UEMOA : La quête d’inclusion financière

0

Pour la première fois, les huit Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) organise la Semaine de l’inclusion financière sous la thématique : “Inclusion financière : levier du développement économique et social”. Les activités ont été lancées lundi à Dakar au Sénégal par le président du conseil des ministres de l’espace, Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances du Bénin.

Il s’agit à travers cette semaine de favoriser l’inclusion financière pour le développement économique et social des Etats. Cette initiative de l’Uémoa permettra aux acteurs des systèmes financiers d’échanger les meilleures pratiques et les problématiques autour de l’inclusion financière, de sensibiliser les acteurs de l’économie et la population sur l’impact de l’inclusion financière mais aussi à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), de faire le point des stratégies adoptées concernant l’inclusion financière.

Notre pays n’est pas en marge de l’événement. La direction nationale de la BCEAO organise plusieurs activités au Mali. Il prévoit à partir de ce mercredi plusieurs sessions sous le leadership du DG Konzo Traoré, qui vont regrouper des acteurs du système financier décentralisé sur le cadre règlementaire de la banque mobile et des transferts rapides d’argent ; des discussions sur des thématiques spécifiques de l’inclusion financière.

Seront également au cœur de cette activité de la BCEAO, la finance digitale, l’accès des agriculteurs, des femmes et des PME aux services financiers pour rehausser le taux d’inclusion financière dans notre pays ainsi que la problématique de l’accès et de l’utilisation des services financiers innovants offerts par les banques, les systèmes financiers décentralisés (SFD) et les EME aux jeunes dans l’Uémoa.

Ce vendredi auront lieu une foire sur l’inclusion financière et une session de sensibilisation des jeunes sur l’inclusion financière.

La cérémonie de lancement régional depuis Dakar au Sénégal a été suivie au siège de la BCEAO-Mali à travers une vidéoconférence. Elle a noté la présence du représentant du ministre de l’Economie et des Finances, Tidiani Diarra, du conseiller du DG Konzo Traoré, Youssouf Bréhima Coulibaly, et de plusieurs personnalités du secteur de l’économie et des finances.

A cette cérémonie, le président du conseil des ministres, Romuald Wadagni, ministre de l’Economie et des Finances du Bénin, a félicité la BCEAO pour cette belle initiative. Pour le PCM, l’inclusion financière est un vecteur de développement humain qui vise à accélérer la croissance dans l’espace Uémoa. L’inclusion financière favorise l’accès au crédit et permet d’accroitre l’apport des populations à l’économie nationale, a ajouté M. Wadagni.

Il a invité le gouverneur de la BCEAO à la sensibilisation et à l’éducation financière des communautés pour gagner leur confiance à adhérer aux services financiers mais aussi contribuer à la protection des consommateurs et adapter le dispositif sécuritaire avec l’évolution de la nouvelle technologie de l’information en vue de garantir les transactions.

Le conseiller à la BCEAO, Youssouf Bréhima Coulibaly, a expliqué l’importance de cette semaine qui est une initiative de l’Alliance pour l’inclusion financière qui a pour but de jeter les bases pour une plus grande inclusion des populations aux services financiers classiques.

Pour lui, l’inclusion financière est l’offre de services financiers soutenables à des individus exclus du système financier classique et par des structures légales. Un vecteur inclusif de la croissance, qui permet de mieux partager les dividendes de la croissance. Il a rappelé le taux de bancarisation (stricte) dans notre pays qui est passé de 7 % en 2007 à 17 % en 2017 pour une prévision de 20 %.

Pour rehausser davantage le taux de bancarisation dans notre pays, il a été associé la micro-finance, ce qui a permis de passer le taux bancarisation communément appelé bancarisation élargie de 16 % en 2007 à 36 % en 2017. Jugé insuffisant, l’apport de la micro-finance, la BCEAO a ordonné l’utilisation des monnaies électroniques pour encore rehausser le taux de bancarisation.

Cette initiative, à l’en croire, a permis de passer le taux de bancarisation (inclusion financière) de 14 % en 2007 à 55 % en 2017 dans l’espace Uémoa. Pour M. Coulibaly, l’organisation de cette semaine vise à booster davantage l’inclusion financière, très élevée dans certains pays comme le Maroc, où le taux d’inclusion financière frôle les 80 %.

Pour Adama Camara, président de l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés, l’organisation de cette semaine de l’inclusion financière est une opportunité pour améliorer l’inclusion financière faible à travers l’adhésion de beaucoup de Maliens à des services financiers dans le milieu urbain et semi-urbain, les villages.

Tidiani Diarra, représentant du MEF, a rappeler le rôle capital du processus de l’inclusion financière qui va servir à amener les exclus dans le système classique pour contribuer à la baisse de la pauvreté dans notre pays.

Ousmane Daou

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here