Prorogation du mandat des députés et autres dérives du régime IBK : Le CDR et ses alliés dans la rue le 10 décembre

5

Pour dénoncer les énormes piétinements de la constitution malienne, aux violations des textes des droits humains et autres manquements graves du régime d’IBK, le porte parole du Collectif pour la Défense de la république (CDR) Mohamed Youssouf Bathily et ses alliés comme l’Association pour le Mali (APM), l’association des Conducteurs des tricycles (Katakatani) ainsi que les activistes, munis de louches pour prouver que malgré les potentialités dont dispose le Mali rien n’a été mis en œuvre par IBK pour assurer des meilleures conditions de vie pour les Maliens, prendront d’assaut la rue le 10 décembre 2018.

Le porte parole du Collectif pour la Défense de la république Mohamed Youssouf Bathily a entamé ses propos en dénonçant avec vigueur la prorogation des mandats des députés qui selon lui est un acte déshonorant pour le Mali. Selon lui, cette prorogation a été savamment préparée par ce qu’il appelle l’association des brigands de la République regroupant tous ceux qui combinent avec le régime en place pour fouler au pied la constitution du Mali. Ras Bath a été virulent envers les députés de l’opposition qui ont daigné voter pour cette prorogation qui à ses yeux est anticonstitutionnelle tout en saluant le communiqué conjoint du FSD/COFOP se désolidarisant des députés qui ont souillé leurs honneurs en optant pour la reconduction de leur mandat.

Mohamed Youssouf Bathily demande aux responsables des deux structures de sanctionner les députés et de tout mettre en œuvre afin qu’IBK ne promulgue pas la loi anticonstitutionnelle. « On est dans une logique de dictature et rien n’exclut qu’IBK aussi à la fin de son mandat ne demandera pas sa reconduction si une telle forfaiture s’installe», prévient-il. Le chroniqueur a passé en revue l’état de la nation qui selon lui est malade et que le régime en place n’a pas la solution pour apporter le diagnostic nécessaire vu ses incompétences face aux problèmes. Il a annoncé qu’ils marcheront le 10 Décembre 2018 afin de dénoncer les maux qui sont en train de mettre le pays à genou, à le maintenir dans un état chaotique.

Concernant la date de la marche le 10 Décembre qui est la journée internationale des droits de l’homme et pour faire l’état de lieu du trépignement de ces droits au Mali. « Nous avons envoyé des lettres à qui de droit pour les informer de la marche en cas de refus. Nous trottinerons sur les trottoirs munis de louches qui symbolisent l’alimentation mais que nous avons faim, que nous sommes dans un état sans dirigeant, que nous avons des hôpitaux dépourvus de médicaments etc. Les louches créeront la différence entre nous et les autres piétons. Personne ne pourra nous interdire cela. En cas d’autorisation la marche partira de la place de l’indépendance à la bourse du travail et le plan B à savoir trottiner sur le trottoir muni de louches partira de la pyramide du souvenir à la maison de la presse », a martelé le porte parole du CDR.

Moussa Samba Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here