Fin d’une mission Onusienne au Mali : « On constate que la situation du centre s’aggrave »

Du 7 au 11 décembre 2018, une mission de l’Organisation des Nations Unies (ONU) composée de Mme Bintou Keita, Sous-secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix et de Oscar Fernandez-Taranco, Sous-secrétaire général à l’appui à la consolidation de la paix, a effectué une visite au Mali pour voir l’état de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. Au cours de leur séjour, les diplomates Onusiens ont rencontré les parties maliennes (le gouvernement et les membres de l’opposition politique). A la fin de leur visite au Mali, ils ont animé une conférence de presse, le mardi 11 décembre 2018, à l’hôtel Salam de Bamako pour informer l’opinion nationale et internationale qu’un rapport sur les « progrès réalisés » dans l’accord de paix sera présenté au conseil de sécurité des Nations Unies en mars 2019. Cependant, les missionnaires constatent que le Mali a une complexité et une multiplicité de crise auquel il fait face. « On constate que la situation du centre s’aggrave », a déclaré Oscar Fernandez.

Prenant la parole, Mme Bintou Keita, Sous-secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix a fait savoir que l‘objectif de cette visite au Mali est de voir l’état de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. Avant de signaler qu’un rapport sur les « progrès réalisés » dans l’accord de paix au Mali sera présenté au conseil de sécurité des Nations Unies en mars 2019. Selon elle, tout le monde veut voir le pays sortir de la crise. Pour sa part, Oscar Fernandez-Taranco, Sous-Secrétaire général à l’appui à la consolidation de la paix, a indiqué qu’ils ont été sur le terrain notamment à Gao et à Mopti. Répondant aux questions des journalistes, Mme Bintou Keïta a non seulement souhaité le DDR (Désarmement, démobilisation et Réinsertion) et le MOC (Mécanisme opérationnel de coordination) dans un cadre généralisé, mais aussi, l’accompagnement de la communauté internationale « Dans les écoutes que nous avons faites, nous prenons le fait que le pays a une complexité et une multiplicité de crises auquel il fait face », a souligné Mme Bintou Keïta. Pour une paix durable et définitive au Mali, elle a fait savoir qu’il faut retourner dans le contenu de l’accord avec ses quatre composantes : les acteurs politiques et les reformes institutionnelles, la question de défense et de sécurité, la question du développement, les questions de justice et de réparation. Elle a mis l’accent aussi sur la communication. « Beaucoup nous disent dans les étapes qui ont été franchies malgré le retard accumulé, il y a des éléments qui se mettent en place : il y a le ministère de la Cohésion Sociale, de la Paix et de la Réconciliation Nationale, c’est un pas dans la bonne direction, on nous dit aussi qu’il y’a le DDR accéléré, le MOC, c’est un pas dans la bonne direction, la loi d’entente nationale est un pas dans la bonne direction. Les questions qui sont un peu problématiques, l’interprétation des uns et des autres, c’est la question du découpage territorial, c’est aussi la question de quota, c’est aussi comment la reforme constitutionnelle se place en étape. Certains pensent que ça doit se faire avant d’aborder d’autres étapes, certains pensent que concomitamment, il faut aussi adresser les questions du développement. Il y a aussi un rôle pour les medias, c’est la dissémination du contenu de cet accord », a-t-elle conclu. Quant à Oscar Fernandez-Taranco, Sous-Secrétaire général à l’appui à la consolidation de la paix, il a mis l’accent sur le conflit intercommunautaire au centre du Mali. « On constate que la situation du centre s’aggrave. Il y a ce nouveau phénomène de violence. C’est le constat général de cette mission. Au Mali, il y a différents stades du conflit, il ya différents acteurs du conflit notamment au centre où on trouve des milices. Tout ceci dans un contexte du retrait de la présence de l’Etat, des services sécuritaires, des services de l’administration », a-t-il conclu. Prenant part à cette conférence de presse, Mme Joanne Adamson, représentante spéciale adjointe-pilier politique de la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation), a déploré le fait que les populations soient prises en otage du fait de la crise qui sévit au centre du Mali.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here