Commune Rurale de Hawa Dembaya : pour le bonheur du Mali, L’Etat et ALBATROS ENERGY SA s’allient

6

C’est là juste alliance à laquelle notre pays doit une nouvelle centrale thermique, spécial «bébé» porté par Amadou Sow et Koen Beckers ; et quinze mois durant ! Difficile gestation dont la conclusion opérante a fait l’objet, le mercredi, 31 octobre 2018, d’un baptême à Médine, dans le cercle de Kayes ; et, sous le patronage de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta ! Le grandiose événement a enregistré la présence du peuple trié au volet et la remarquable participation d’éminentes personnalités de la République et de l’Etat du Mali, dont des membres du Gouvernement, ceux du cabinet présidentiel, des administrateurs civils, des élus nationaux et locaux, ainsi que les autorités autochtones.

Là, tenant d’une main bienveillante le ruban symbolique de la toute nouvelle Centrale Thermique, le Président de la République a, de l’autre main agile, saisi le ciseau bleu de bonheur et l’a délicatement passé entre les fils de la petite bande immaculée également tenue par le ministre Sambou Wagué de l’Energie, comme du reste par Koen Beckers et Amadou Sow. SEM IBK rend effectif ainsi «le premier projet indépendant énergétique » dont le sigle en anglais donne «IPP» (Independent Power Producer).

Le ministre Sambou Wagué de l’énergie a beau cacher son regard derrière de petites lunettes légèrement fumées, il est pris en flagrant délit, de ravissement en admiration de l’œuvre : unprodige architectural portant la prestigieuse signature de l’entreprise danoise de construction de centrale électrique, Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC). Celui qui a mission de résoudre les problèmes énergétiques du Mali ne quitte pas des yeux ALBATROS ENERGY ! Et ces problèmes sont si criards que le Président de la République vient de témoigner : «Quand vous vous adressez à des partenaires, la question énergétique est bien souvent un obstacle, «oui votre pays, votre code d’investissement, les conditions que vous êtes prêts à nous faire sont sûrement alléchantes mais il semble que le disponible énergétique soit un obstacle rédhibitoire».

Alors, le 20 octobre 2017, sa décision tombe, ferme, attribuant, à Albatros Energy SA, ce site en titre foncier n°14181 d’un hectare.Et SEM IBK, Président de la République, Chef de l’Etat du Mali a raison : « le PPP (partenariat public privé) est une formule heureuse ». C’est désormais une fabuleuse source d’énergie qui se dresse aux portes de Médine, ancienne capitale du royaume peulh du Khasso également appelé Hawa Dembaya, chef-lieu de la commune rurale éponyme. Une présence qui sonne un peu comme un clin d’œil au royaume voisin du Bambougou (Bambouk), où ont toujours convergé tous les miniers du monde. Et, le temps faisant son chemin, les moyens d’exploitation de ces mines multiséculaires ont changé à bien d’égards ; mais l’or du Bambougou demeure toujours aussi prisé, sinon plus, avec la mondialisation qui a fait du monde un village planétaire. Le ministre Wagué croit rêver.

Non, vous ne rêvez pas !

C’est, du moins, ce que semble, à l’oreille du ministre Wagué, souffler le malien, Amadou Sow. Il est environ 12H06 lorsque respectueux fils du Mali, se lève, avec la permission du père de la nation. Mais le peul est aussi connu pour sa bravoure. C’est lui qui a déniché l’oiseau rare, le danois Koen Beckers. A deux, ils iront à la conquête des partenaires parmi lesquels d’autres jeunes maliens. Leur rang ainsi élargi, ils se lancent dans ce que le Président de la République appelle une « véritable aventure industrielle ». Et l’aventure est telle que le jour de la clôture financière, en juin 2017, «à Paris, jusqu’à 11H du soir, personne n’y croyait », relève madame Aurèle Sacko, représentant «la BOAD», détentrice du «mandat d’arrangement».

