Réformes politiques et institutionnelles : Les responsables du parti RPM mènent la réflexion

Comme annoncé par le gouvernement, la nouvelle année, qui débute dans quelques semaines, sera pour notre pays celle des réformes politiques et institutionnelles avec notamment l’organisation du référendum constitutionnel en mars et des élections législatives en mai 2019. Nul doute que ce processus donnera un coup d’accélérateur à la mise en oeuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger.

Afin d’outiller ses cadres dans la perspective de ces futures réformes, le Rassemblement pour le Mali (RPM) a organisé le weekend dernier, un atelier interne de réflexion sur la Constitution du 25 février 1992 et la loi 2018-014 modifiant la loi 2016-048 portant loi électorale. L’ouverture de la session de deux jours, qui s’est tenue au siège du Patronat, sis à Hamdallaye ACI 2000, a été présidée par le président du parti, Dr Bokary Tréta. C’était en présence de nombreux cadres et élus du RPM.

Dans son intervention, le secrétaire général du RPM, Me Baber Gano, a invité ses camarades, pour l’honneur et la réussite du gouvernement, à une mobilisation soudée et énergique autour du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. «A nos frères des groupes armés du Nord, nous leur lançons un appel fraternel à lever tous les obstacles et blocages à la mise en oeuvre de l’Accord et à faire confiance au président IBK et à son gouvernement dans la conduite des projets de paix e__t de réconciliation, gages du développement économique et social pour les Régions du Nord, pas seulement, mais pour tout le Mali entier», a-t-il dit.

Dans son discours d’ouverture, le président du principal parti politique de la majorité présidentielle a indiqué que malgré les trois tentatives avortées de révision (avec Alpha Oumar Konaré en 1999, Amadou Toumani Touré en 2012 et Ibrahim Boubacar Keïta en 2017), la relecture de la Constitution de 1992 reste toujours d’actualité. Selon Bokary Tréta, le vote par l’Assemblée nationale de la loi de prorogation de la Vè législature, par 137 voix pour, 0 contre et 5 abstentions, est considéré au RPM comme un acte déclencheur du processus des réformes politiques et institutionnelles.

Deux jours durant, les participants ont interrogé la Constitution du 25 février 1992 et mené des réflexions approfondies sur notre pratique démocratique et l’évolution institutionnelle de notre pays. De plus, ils ont analysé le volet des questions politiques et institutionnelles de l’Accord, à travers le prisme des dispositions de la Constitution de 1992. Ce, afin de relever les propositions d’amélioration de la Constitution et de la loi électorale permettant une mise en oeuvre intégrale et inclusive de l’Accord.

Massa SIDIBE

Commentaires via Facebook :


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here