Présidence du MIRIA: Pr Mamadou Kassa Traoré remplacé

6

Après Ségou en 2014, le parti Mouvement pour l’indépendance et l’intégration africaine (MIRIA) vient de tenir son cinquième congrès statutaire et ordinaire, les 24 et 25 novembre dernier dans l’amphithéâtre de la bibliothèque nationale, à Hamdalaye. À l’issue des travaux, les congressistes ont opté pour M. Mamadou Kéita pour conduire les destinées du parti de l’étoile rouge, au détriment du président sortant, le Pr Mamadou Kassa Traoré.

La cérémonie d’ouverture de ce congrès était présidée par le Pr Mamadou Kassa Traoré, le président sortant entouré des membres du comité exécutif ainsi que des responsables des partis amis, dont le président du RPM et de l’EPM, le Dr Bokary Tréta.

Malgré toutes les louanges qui ont chanté l’expérience, le dévouement et l’esprit fédérateur du président sortant, le Pr Mamadou Kassa Traoré, qui dirigeait le parti depuis la mort de feu Mamadou Lamine Traoré, sa réélection à la tête du MIRIA pour un nouveau mandat, n’a pu prospérer. Il a été déposé par les congressistes ce dimanche pour être remplacé par un autre militant, jugé plus solide et impartial, en l’occurrence Mamadou Keita.

À l’ouverture des travaux, le président sortant avait plaidé pour un ensemble politique plus solide autour de l’équipe gouvernementale afin de permettre à notre pays de faire face un mouvement international irréversible, la mondialisation et la globalisation.

« Nous vivons dans un monde régionalisé et globalisé. Les problèmes de notre cher pays, le Mali, ne peuvent donc se traiter qu’en tenant compte de cette réalité complexe et diverse. Cette situation pèse énormément sur notre économie nationale et le vivre ensemble millénaire », avait-il rappelé.

L’accord issu du processus d’Alger signé en juin 2015 tarde à apporter les fruits tant attendus, à cause du double jeu et des ambiguïtés multiformes de certains acteurs hostiles à la paix. Ainsi, dira le Pr Traoré, le MIRIA se réjouit, à cet effet, de la création du G5 Sahel qui constitue un outil politique et militaire de renforcements de nos capacités de défense dans un esprit indépendant et panafricain.

Au nom du Comité exécutif national du MIRIA, il a exhorté tous les acteurs politiques à s’engager «franchement sur la voie des réformes institutionnelles et les politiques nécessaires à la transformation post-conflictuelle de notre pays».

Les difficultés liées à cette transformation ne doivent point être des motifs pour replonger notre pays dans le chaos ; mieux, elles doivent servir de base de discussions franches, loyales et inclusives pour mener à bien ces réformes, notamment les problèmes afférant aux reports des législatives et des concertations régionales sur l’avant-projet de la Loi sur le découpage territorial.

Pour le CEN/MIRIA, tout découpage basé sur des préoccupations politiciens et électoralistes, telles que vécues lors des créations des 703 communes du Mali, doit être soigneusement évité voire banni, afin de ne pas créer un climat de tensions permanentes entre les futurs élus et leurs populations.

Les intérêts de groupes minoritaires doivent être défendus et sauvegardés, sans pour autant les opposer à la volonté générale des autres communautés, a-t-il averti.

Ayant fait le constat de l’apparition de petites contradictions au sein du parti, au cours du mandat écoulé, le président sortant a indiqué que ceci cependant «ne devait pas nuire au bon fonctionnement la formation politique».

Le MIRIA, selon le Pr Kassa Traoré, s’intéresse à l’état de notre système éducatif et sanitaire qui vise à l’amélioration des conditions de vies et de travail, en mettant l’être humain au cœur des projets. Aussi, face aux effets dévastateurs du changement climatique, est-il toujours important, à ses yeux, de changer de comportement et d’éduquer davantage la nouvelle génération dans le sens du respect de l’environnement et de la biodiversité, en poursuivant une réforme profonde de notre politique de développement rural, pour la rendre plus compétitive.

Le Dr Bokary Tréta, et les responsables des partis amis présents, qui ont salué le courage, le dévouement et l’engagement politique du Pr Mamadou Kassa Traoré, a appelé ce dernier à rassembler toutes les forces de gauche de notre pays autour d’une large coalition, afin de faire face aux défis politiques et socio-économiques de l’heure.

Par Sidi Dao

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here