Tout est donc bien qui finit bien. Le promoteur et son étonnante équipe ayant réussi à recueillir «122 millions d’EURO » soit « 80 milliards de FCFA ». Significative somme que seuls les Etats, les multinationales ou les organismes internationaux peuvent réunir chez nous, au Mali, et même en Afrique.L’émotion est palpable. Amadou Sow réajuste sa cravate. Mais, le Président du Conseil d’Administration d’Albatros Energy SA peut se mettre à l’aise. Sur les «80 milliards », un montant de «40 milliards » est constitué «de don» contre «40 milliards de dette à taux zéro ».

Il est 12H26 lorsque Mme Aurèle Sacko fait la révérence au Président de la République. Ainsi, de bleu vêtu, comme dire son bonheur, elle arpente la scène et s’impose à la tribune. Son bonheur est contaminant. Le Président de la République est atteint, visiblement. Le professionnalisme du «constructeur danois » a conquis la banquière ; en ce sens queBurmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC) a tenu ses engagements. Non seulement « dans les délais », réalisant le projet dans un délai de « 15 mois » contre un délai de « 16 mois » prévu ; mais aussi « dans le budget, dans les coûts», précise Aurèle Sacko. Le fait est rare: « C’est un cas exceptionnel dans ma carrière de banquier. La victoire est mieux appréciée quand c’est difficile. J’ai rarement vu un projet dans le genre finir. Mais, les bailleurs de fond se sont précipités pour payer. Ils devraient finir en 16 mois, ils ont fini en quinze mois. Ils ont battu ce record-là», confie une autre partie prenante du projet, monsieur Birama B. SIDIBE, Managing Director du cabinet INTERFACE (opportunities without borders). Alors, chez les argentiers :« on en redemande », révèle Aurèle Sacko, résumant le «projet champion» à «trois » petits « mots » : « croyance-détermination-coopération » ! Et la spécialiste explique «Croyance », dans la mesure où « tout le monde a cru en projet » et « la motivation » de chacun était que leur « la détermination » le disputait à la « coopération sans laquelle ce projet n’aurait pas vu le jour », en ce sens que chacun s’interrogeait : « comment aider pour que le projet voit le jour?». Le Managing Director du cabinet INTERFACE (opportunities without borders) répond : « C’est un succès retentissant jusqu’à aujourd’hui ». Assurément, Albatros Energy partie des « Best practice », s’extasie la banquière, arrangeuse des financements.Et, toujours aussi pleine d’enthousiasme, elle lance une invite spéciale : «Monsieur le Président, vous pouvez être fier de ce projet, nous, nous en sommes fiers ». De ce pas énergique, Aurèle Sacko retourne à la tente des grands, transpirant mais gardant le sourire. Arrivée auprès du gentleman qui lui adresse toutes ses vives félicitations, la brave dame de la BOAD s’autorise une petite confidence à l’oreille puissante.

Dès lors, Koen BECKERS peut en scène entrer. Il court, saute, grimpe le podium sur lequel est dressée la tribune et s’empare du micro. Ainsi, sous le regard droit du premier magistrat à l’honneur immaculé, l’hôte malien de marque introduit ce qu’il appelle leur « bébé ». En fait de bébé, il s’agit d’une centrale thermique «certifiée ISO » et forte de « six unités de moteursdiesel quatre-temps à vitesse moyenne, de type 16CM43 », précise le Directeur technique, Seydou Konaté ; selon lequel « les moteurs » sont « fabriqués par Caterpillar Motoren GmbH & Co. KG » ; et « la Centrale est développée en suivant un concept modulaire et éprouvé pour les centrales diesel, sur la base d’unités standards disposées dans un aménagement global assurant un service et une maintenance efficaces des machines et de l’équipement » , le tout suivant «normes européennes », même si «les travaux sur site » sont «exécutés conformément aux normes locales ». Au Directeur Général de la Centrale Albatros de couronner son cadre, le très compétent ingénieur, Seydou Konaté, Directeur Technique d’Abatros Energy ; ainsi que l’excellente Directrice Nationale de l’Energie, madame THERA FOFANA. Deux dignes fils du Mali qui recevront pour l’heureuse circonstance les vives félicitations du Président de la République. Koen BECKERS rendra également un hommage appuyé à son honorable épouse, Ruth BECKERS ; et, pour avoir travaillé « dans l’ombre en sous-marin, sans reconnaissance du mérite qu’elle aurait pourtant très bien pu réclamer», sans oublier son alter égo malien Amadou SOW et ses collaborateurs ; lesquels méritent tous l’exquis «bracelet » à la « mention champion ».

