Crise de dialogue: ces petits mensonges vicieux

29

Ibrahima N’DIAYE dit Iba, transfuge de l’ADEMA qui a atterri à l’URD et occupe le poste de Directeur de Cabinet du Chef de file de l’Opposition, ne lésine pas sur les moyens pour défendre son beefsteak.

Invité du ‘’Débat politique’’ de la Chaîne Africable, le routard politique s’est prononcé sur un prétendu déficit de dialogue entre le Pouvoir et l’Opposition, pointant un doigt accusateur sur le premier, mais surtout se livrant à une scandaleuse extrapolation, en invitant dans le débat les négociations, semble-t-il préférentielles, avec les mouvements armés. En substance, il s’insurge contre l’attitude des autorités qui ont maintenu le rythme de deux ans de dialogue avec les ex-rebelles et qui n’arrivent pas à accorder leurs violons avec ceux de l’Opposition. Donc, il y a d’un côté les mauvais, avec lesquels le pouvoir parvient à pactiser, et de l’autre, les bons avec lesquels c’est un éternel rendez-vous manqué.

Analogie risquée

Comparaison n’est pas raison. Pis, un tel commentaire sibyllin cache mal un dessein incendiaire.

L’analogie avec les Mouvements signataires n’est pas banale. Elle plonge ses racines dans un sentiment diffus d’hostilité envers ceux qui ont pris les armes contre le pays et qui devraient être traités comme tels. En actionnant ce levier, ce contempteur du régime aux multiples vestes, croit pouvoir jouer sur la fibre patriotique et obtenir des Maliens de se ranger dans son camp, c’est-à-dire celui de l’Opposition.

En répandant de tels purulents effluves, au mépris de l’unité nationale, l’apprenti opposant fait montre d’un potentiel subversif sans commune mesure.

Et pour cause, quoi qu’ayant pris les armes, à un moment donné, pour faire valoir leurs revendications, les ex-rebelles restent des Maliens, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que les anciens dignitaires de l’Opposition qui ne cessent de ressasser leurs rancœurs. Il n’y a donc pas de raison de les loger à l’enseigne de citoyens de seconde zone dont le pays devrait se détourner. Ce, d’autant plus qu’ils ont pris une option sur la paix et la réconciliation, à travers un Accord. Du reste, le pasteur ne laisse-t-il pas son troupeau pour aller à la recherche d’une seule brebis égarée ?

La déclaration surréaliste du représentant de l’Opposition porte également de façon sournoise sur les violences dont ont pu se rendre coupables, à un moment donné, les ex-rebelles et pour lesquelles il faudrait leur tenir rigueur. C’est vrai, mais à ce niveau également, l’analogie est hautement risquée. Pis, la publicité peut être considérée comme mensongèrement insidieuse.

Il s’agit là de l’exploitation jusqu’au bout d’un moment d’égarement. Même s’il faut convenir que si les rebellions datent des premières années de l’indépendance du pays, il ne s’agit certainement pas des mêmes acteurs. La responsabilité étant individuelle, ceux de la dernière rébellion ne sauraient être tenus pour responsables des fautes de leurs pères.

En s’inscrivant dans la même dynamique d’ostracisme envers les ex-rebelles, l’Opposition ne mériterait pas non plus la main tendue des autorités, puisqu’elle a boycotté les espaces de dialogue, transporté dans la rue des débats qui devraient pouvoir être sereinement menés à l’Hémicycle comme cela se doit dans une démocratie qui se respecte. Sans prendre les armes ni casser et brûler, l’Opposition exerce elle aussi une forme de violence. Et elle y met beaucoup de détermination.

Contradiction abyssale

La manipulation est d’autant plus dévastatrice qu’elle tend à altérer l’histoire et à induire en erreur les générations futures. Parce qu’entre l’Opposition et les ex-rebelles, la contradiction est abyssale et le mensonge horrifique de ceux qui établissent un quelconque parallèle entre eux.

L’Opposition, au sortir de l’élection présidentielle de juillet-août 2018, a décidé de ne pas reconnaître le vainqueur du scrutin, à savoir le Président Ibrahim Boubacar KEITA, pas plus qu’elle ne reconnait les autres institutions de la République. En tout cas, à en croire les discours démagogiques dont elle a le secret. Comment discuter avec quelqu’un qui te prend pour un imposteur usurpateur ?

En s’appuyant sur l’un des synonymes de ‘’dialoguer’’ qui est ‘’conférer avec’’, le dialogue suppose d’avoir un vis-à-vis, quelqu’un avec qui parler. Dans la logique de l’Opposition, IBK existe sans être le Président de la République, de même que SBM existe sans être le Chef du Gouvernement. Or, c’est es qualité que l’un comme l’autre peut engager un dialogue. Autant dire qu’il y a un blocage artificiel créé et entretenu par l’Opposition qui souffle le chaud et le froid.

La preuve de cette inconstance est que les députés de l’Opposition ne cessent d’arpenter les travées de l’Assemblée nationale et ses leaders ne cessent d’interpeller le Président IBK et le Chef du Gouvernement Soumeylou Boubeye MAIGA. La déclaration conjointe FSD, CoFoP et Adema Association du 7 décembre dernier est l’une des dernières illustrations en date de cette reconnaissance implicite : ‘’nous prenons à témoin l’opinion nationale et internationale, Ibrahim Boubacar KEITA et son Gouvernement porteront l’entière responsabilité des conséquences qui découleront de la violation du droit de manifestation pacifique’’.

La différence

Contrairement à l’Opposition, les ex-rebelles reconnaissent le Président de la République et l’ensemble des Institutions de la République. Dans l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, les Parties, dans l’esprit de la Feuille de route, ont réitéré leur attachement aux principes, tel le ‘’respect de l’unité nationale, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’État du Mali, ainsi que de sa forme républicaine et son caractère laïc’’ (Cf : article 1er de l’Accord pour la paix et la réconciliation). La ligne rouge, fixée par le Président de la République avant le démarrage des pourparlers inter maliens, n’a pas bougé d’un centimètre. Les Mouvements armés, sans exception, ont sacrifié à ces préalables aux discussions. Ce qui fait des ex-rebelles des interlocuteurs qui n’ont rien à voir avec cette opposition séditieuse remettant en cause les fondements de la République.

Certains extraits du livre ‘’L’homme politique est-il nécessairement menteur’’ de Laurent SAILLY, sont suffisamment édifiants. Il écrit :‘’affirmer ce qu’on sait être faux, nier ou taire ce qu’on devrait dire, exagérer ou minorer une situation, cacher des informations constituent des mensonges. Et ceux qui s’y livrent sont des menteurs’’.

Il précise que les hommes politiques mentent par idéologie, par médiocrité et par profession (‘’si les politiciens ont recours au mensonge, c’est qu’ils sont convaincus de sa rentabilité. (…) Et pourquoi le mensonge est-il rentable ? Tout simplement parce que le peuple le récompense, car en fin de compte, c’est toujours le meilleur menteur qui gagne’’).

Ce constat colle parfaitement à la peau de l’Opposition qui ne lésine pas sur les petits mensonges qui tuent…

PAR BERTIN DAKOUO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here