Construction illicite dans l’ACI 2000 : La vie des citoyens en danger

0

Les constructions dans la zone de l’ACI 2000 doivent se conformer à un cahier de charges. Toute construction est conditionnée à l’obtention de l’autorisation ou permis de construire délivrée par la Mairie comme partout ailleurs.

Le cahier de charges de l’ACI 2000 a été approuvé en mai 2012 pour gérer le lotissement de la deuxième phase du Plan d’Urbanisme Sectoriel (PUS) du site de l’ancien Aéroport de Bamako communément appelé Hamdallaye ACI 2000. Le PUS lui-même a été approuvé par Décret n°94-233 P-RM du 12 juillet 1994.

Le cahier de charges a pour base légale la LOI n° 02-016 du 3 juin 2002 fixant les Règles générales de l’urbanisme en République du Mali. Le plan d’Urbanisme Sectoriel (PUS) détermine les zones fonctionnelles du site de l’ACI 2000 en zones d’Habitat économique et zones commerciales. Les zones d’Habitat économique se situent au Sud de la route reliant l’obélisque (BOUGIE BA) à la place CAN jusqu’aux limites Est du cimetière de Lafiabougou.

Le cahier de charges fixe la hauteur limite des bâtiments en Zone d’Habitat économique notamment en son Article 36 à R+2 (Rez-de-chaussée + 2 étages) sauf le long de grandes artères d’emprises supérieures ou égales à 20M, où les bâtiments sont destinés aux activités économiques et commerciales.

C’est dans cette zone à usage d’Habitat économique que se situe un bâtiment objet de la présente contribution. Un bâtiment appartenant à certain Meïssa Degeuene N’GOM de nationalité sénégalaise vivant à Dakar et Administrateur de Société. Le bâtiment se trouve à environ 200 mètres au Nord-ouest des Bureaux de la CENI; au croisement de trois (3) rues dont la 344 ; chacune moins de dix mètres de large.

Meïssa Degeuene N’GOM a entrepris la construction d’un bâtiment R+6 sans autorisation sachant bien qu’il est dans l’illégalité au risque de mettre en danger la vie de tous les voisins jusqu’au niveau R+4. Pire Monsieur NGOM n’a même pas observé la distance règlementaire entre le bâtiment principal et le mur mitoyen de son voisin (Article 3-Servitudes spéciales applicables du cahier de charges).

Du mépris pour les lois de la République

Façade Rue 344

En effet, les règles et lois de la République du Mali sont foulées au pied par Monsieur Meïssa Degeuene N’GOM, aidé en cela par des cadres véreux. C’est au stade de R+4 que la Brigade Urbaine du District est intervenue pour arrêter les travaux. Mais, par la suite, les travaux ont repris ; car, Monsieur N’GOM, convaincu du pouvoir de l’argent, aurait « fait bouger les choses ». Il aurait bénéficié d’une autorisation après paiement d’une pénalité pour violation du Cahier de charges (VISA n° 2930/PC du 8 juillet 2016). Pire, le bâtiment est à R+6. L’autorisation de la Direction régionale de l’urbanisme prévaut-elle sur les lois de la République du Mali ?

Signalons au passage que le bâtiment a été construit par des Chinois ; ceux-là mêmes qui ont construit l’immeuble qui s’est effondré il y a environ deux (2) ans, non loin des Bureaux de DFA COMMUNICATION, toujours à l’ACI 2000. Des Maliens y ont perdu la vie. Au cours de la construction, les arbres et les fleurs des maisons voisines ont été saccagés.

La vie des Maliens ne vaut-elle pas mieux que l’argent de M. N’GOM ?

Il est difficile de comprendre l’attitude de la Direction Régionale de l’Urbanisme et de la Mairie de la Commune IV du District de Bamako, car rien qu’en passant dans les environs le bâtiment (situé dans la première rue au Nord-ouest de celle de la CENI), heurte l’attention. Nulle part dans cette zone, il n’y a en pareille.

Face à ce comportement illégal, les autorités compétentes sont interpellées, à commencer par le Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat. La Mairie de la Commune IV et la Direction Régionale de l’Urbanisme ont le devoir de contrôler et maintenir la régularité des autorisations de Construire afin de prévenir la reproduction des cas pareils qui menacent la vie des citoyens en violant les lois maliennes et cela en complicité avec les cadres véreux. Ces comportements révolteront à coup sûr les populations pauvres victimes.

Le bâtiment de Monsieur N’GOM soulève des questions :

Un Malien peut-il se permettre de violer les lois du Sénégal ainsi ?
À Dakar, l’immobilier est plus rentable qu’à Bamako. Pourquoi cet immeuble à Bamako ?
Le Mali a l’obligation de faire respecter ses lois, mais aussi de protéger ses citoyens. Si le Mali TERRE D’ACCUEIL se traduit par MALI TERRE SANS LOI, les Maliens seront à la merci même de tous ceux qui s’adonnent au blanchiment d’argent.

Ma maison se trouve en face du bâtiment de M. N’GOM et directement menacée en cas d’effondrement comme toutes les maisons voisines. Que Dieu nous en garde. La population n’est pas prête à accepter cette politique de deux poids deux mesures ou encore de non-respect des lois mettant nos vies directement en danger.

Bakary DOUCOURE

Administrateur de Cabinet de Consultants en Aviation Civile

Tel : 223- 66 75 35/76 41 21 30

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here