Alors, «bracelet» exquis pour «un projet champion» !

Aujourd’hui, 31 octobre 2018, Hawa Dembaya, le bonheur est à son comble. Le Président de la République du Mali brûle de pousser les heures, en directionde minuit. Heure précise à laquelle courra le « contrat d’achat d’électricité » liantla CENTRALE ALBATROS ENERGY à la compagnie nationale malienne, Énergie du Mali (EDM). Et sur une durée de «20 ans » ! Mieux, en vertu de ce contrat déjà passé à la postérité, la CENTRALE ALBATROS ENERGY reviendra à l’Etat malien via l’EDM. Etau terme des vingt ans d’exploitation!

Sauf que «Vingt ans c’est pas vingt mois », soufflerait une certaine opposition.

Mais le scepticisme n’a pas sa place dans la mouvance présidentielle ; laquelle est, en « cette cérémonie » que le Chef de l’Etat qualifie de « singulière », d’ailleurs représentée par de personnalités de premier ordre comme monsieur Boubacar Touré, Chef de cabinet du Président de la République, le Dr Bocary Tréta ou le Pr Younouss Hamèye Dicko.

Surtout qu’il s’agit là de célébrer un nouveau Mali qui s’invente, lentement, mais sûrement. Un Mali «debout », robuste, allant à la conquête des montagnes les plus hautaines du monde, sans le moindre complexe. Un Mali «debout », robuste, allant à la conquête des montagnes les plus hautaines du monde, sans le moindre complexe. Un Mali assez dynamique, en mouvement continu et remarquable vers le progrès qu’incarnent tant Amadou SOW etKoen Beckers ainsi que tout le beau monde embarqué à leurs côtés sur la route de l’énergie. Route lumineuse qu’empruntent désormais des milliers de citoyens maliens.

D’autant que la toute nouvelle centrale thermique dispose d’une puissance de90 mégawatts (BOOT). Ce qui représente le quart des capacités énergétiques maliennes déjà fonctionnelles, assure Amadou Sow, le Président du Conseil d’Administration d’Albatros. Soit une production annuelle de « 567/heure ». Autant dire une féroce puissance de frappe au cœur de la pauvreté.Rien qu’à en juger par le nombre de ménages devant avoir droit à l’électricité : quelques 780 000 ! Le peuple chante et danse.

Comme un signe d’espoir, la tribune affiche un fond vert auquel vient en renfort une présence en or soulignant le potentiel minier, le tout couronné d’une fleur rouge folle rappelant un baiser brûlant au cœur du Mali. De la tente des grands, le Maire de la Commune de Hawa Dembaya, Djibril Makhan dit Djibi N’Diaye, de blanc vêtu, se lève, entre en scène et, classeur sous le bras, avance vers la tribune. Le Maire heureux y salue 380 emplois déjà créés dont 139 dans la seule commune de Hawa Dembaya. Djiby N’Diaye vient de terminer sa prestation et regagne de ce pas la tente des grands. Humble devant l’Eternel, SEM IBK, dans un geste éminemment républicain, se lève et salue l’élu local. Puis, le Président de la République s’assied, encore plus grand.

