Société : Quand les écrans confisquent et bousillent la santé des jeunes : Tablettes, smartphones, télévisons ordinateurs. Les jeunes n’ont jamais été aussi collés aux écrans. Ils y consacreraient plus de 35 heures par semaine.

5

Tablettes, smartphones, télévisons, ordinateurs. Les jeunes n’ont jamais été aussi collés aux écrans. Ils y consacreraient plus de 35 heures par semaine.

Conçus pour faciliter une communication entre les humains dans le monde, les réseaux sociaux sont devenus de nos jours un phénomène très inquiétant pour l’éducation des enfants. L’avènement d’Internet d’une façon générale, et des réseaux tels  Facebook, Twitter, Wattsapp en particulier, a permis aux hommes d’être constamment connectés et d’être en permanence au contact les uns de autres.

D’autant que ces réseaux sont des moyens de communications et d’échanges très rapides, ils permettent aux humains d’être informés à la seconde près sur des événements qui se passent à d’autres coins éloignés du monde.

– Problème de santé publique 

L’utilisation excessive du téléphone portable peut avoir donc des conséquences incalculables sur la santé, selon les sondages réalisés auprès des dizaines de Maliens et dont 1/3 environ estiment être très souvent sur son téléphone pour tchatcher. 10% peur de rater quelques choses s’ils n’ont pas craché constamment son téléphone.

Fatim Sidibé étudiante confie avoir passé toute la nuit à tchatcher avec des amis. « Pour moi, sans mon téléphone je sens du stress et de la solitude », a-t-elle dit.

– Effets troublants 

21% des personnes interrogées déplorent aller plus tard au lit à cause de leur smartphone et 23% reconnaissent avoir davantage de problèmes de concentration, tandis que 4% ne peuvent pas se retenir de se lever durant la nuit pour vérifier leur cellulaire. Un autre nouveau comportement trouble a fait son apparition. Il s’agit de l’homophobie : c’est-à-dire la peur de ne pas avoir son téléphone sous la main et d’être perdu dans la vie.

Abdoulaye Tangara


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here