Haidara et Soumaìla : Entre corrupteur et corrompu

La polémique fait rage depuis quelques jours alors même que les faits remontent à plus d’une demi-décennie. Il s’agit du houleux débat sur les arrangements électoralistes qui se sont passés en 2013 entre le candidat de l’Urd à la présidentielle de l’époque et le leader religieux des Ançars. L’affaire a rebondi à la face des protagonistes du deal à la faveur des sorties médiatiques répétitives de Cherif Ousmane Madani Haidara, lequel n’a de cesse de marteler et d’afficher à l’envi ce qu’il présente comme son trait distinctif parmi ses semblables coreligionnaires : son indépendance et son autonomie vis-à-vis du politique et des politiques. Le charismatique gourou de Banconi a pris l’habitude d’illustrer sa particularité en se référant à un certain épisode d’une bagatelle de 100 millions proposée par un puissant candidat à la magistrature suprême contre sa consigne de vote, une manne sur laquelle il dit avoir craché. Sans l’avoir nommé, l’intéressé est reconnaissable à travers ses émissaires dont l’identité n’a pas été couverte par le Prêcheur Haidara et qui se sont vu dans l’obligation de répliquer ne serait-ce que pour échapper à des soupçons de détournement de fonds. Car, en définitive, si le destinataire de la manne clame n’y avoir jamais touché par stoïcisme devant la tentation vénale, l’expéditeur s’interroge tout naturellement sur l’honnêteté de ses émissaires. C’est probablement la considération ayant motivé la sortie fracassante de l’un d’entre eux, le député Mamadou Awa Gassamba Diaby en l’occurrence, qui a juré en mettant le doigt au feu – et promis de le mettre également sur le Saint Coran le cas échéant – que la rondelette était bel et bien parvenue à son destinataire. Et Chérif Madani Haidara – c’est de lui qu’il s’agit – ne l’a jamais retourné comme il prétend l’avoir fait.

Bref, tirant la substance des propos de Mamadou Awa Gassama, on peut faire la déduction suivant : le célèbre leader spirituel a raison quand il dit n’avoir pas donné de consigne de vote mais il a tout faux de soutenir qu’il n’en a perçu la rémunération. Du reste, de polémique en contradictions, le camp de Haidara a fini par admettre la transaction mais en en nuançant les circonstances et les proportions à coups de gymnastiques et de démonstrations spécieuses selon toute évidence. De 100 millions la somme reçue a été ramenée à 80 millions qu’il a perçus non pas contre des engagements électoraux mais pour atteindre les électeurs par des prières et des bénédictions. On s’éloigne quoi qu’il en soit de la prétention et des affirmations initiales du leader religieux, qui a solennellement soutenu avoir dit aux émissaires de rebrousser chemin avec la manne. Autant dire que le renoncement à l’argent des hommes politiques n’est point la caractéristique distinctive du célèbre Prêcheur dans le microcosme confessionnel malien, dont les animateurs ont souvent été comblés de présents par les acteurs politiques sans tambour ni trompette et sans que leur générosité ne se manifeste par des proportions ainsi licencieuses et douteuses.

Ce qui distingue le mentor des Ançars, en définitive, c’est plutôt le grand fossé qui sépare les actes mitigés qu’il pose de sa parole et des vertus qu’il professe sans forcément les incarner dans les faits. C’est manifestement cette triste réalité mise en exergue par la passe d’armes entretenue avec les émissaires de Soumaïla Cissé, qui ne saurait en être exonérée d’une répressible partition de corrupteur politique. En clair, tout comme le leadership religieux, le président de l’URD se révèle aussi comme l’avatar d’une effroyable perte de repère qui a raison de tous les segments de la société malienne. Déplorable pour un personnage qui se bat de la tête et des épaules – et ce depuis trois rendez-vous présidentiels – pour se hisser à la plus haute responsabilité de la nation et prendre en main le destin de ses millions de concitoyens.

A Keïta

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here