Conférence sur les changements climatiques à Katowice : Le Mali engrange des points

Notre pays est parmi les deux seuls francophones de l’Afrique a présenté son plan d’investissement et de partenariat de la CDN aux partenaires qui ont apprécié

Notre pays est présent à la 24è conférence des Parties sur la convention cadre des nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui se tient depuis la semaine dernière à Katowice (en Pologne), une localité située à 350 kilomètres de la capitale Varsovie. Ainsi, c’est dans le froid presque glacial pour un Sahélien que se tiennent les travaux de cette grande rencontre mondiale sur le climat avec ses effets néfastes sur les conditions de vie des populations en terme de santé, de modification de l’écosystème et des variations climatiques sévères. Notre pays est représenté par une forte délégation conduite par le chef de cabinet du département de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Gologo Aminata Diarra. Le département en charge de l’environnement a battu le rappel d’experts comme le point focal des changements climatiques, Dr Modibo Sacko, celui de la contribution déterminée nationale (CDN), Drissa Doumbia, Modibo Cissé, directeur national de l’Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales (ANICT), Baba Faradji N’Diaye de l’Autorité du bassin du fleuve Niger (ABFN) et de nombreux responsables des structures rattachées, des projets et programmes sur les changements climatiques.

Le Mali dans cette grande rencontre mondiale sur les changements climatiques n’est pas venu pour faire de la figuration. Loin s’en faut. Des panels, des conférences sont organisés dans le pavillon du Mali et dans d’autres espaces d’échanges pour parler des atouts, des avancées de notre pays dans le cadre des changements climatiques et notamment depuis la ratification de l’Accord de Paris sur le climat en septembre 2016. Ainsi, nos experts ont animé une conférence lundi 10 décembre sur les efforts du Mali dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat. Cette conférence était animée par le point focal de la CDN, Drissa Doumbia, Hartmut Behrend, coordinateur du projet d’adaptation aux changements climatiques au niveau de la coopération allemande GIZ, et le représentant de NDC partnership.

Il faut rappeler que l’un des résultats de l’accord de Paris a été la soumission (nous y consacrerons un encadré à cet effet) des contributions déterminées nationales (CDN) à la réduction des émissions des gaz à effet de serre déposées par les 187 pays. Cet accord est ambitieux puisqu’il établit l’objectif de contenir la hausse des températures de l’ordre de moins de 2° C et de poursuivre les efforts pour la limiter à 1,5° C. L’Accord fixe un objectif global d’adaptation et la nécessité de rééquilibrer les financements notamment publics au profit des programmes d’adaptation. Depuis plusieurs décennies déjà, notre pays a conçu et mis en œuvre des politiques et des stratégies idoines visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à accroître la résilience face aux changements climatiques.

Le Mali bien que faible contributeur à l’émission globale de gaz à effet de serre, s’est engagé dans le cadre de sa CDN à réduire les émissions de gaz à effet par rapport aux scénariis de base à savoir 31% pour l’énergie, 29% pour l’agriculture et 21% pour les forêts. Des actions concrètres ont été initiées par le gouvernement pour accélérer la mise en œuvre de la CDN notamment par l’élaboration d’une feuille de route, d’un plan d’investissement, d’une stratégie de mobilisation des ressources et un plan de partenariat qui a été présenté et validé par les partenaires à Katowice. Ainsi parmi ces partenaires, on peut citer, entre autres, la GIZ et le NDC Partnership, le PNUD, la Banque ouest africaine de développement (BOAD), la Banque arabe de développement économique de l’Afrique (BADEA), la Banque mondiale, la Suède qui ont manifesté un intérêt financier pour la CDN du Mali. C’est dans cet élan que le représentant de la GIZ, Hartmut Behrend a annoncé que l’Allemagne apporte une enveloppe de 500 millions d’euros au NDC partnership pour financer les CDN. Notre pays a présenté son plan de partenariat pour la mise en œuvre de la CDN à la COP 24 de Katowice, devenant de ce fait le deuxième pays francophone africain après le Sénégal à présenter un tel document aux partenaires. Le Mali se classe comme l’élève vertueux qui s’engage à respecter ses engagements en matière d’émissions de gaz à effet de serre (exemple de l’ANICT en encadré).

Dr Sacko Modibo a remercié au nom du département les partenaires qui ont manifesté leurs intérêts pour la CDN du Mali et a réitéré la disponibilité et l’engagement du ministère à accompagner le processus pour le développement durable et résilient aux changements climatiques.

Envoyé spécial

Moriba COULIBALY

Encadré : L’ANICT AU CŒUR DE TOUTES LES ATTENTIONS

Le directeur général de l’Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales (ANICT) Modibo Cissé a eu des motifs de satisfaction au sortir de cette conférence sur les changements climatiques. La structure qu’il dirige a largement contribué à l’embellissement du tableau de notre pays dans la course pour l’élaboration de la feuille de route pour la mise en œuvre de la CDN. Ainsi, cette structure qui apporte des appuis multiformes aux collectivités territoriales a été une des toutes premières à soumettre son accréditation au Fonds vert climat. Cette soumission, qui a toutes les chances d’être acceptée en raison de la qualité du document présenté, permettra à l’ANICT de financer les collectivités qui vont présenter des projets qui ont un lien direct avec les changements climatiques. Les participants à la conférence sur les « efforts du Mali dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat » ont unanimement salué le dynamisme et le courage dont l’équipe dirigée par Modibo Cissé a fait preuve pour réussir cette soumission qui est capitale.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here