Gel des tarifs d’électricité et du gaz, moratoire… Les annonces d’Edouard PhilippeGel des tarifs d’électricité et du gaz, moratoire… Les annonces d’Edouard Philippe

1

Suspension de la taxe carbone sur les carburants, report du nouveau contrôle technique, promesse de ne pas augmenter le prix de l’électricité…

Quand Matignon sort la lance à incendies. Dans une allocution télévisée ce mardi 4 décembre, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé un ensemble de mesures en plus du moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants, un geste réclamé de toutes parts pour tenter de sortir de la crise des gilets jaunes mais déjà qualifié d’insuffisant.

“Nous devons changer quelque chose”, a reconnu le chef du gouvernement en présentant les inflexions retenues “dans un souci d’apaisement” pour renouer le dialogue avec le mouvement de contestation.

Ces mesures comprennent:

la suspension pendant six mois de la hausse de la taxe carbone sur les carburants (essence, fioul, diesel) de l’alignement du diesel sur le prix de l’essence et de la hausse de la fiscalité sur le gazole entrepreneur non routier (GNR).

Report provisoire de l’alourdissement des conditions de contrôle technique sur les automobiles censé entrer en vigueur au 1er janvier.

Pas de hausse des tarifs de l’électricité et du gaz d’ici à mai 2019: “ils n’augmenteront pas pendant l’hiver”, a promis Edouard Philippe.

“Cette colère il faudrait être aveugle et sourd pour ne pas la voir et l’entendre”, a reconnu Edouard Philippe en parlant d’une “France qui travaille dur et qui peine à joindre les deux bouts”. “Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la Nation”, a-t-il admis.

Le chef du gouvernement a appelé à un grand débat sur la fiscalité en France, estimant que les Français “ne veulent ni hausse d’impôts, ni nouvelles taxes”. “Nous devons débattre du juste niveau des services publics dans les territoires, et notamment ruraux”, a-t-il précisé, notant la forte demande de services publics sur le terrain.

Le débat national promis par Emmanuel Macron commencera le 15 décembre et prendra fin le 1er mars 2019.

Débat ce mercredi à l’Assemblée

“On doit apaiser la situation pour éviter qu’elle dégénère”, avait déclaré Édouard Philippe mardi matin devant le groupe LREM et MoDem à l’Assemblée nationale. “Il faut donner aux Français une raison de revenir à la raison”, avait-il justifié, tout en estimant que “le moratoire ne remettra pas en cause l’ambition de la transition écologique”. “Une taxe, ce n’est pas une réforme, mais un moyen de la réforme”, a-t-il plaidé.

Le chef du gouvernement a annoncé un débat ce mercredi à l’Assemblée nationale sur la crise des “gilets jaunes” qui sera suivi d’un vote des députés, même si celui-ci n’engagera pas la responsabilité de l’exécutif. Ce débat sur la “fiscalité écologique et ses incidences sur le pouvoir d’achat” se tiendra à partir de 15h en lieu et place de la traditionnelle séance de questions au gouvernement.

Par Geoffroy Clavel

Le HuffPost


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here