Litige foncier à Boulkassoumbougou : Le comité de défense des artisans de la Commune I demande l’implication des plus hautes autorités

0

Le Comité de défense des artisans de la commune I a tenu, le samedi 8 décembre 2018, une Assemblée générale à Boulkasoumbougou pour dénoncer la situation qui prévaut depuis quelques temps sur le morcellement, la vente et la construction illicite de la zone classée comme la ceinture verte reliant le troisième pont à l’Université de Kabala.

La rencontre a enregistré la présence du président de l’Assemblée permanente de la chambre des métiers du Mali, Mamadou Mainkoro Traoré, de certains conseillers municipaux et de plusieurs artisans. A cette occasion, Seydou Bocoum, président du comité de défense des artisans a sollicité l’implication des plus hautes autorités pour mettre les artisans de la commune dans leurs droits.

Selon Seydou Bocoum, président du comité de défense des artisans l’objectif de ladite assemblée était d’informer l’opinion nationale et internationale sur la situation qui prévaut à Boulkassoumbougou. Il s’agit, selon lui, du morcellement, de la vente illicite et de la construction illicite sur l’emprise réservée par les autorités à l’époque pour la ceinture verte de Bamako reliant le troisième pont à l’Université de Kabala avec la complicité de la mairie de la commune I, du Conseil national de la jeunesse (CNJ) de la Commune I et de certains artisans. Cependant, il convient de rappeler que les artisans de la Commune I, majoritairement les mécaniciens des garages autos, étaient provisoirement installés sur cette bande depuis plus de 20 ans. «Dès le départ, nous avons informé la mairie de la Commune I sur la situation dont 595 artisans étaient installés sur la bande.

Après les investigations, nous avons constaté que le président de chambre des métiers de la Commune I, Boubacar Konaté avec ses complices sont en train de procéder aux morcellements du site tout en excluant les artisans déjà installés sur les lieux. Suite aux investigations menées, nous avons constaté que Boubacar Konaté avait commencé le morcellement clandestin depuis 2008 par l’attribution de six lots à un particulier du nom de Djémé Konaté d’un montant de 15,5 millions de F CFA. Ce dernier aurait attribué ces six lots à ses enfants qui n’ont jamais exercé le métier d’artisan et résident tous en France. De ce fait, M.

Konaté aurait délivré des cartes professionnelles des artisans à des individus qui n’ont jamais exercé le métier. », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que cette zone a été classée sous décret depuis 1995 lorsque l’actuel président de la République était premier ministre. « Notre combat est de faire respecter les biens publics, faire respecter les artisans. Nous voulons que l’Etat accorde une place dans cette zone pour les artisans de la Commune I. Face à cette situation, nous avons envoyé une correspondance à la mairie de la Commune, à la Chambre des métiers du Mali, au ministère de l’Artisanat et du Tourisme mais malheureusement nous n’avons pas reçu de réaction de la part desdites structures.

Pour nous, le maire de la Commune I a failli à sa responsabilité en laissant passer cette situation sans réagir», a-t-il regretté. Avant de poursuivre qu’aujourd’hui son comité a besoin du soutien des pouvoirs publics pour trouver un meilleur dénouement cette crise. « Nous avons besoin de l’implication personnelle des plus hautes autorités dont le premier ministre et le président de la République pour remettre les artisans de la commune I dans leurs droits», a-t-il conclu.

Moussa Dagnoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here