A 12H46, c’est un Sambou Wagué souriant qui prend la parole, tenant à «remercier » le Président de la République pour sa «présence qui rehausse la cérémonie » et constitue «le témoignage éloquent de l’engagement personnel du chef de l’Etat à impulser le développement économique et social » ainsi que « de l’intérêt et de l’importance » qu’il accorde « au secteur énergétique quant à son apport au bien-être de la population ». Toujours, selon le ministre de l’énergie, l’auguste présence exprime aussi toute la « volonté » présidentielle «de donner au secteur privé toute la place qu’il mérite au sein des acteur s du développement économique, singulièrement dans le domaine de l’énergie ». Comme à 12H09, le Président IBK jette un coup d’œil sur son dossier ; mais s’y attarde un peu cette fois-ci, prenant même note. A moins qu’il ne procède à quelques corrections ! L’homme étant connu pour son grand amour de la langue. C’est ce qui allait être démontré : « votre Albatros n’est sûrement pas celui de Baudelaire. Celui de Baudelaire était blessé sur un pont de navire et avait du mal à repartir, celui-là est sain et va s’envoler de son bon vol », met au point le sorboniste du Mali. Le ministre vient à son tour saluer. A la tribune, le Président de la République est attendu.

Sory Ibrahim Diallo, Chef de village de Médine, lui, s’estime « l’homme le plus heureux », en ce sens que «l’Albatros est venu à point nommé», s’imposant comme «partenaire, incontournable». Et l’héritier de Médine poursuit : « L’Albatros a été tout pour nous. Surtout, surtout, sur le développement de la Commune de Hawa Dembaya. Ils ont fait des réalisations : en une année plus 60 millions. Ils ont creusé des forages dans sept villages. Ils ont réhabilité le dispensaire de Médine, d’une valeur de plus de 30 millions ; non seulement, le matériel, les médicaments ; mais aussi et surtout le personnel : Ils ont recruté un médecin, une technicienne de santé et une matrone qui sont à leur charge. Donc, ça c’est un acquis. D’autre part, ils ont organisé des cours de vacances pour un mois, et chaque enseignant s’est frotté la main, avec une bagatelle de 75 000FCFA ; donc, ça c’est beaucoup. Ils ont d’autres réalisations à faire. Ils doivent réhabiliter l’école Abdoul Wahab Sarr de Médine. Ils sont prêts pour construire une salle informatique, ils vont doter l’école d’ordinateurs, pour que les enfants puissent apprendre à connaître l’ordinateur, à le manipuler l’ordinateur ; puisque tout se fait désormais par ordinateur. Ils sont là pour vingt ans ; mais, chaque année, ils ont des projets à faire. Pour le moment, ils sont intervenus dans les domaines de la santé, de l’adduction d’eau et reboisement ; à cet égard, ils ont fait cinq hectares de gomme arabique, uniquement pour les femmes de Médine ».

Autant de réalisations auxquelles le Président de la République reste « très sensible ». Et, il explique : «on ne vient pas dans un espace dont le vide sidéral serait inquiétant, on vient dans un endroit où il y’a les populations, lesquelles baignent dans un environnement, lequel doit être sécurisé, conforté. Et quoi de plus important que le soin apporté à la qualité de vie des ressources humaines des habitants, vous y avez songé ».

D’une sobre prestance, le Malinké encore assez solide affiche même un subtil sourire. Foutaise, s’écrirait une opposition râleuse, arguant les mêmes arguments spécieux dont se lasse le peuple!

Tous les yeux convergent vers la première institution du Mali, sentant encore le délicat parfum des urnes. L’instant est solennel. A la tribune, l’orfèvre des mots, jubile et la parole fuse, délicieuse : «Quel bonheur ! Quel bonheur !». Le peuple, autour de lui rassemblé, savoure. Le Président de la République est dans son élément. L’un de ses plus beaux rêves féconds se réalise, celui de voir « des jeunes maliens » faire le magnifique «pari du Mali », à travers un « projet innovant et stratégique », comme le dit Koen Beckers. Et Albatros Energy «c’est historique et c’est du jamais vu », affirme péremptoire Amadou Sow.

