Reveil tardif de Cheick Modibo Diarra face aux crises: Une erreur de casting de Mara et Konimba

6

Lors de la Présidentielle de 2018, l’ancien Premier ministre Moussa Mara et l’ancien ministre Konimba Sidibé ont porté leur choix sur Cheick Modibo Diarra, alias CMD, pour être leur candidat. Les fruits n’ayant pas tenu la promesse des fleurs, car CMD a été quatrième, au second tour chacun a pris position. CMD a pris fait et cause pour IBK, Konimba Sidibé a soutenu Soumaila Cissé et Moussa Mara aurait joué à la neutralité. La Coalition s’est-elle disloquée ? Pourquoi ce réveil tardif de CMD après que la crise socio sécuritaire voire politique ait pris des proportions inquiétantes ?

En France, quand le Mouvement des gilets jaunes a commencé, tous les leaders politiques et mêmes syndicaux se sont prononcés. Comme pour dire que quand la patrie est menacée tout bon citoyen doit se sentir concerné au dela des divergences d’opinion. En effet, le Mali post-électorale est loin d’être un fleuve tranquille. Le front socio-sécuritaire est en ébullition, avec des grèves dans presque tous les secteurs, et le foyer des attaques se déplace au centre avec une dimension communautaire.

C’est face à ce péril que Moussa Mara et Konimba Sidibé ont décidé de ne plus rester spectateurs, mais acteurs pour changer le cours de l’histoire ou, tout au moins, apporter leurs pierres à la construction de l’édifice national. Celui qu’ils ont choisi et pour qui ils n’ont jamais tari d’éloges, en l’occurrence Cheick Modibo Diarra, a été longtemps aux abonnés absents du combat patriotique. Il est resté indifférent, voire insensible, aux malheurs de la grande majorité qui broie du noir à cause de la mal gouvernance.

Il a fallu que le Mali soit au bord du précipice pour que l’ancien Premier ministre de la transition sorte de son silence pour attirer l’attention des autorités sur un certain nombre de choses. Comme la prorogation des mandats des députés qu’il demande au Président de ne pas promulguer. Il a proposé également un dialogue politique national inclusif, tant sur les réformes administratives que sur le système électoral. Il a enfin proposé une délégation législative en lieu et place des députés à la fin de leur mandat. Pourquoi attendre que sa coalition s’étiole pour faire ces propositions ? Tout porte à croire que Mara et Sidibé ne sont pas en odeur de sainteté avec CMD. Ils semblent s’être trompés de candidat.

La preuve est que chacun a choisi son camp sans consulter l’autre. Moussa Mara et Konimba Sidibé se battent depuis belle lurette pour qu’il y ait changement dans la gouvernance et pour plus de réformes afin que notre démocratie puisse aller de l’avant. Mais, leur ex candidat, CMD, est resté muet comme une carpe pendant longtemps. Comment un leader politique qui veut présider aux destinées d’un pays, pourrait rester indifférent ou adopter une telle attitude ? Même ses propositions sur les grandes réformes comme le découpage territorial, la révision de la Constitution et la prorogation des mandats des députés, ne semblent convaincre ses partisans.

D’où la légitime préoccupation de certains observateurs qui pensent qu’il y aurait un deal entre IBK et CMD pour que le dernier avale tout ce que le premier fera durant son quinquennat. En contrepartie, il lui mettrait en pole position pour la prochaine présidentielle. Si cela est vrai, qu’ils comprennent que c’est le peuple souverain qui donne le pouvoir et ce peuple ne sera pas prêt à élire un candidat qui reste indifférent à ses préoccupations.

En somme, il est à parier qu’avec ce silence assourdissant de leur ex protégé, si c’était à refaire, les sieurs Mara et Sidibé réfléchiront mille fois. Même si certains diront que la Coalition était juste pour la présidentielle, aujourd’hui, il ne fait aucun doute que Mara et Sidibé se sentent trahis par CMD.

Youssouf Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here