Assassinat de la démocratie malienne : Le Coupable, c’est IBK !

C’était un 26 mars 1991, que le multipartisme, une des caractéristiques de la démocratie a été obtenue par le peuple malien à la suite d’une révolte populaire contre le régime de l’UDPM (Union Démocratique du Peuple Malien). Ce parti dirigé par le Général Moussa TRAORE, bien qu’il n’a jamais failli sur son programme sécuritaire sur l’ensemble du territoire, n’avait pas compris tôt qu’il fallait se dépêcher pour aller à la démocratie. Des marches multiples et des contremarches ont fini de semer la pagaille et l’instabilité dans le pays et emporter vingt- trois ans de dictature militaro-civile. Cela a été possible, grâce à des actions coordonnées de l’intérieur et de l’extérieur. Les militaires ayant senti le K.O sont intervenus pour arrêter la dérive. Les marches sont des droits reconnus par notre constitution aussi bien pour la majorité que pour l’opposition.

Vouloir confisquer ce droit démocratique reviendrait à créer les conditions d’une révolution populaire, qui n’épargnera pas le régime d’IBK.

Cette révolution ne sera pas spontanée, les conditions nécessaires à cela sont entrain de se mettre en place, à cause du comportement de son premier Ministre actuel. Chose surprenante, c’est ce même homme, qui depuis longtemps menait des activités clandestines bien avant l’instauration de la démocratie pour dénoncer la gestion militaire et celle du régime du parti unique. Il a assez profité des bienfaits de la démocratie, en devenant Ministre de la défense deux fois, Ministre des affaires étrangères, secrétaire général de la Présidence, premier Ministre. Si quelqu’un devrait conforter la démocratie, c’est bien lui. Malheureusement, on a l’impression que ce sont certains acteurs de l’avènement de la démocratie qui veulent assassiner cette même démocratie. Ils sont entrain de faire exactement, comme cet animal dont je ne citerai pas le nom, qui après avoir réalisé une œuvre formidable, finit de tout gâter à la fin. Voici que ce sentiment est constaté depuis sa ville natale. En effet, l’association Gao LAMABOREY International s’est exprimée et elle a montré son indignation en ces termes :

« Monsieur le Premier Ministre,

Lors de votre visite à Gao le 02 décembre 2018, vous avez tenu des propos pour le moins surprenant, méprisants et indignes de votre fonction de premier ministre et fils du terroir. Vous nous accusez d’apatrides, d’être manipulés depuis l’Etranger, parce que nous nous opposons à votre politique de destruction, de déstabilisation de notre région, à la demande des puissances étrangères dont vous êtes un fidèle serviteur au profit des groupes armés touaregs du MNLA et bandits en tous genres, au nom d’un prétendu accord de paix destiné à nous déshériter de notre patrimoine.

Monsieur le Premier Ministre,

qui est manipulé dans ces conditions entre vous et nous ? Vous qui avez été spécialement nommé par le Président de la République pour conduire cette politique funeste ou nous qui ne ménageons aucun effort pour le développement de notre région et le bien-être de sa population ? Vous nous accusez d’être coupés des réalités de Gao et de nos familles et vous prétendez que nous serions incapables de « retrouver de chemin qui mène à chez nous si nous débarquons à Gao » et aussi que nous ne sommes d’aucune utilité pour nos familles, encore moins pour notre région. Pourquoi alors nous avoir contactés il y a 3 ans pour initier des projets de développement à Gao ?

Monsieur le Premier Ministre,

qu’avez-vous réalisé pour notre région, tout le temps où vous avez exercé de hautes fonctions obtenues par opportunisme depuis 1992 ? Nous avons cherché en vain des réalisations à Gao portant votre nom mais nous n’en avons trouvé aucune. Nous, en tant que simple Association des ressortissants de Gao, nous avons fait quelques réalisations notamment dans le cadre des forages. A l’Etrange-France, USA, Ghana, Niger, Côte-d’Ivoire, Burkina Faso, Arabie Saoudite nous nous rendons disponibles pour nos compatriotes en visite ou venus pour des études malgré nos modestes moyens. A titre individuel, nous aidons régulièrement nos familles financièrement et matériellement pour suppléer votre politique discriminatoire à leur égard, à l’égard des Sédentaires du nord. Qui est inutile ? Vous ou nous ?

Monsieur le Premier Ministre,

soyez humble et surtout n’oublier pas vos origines. Veuillez respecter la diaspora de Gao qui ne ménage aucun effort pour apporter sa construction au développement de sa région et notre pays que vous avez livré aux forces du mal par votre soumission servile. Sachez aussi que nous continuerons à combattre votre politique de destruction de notre patrimoine quoi que cela puisse nous coûter. Vous ne pourrez pas non plus nous exclure des communautés qui vivent en harmonie et ce depuis des millénaires, notamment par le biais de votre projet de découpage territorial que nous rejetons fermement. Celui présenté par la société civile de Gao correspond plus aux réalités du terrain et c’est pour cette raison que nous le soutenons de toutes nos forces. »

Sentiments militants et patriotiques.

Le Président International

P/O Président Ghana Vice-Président

Que dire donc des autres maliens ? L’histoire a prouvé que lorsqu’un dirigeant pense que les ressorts du peuple sont cassés à jamais, il se trompe, car le peuple a toujours des ressorts pour rebondir !

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here