Nouveau traitement contre la mortalité infantile : Pr. Samba Sow en tournée d’information et de sensibilisation

1

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr. Samba Sow, accompagné d’une délégation de l’Université de Maryland, avec l’appui de la Fondation Bill et Mélinda Gates, a effectué, le vendredi 16 novembre une tournée dans les communes de Sido, de Kokélé et de Bougouni.

L’objectif de cette tournée était d’informer et de sensibiliser les populations sur le nouveau projet qui vise à fournir gratuitement aux enfants cet antibiotique dont l’efficacité a été attestée au Niger voisin où il a permis de réduire de 15% le taux mortalité infantile chez les enfants de 1 à 59 mois et de 25% chez les enfants chez les enfants de 1 à 5 mois.

La délégation américaine était conduite par le Pr. Karen Kotloff.

De Sido à Bougouni en passant par Kokélé, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr. Samba Sow, et sa délégation ont été chaleureusement accueillis par les populations, les chefs coutumiers et religieux. Souleymane Samaké et Fousseyni Doumbia, respectivement maire de Sido et de Kokélé ont, au nom des populations, remercié le ministre pour le choix porté sur leur commune. Ils ont aussi évoqué les problèmes auxquels ils sont confrontés.

Il s’agit du manque d’équipement pour le centre de santé communautaire Sido et du problème d’eau pour la maternité rurale de Kokélé. Le représentant du maire de Bougouni Cheick Oumar Diakité a également remercié le ministre et sa délégation pour leur visite dans la Capitale du Banimonotié.

Dans ces trois localités, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr. Samba Sow, a expliqué aux populations que le nouveau traitement visant à réduire la mortalité infantile dans notre pays. A ses dires, traditionnellement utilisé contre le trachome, cet antibiotique (Azithromycine), qui a fait ses preuves  au Niger, au Malawi, au Kenya et en Ethiopie en réduisant de 15 % le taux de mortalité infantile, sera bientôt utilisé dans le Programme élargi de vaccination (Pev) de routine dans notre pays.

Pour plus d’efficacité, la meilleure des trois stratégies proposées sera adoptée : la stratégie d’administration du produit aux femmes enceinte, la stratégie d’administration aux nouveau-nés ou la stratégie de porte à porte lors des campagnes de masse.

La première stratégie, qui concerne les consultations prénatales, la santé et les vaccinations des enfants, consiste à administrer l’Azithromycine aux femmes enceintes, pendant leur grossesse, au moment de l’accouchement et au bébé pendant ses vaccinations de routine. La région de Sikasso a été retenue comme la première zone de la phase pilote de cette stratégie, d’où cette tournée d’information et de sensibilisation du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique dans cette région. Ensuite suivront Bamako et Koulikoro.

La région de Kayes sera concernée par la stratégie de traitement de masse. Selon le ministre Sow, ce projet financé par la Fondation Bill et Mélinda Gates à hauteur de 40 millions de dollars, est porté, dès ses débuts, par le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita, qui a fait de l’atteinte de la couverture sanitaire universelle, la pierre angulaire de sa politique de développement social.

“Nous sommes ici sur instructions des plus hautes autorités du pays pour apporter ce nouveau traitement contre la mortalité infantile au peuple malien. Le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita accorde une attention particulière à ce projet qui se marie très bien avec sa volonté d’offrir des soins de santé primaires de qualité aux Maliens à travers la réforme de notre système de santé en cours. Dès qu’on aura les premiers résultats encourageants, il sera étendu à tout le pays”, a ajouté le ministre Sow.

Pr. Samba Sow a également lancé un appel aux autorités coutumières et religieuses, aux élus locaux, aux sages-femmes, aux matrones et aux accoucheuses traditionnelles pour leur accompagnement en vue de l’atteinte des objectifs du projet. Il a aussi remercié la Fondation Bill et Mélinda Gates pour son soutien au gouvernement malien dans l’amélioration des conditions de santé des Maliens. Les sages-femmes, les matrones et les accoucheuses traditionnelles suivront des formations sur les pratiques de la stratégie.

En réponse aux problèmes posés par les maires de Sido et de Kokélé, le ministre a affirmé que la réforme de notre système de santé en cours permettra d’apporter des solutions plus efficaces.

Pr. Karen Kotloff de l’Université de Maryland, chef de la délégation américaine, s’est dite très impressionnée par l’engouement des populations maliennes pour ce projet qui permettra de sauver des vies. Elle s’est également réjouie de l’implication des plus hautes autorités du Mali dans le projet tout en saluant les efforts consentis par le gouvernement dans la lutte contre la mortalité infantile.

A. D.

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here