Maouloud Soufi 1440 : Le Cheick Soufi Bilal prodigue des sages conseils de vie aux différentes délégations présentes au festival.

1

Au moment où le  festival sportif et culturel de la communauté des soufis du Mali couplé avec la commémoration de la célébration du Mouloud bat son plein au stade omnisports de Bamako, le Grand Guide spirituelle Cheick  Soufi Bilal s’adonne à un exercice quotidien dans son quartier général  en recevant les différentes délégations venues des régions du Mali et du monde entier pour s’imprégner des préoccupations de ses frères et sœurs soufis dans leurs localités et les prodiguer des sages conseils .

A côté de son camping du festival, Cheick Soufi  reçoit toute la journée les différentes délégations venues lui rendre une visite de courtoisie et lui transmettre les salutations fraternelles de leurs soufis qui n’ont pu effectuer le déplacement sur Bamako et  à la quête  des bénédictions venant de leur guide spirituel.

Apres les salutations d’usages, le guide Bilal profite souvent de leurs visites pour les en parler des questions relatives à la spiritualité soufisme et aussi les sensibiliser sur la citoyenneté.

« En matière de spiritualité, l’endurance et la patience font des choses les plus importantes. Elles ont une importance capitale dans l’ascension spirituelle. Celui qui n’a pas ces deux qualités ne peut pas avoir un cœur lumineux et quand on n’a pas un cœur lumineux, on n’est pas soufi, si on n’est pas soufi on ne devient pas saint. Mes frères et sœurs, je vous invite tous même en dehors des musulmans et du soufisme à être endurant et patient dans tout ce qu’on entreprend. Un bon apprenti c’est celui-là qui est endurant. Quoi qu’on fasse dans la vie si on est dépourvu de patience et d’endurance, notre œuvre est peine perdue à fortiori quand il s’agit de la spiritualité.  Ce qu’il faut savoir, le soufisme c’est la patience et l’endurance qui sont des qualités incontournables dans la quête de la sainteté et dans l’itinéraire soufi».  Plus loin, il explique que le soufisme n’est pas en désaccord avec le bien matériel car il ne le condamne pas. Pas contre le soufi ne doit pas être très attaché au matériel sinon sa foi en souffrirait. « C’est pourquoi les soufis en général renoncent aux biens matériels. Sans cela un soufi peut s’habiller avec faste, habité dans une villa somptueuse, avoir des véhicules par la volonté d’Allah… Le soufisme c’est la lumière à la source d’énergie.»

Bokoum Abdoul Momini/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here