Là s’avère « lapreuve vivante » que «Anw ka Maliba bê ka taa gnè ». Forte « conviction » présidentielle qui veut dire : « notre Maliba avance ». Le Président bâtisseur est conquis. Et il est si conquis qu’il n’entend point «retourner benoîtement » à Bamako «sans dire » tout le « bonheur » qui est sien: «Quel bonheur d’avoir des jeunes maliens » à leur «image» à eux Amadou SOW et son « ami », Koen Beckers ainsi que «tous ceux qui vous ont accompagnés ». Et le «bonheur» de SEM IBK est d’autant « absolu » que «tous, partenaires techniques, techniciens » si «merveilleusement » à Médine honorés ont «entendu des banquiers se féliciter de la coopération avec un investisseur pour avoir tenu le délai et surtout d’avoir fait en sorte que l’enveloppe n’ait pas explosé». Comme quoi « impossible n’est pas malien », assure le Président bâtisseur ; dans la mesure où «Il est possible avec la foi, la détermination, l’intelligence comme ressources, l’alimentant à l’amitié, que l’on peut bousculer les montagnes ». Aussi, a-t-il tenu à «faire cet hommage-là » à ceux qui osent « inventer l’avenir », selon la belle expression du Président burkinabé d’alors, le Capitaine Thomas Sankara. Et l’hommage présidentiel est d’autant vibrant que « toutes les nuits » le Chef de l’Etat malien « rêve » à «ce Mali-là» ; lequel fait aussi l’objet de son vif « souhait ». Disons, un «Mali pour lequel bat » le «cœur » de notre brave homme de Koulouba.

Une histoire d’amour entre IBK et le Mali

Profitant de sa visite à « Médine, ville historique »(Koen BECKERS), SEM IBK, toujours aussi fol amoureux du Mali, ne s’est pas privé du bonheur de « magnifier » le pays qu’il dirige et son passé glorieux. Surtout que la scène se passe au«site de Hawa Dembaya », où «l’histoire nous interpelle », dira-t-il.

A l’interpellé-en-chef de rapprocher deux amitiés que séparent des siècles, celle d’Amadou SOW et Koen BECKERS, d’une part, et, d’autre part, celle de Hawa Demba DIALLO, le Roi du Khasso, et son ami de France, Fréderic Duranton. Ainsi, dira l’historien, spécialiste des relations internationales : «Ton amitié, mon frère Sow, avec celle de ton ami danois, rappelle cet amour fécondant qui a uni Fréderic Duranton à la belle Sadioba Diallo en 1825, premier mariage mixte ici entre Sadioba Diallo, fille de Hawa Demba et Frédéric Duranton. Trois enfants en ont été conçus, deux garçons et une fille, laquelle fille Marie repose de son sommeil éternel sous la dalle du fort de Médine. Cette amitié, ce pont entre El Bilal soudan le pays des noirs et l’Europe a été lancé d’ici. Il n’est donc nulle surprise que tu viennes aujourd’hui, mon cadet Sow, revivifier avec ton ami de si belle et fabuleuse façon ».

Ainsi, avec l’audace du bon connaisseur de l’Histoire, le Sorboniste à la tête de l’historique animal du Sahel affirme sans ambages : « Il a fallu du courage en ce temps là pour que le Roi du Khasso accepte de bien bonne grâce, à se résoudre à donner la main de sa fille Sadioba, la belle, à Frédéric Duranton ». A juste raison d’ailleurs ; puisque «tel est ce Mali, tel est ce pays », s’exclame le Président de la République.

Voilà «pourquoi il nous est si cher », explique SEM IBK. Et, le fol amoureux du Mali continue d’émerveiller son peuple en ces termes : «Chaque fois qu’on revisite l’histoire du Mali on est heureux, on est fier, on est parmi les hommes à l’aise par ce que nous sommes les héritiers de valeurs vivifiantes, fécondantes qui font l’humanité, qui font la sève de l’humanité ». Avec la forte conviction que « c’est cela qui nous vaut aussi toute la sollicitude des pays amis qui sont là aujourd’hui, le Royaume du Danemark, le Royaume de Grande Bretagne, l’Afrique du Sud et tous les autres ».

En somme, le Président de la République aura patronné une «cérémonieunique ». Et les élèves de Hawa Dembaya venus en rangs serrés lui chantent en chœur : « IBK, les élèves vous disent Merci pour l’électrification de la Commune Rurale de Hawa Dembaya ! ».

Hawa DIALLO, envoyée spéciale à Médine

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here