des Droits de l'Homme (AMDH), en partenariat avec l'Institut des Etats Unis pour la Paix (USIP), a organisé le mercredi 14 et jeudi 15 Novembre 2018 à la Maison du Partenariat Bamako- Angers, un atelier de formation pour la sensibilisation des Médias à la Gestion inclusive de la Sécurité. L’objectif général de cet atelier vise globalement à sensibiliser et à renforcer la connaissance des représentants des médias sur les approches inclusives de sécurité afin que la paix soit une réalité au Mali.

Les travaux de cet atelier ont enregistré la présence du coordinateur général de l’AMDH, Drissa Traoré, du chargé du projet national, Dialogue sur la justice et la sécurité au Mali, Kadiatou Yacouba Keïta, d’une trentaine de journalistes, des membres de la justice, de la défense et de la sécurité. Il ressort des termes de référence dudit atelier que l'Institut des États-Unis pour la Paix(USIP) a initié un programme de Dialogue sur la Justice et la Sécurité (JSD) dans certains pays du Sahel et du Maghreb, dont le Mali, en vue de faciliter la mise en place d'un système de sécurité basée sur une approche inclusive et centrée sur les besoins réels des acteurs concernés.

Selon le document, le Projet JSD au Mali vise l'amélioration des relations entre les communautés locales et les forces de défense et de sécurité intérieure. Le projet permet aussi de renforcer leurs capacités collectives dans le but d'identifier et résoudre en synergie les défis sécuritaires au moyen d'un processus inclusif et participatif. « Depuis septembre 2016 des sessions de dialogue entre les acteurs clés sont organisées.

À la suite de ces sessions, les acteurs ont identifié plusieurs phénomènes d'insécurité comme le vol, le viol, le braquage, les agressions physiques, les violences sexuelles, le trafic et la consommation de stupéfiant, le banditisme le proxénétisme, le trafic d'arme et de minutions et les incendies. Ceux-ci ont été par la suite priorisés et ramenés au banditisme et trafic et consommation de stupéfiants. Des diagnostiques approfondis et complet à l'aide de l'arbre à problème ont permis d'identifier d'une part les racines/causes de ces problèmes, et d'autre part leurs conséquences sur la communauté », souligne le document. Selon le coordinateur général de l’AMDH, Drissa Traoré, l’objectif général de cet atelier vise globalement à sensibiliser et à renforcer la connaissance des représentants des médias sur les approches inclusives de sécurité.

Durant les deux jours de l’atelier, il y a eu plusieurs présentations dont celle de l’AMDH, de l’USIP, la présentation du programme de Dialogue sur la Justice et la Sécurité (JSD) dans certains pays du Sahel et du Maghreb, la police de proximité, l’état des lieux des initiatives de police de proximité, le rôle des journalistes dans les efforts de Paix, Médias :quelle contribution pour une sécurité inclusive et bien d’autres. Dans leurs présentations, la chargée du projet national, Dialogue sur la justice et la sécurité au Mali, Kadiatou Yacouba Keïta aussi bien que Brahima Konaté de l’AMDH ont fait savoir que la gare routière de Sogoniko est une zone criminogène, une zone d’insécurité.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here